Fragments de Lully

FRAGMENTS DE M. DE LULLY – 10 septembre 1702


Assemblage d’extraits d’opéras de Lully, représenté à l’Académie royale de musique le 10 septembre 1702, sur un livret d’Antoine Danchet, en un prologue (tiré des Festes de l’Amour et de Bacchus) et quatre entrées :
La Feste marine ou La Fête de la marine, première entrée tirée du Bourgeois Gentilhomme et des ballets des Jeux Pythiens et des Muses ;
 

Les Guerriers, deuxième entrée tirée des ballets d’Alcidiane et des Amours déguisés ;
 

La Bergerie, troisième entrée tirée des ballets des Muses, de la Naissance de Vénus, du Bourgeois gentilhomme, de La Princesse d’Elide, et de la Fête de Versailles ;
 

Les Bohémiens, quatrième entrée tirée du Ballet des Muses, des Amours déguisés et d’Alcidiane, et des Trios de la chambre du Roi .
Antoine Danchet
Le ballet resta à l’affiche pendant huit mois pendant lesquels on y ajouta le Divertissement comique de Cariselli (*), de Robert Cambert, ainsi que des entrées composées par Campra : Le Triomphe de Vénus, tirée de la Fête de Madame la Duchesse de La Ferté (janvier 1698), La Sérénade vénitienne, Le Bal interrompu.
(*) A l’origine, Cambert avait composé un le Trio italien burlesque de Cariselli pour une comédie de Guillaume de Marcoureau, sieur de Brécourt, Le Jaloux invisible, représentée en août 1666, au théâtre de l’hôtel de Bourgogne, qu’il avait adaptée d’une nouvelle espagnole El Zeloso inganado.

Le Trio de Cariselli fut attribué à Lully, et donna naissance à une curieuse anecdote : Cariselli, musicien italien, serait venu en France pour offrir ses services à Louis XIV. Mais aussitôt qu’il parut dans la cour du château de St Germain-en-Laye, trois musiciens choisis pas Lully le saluèrent en chantant le « Bon di Cariselli » que Lully aurait composé pour la circonstance. Piqué au vif par cette plaisanterie, Cariselli, qui était bègue, serait parti sans demander son reste.

La distribution était la suivante :
La Feste marine : Mlle Maupin (Polymnie), Mlle Desmatins (Euterpe), Mlle Dupeyré (Melpomène) dans le prologue, Mlle Clément et Loignon (Deux Matelotes), Chopelet et Hardouin (Deux Matelots), Dun (Neptune) ;
 

Les Guerriers : Thévenard et Cochereau (Habitants du palais d’Armide), Mlles Lallemand et Bataille (Habitantes), Mlle Desmatins (Armide) ;
 

La Bergerie : Thévenard (Philène), Dun (Lycas), Mlle Maupin (Iris), Desvoyes (Berger enjoué), Boutelou (Berger) ;
 

Les Bohémiens : Chopelet (Un Bohémien), Mlle Clément (Une Bohémienne) ;
 

Le Triomphe de Vénus : Mlle Desmatins (Vénus), Thévenard (Mars), Boutelou et Cochereau (Un Plaisir) ;
 

La Sérénade vénitienne : Dun (Le Docteur Vénitien), Mlle Sallé (Léonore, Esclave du Docteur), Boutelou (Nérine, petite Vieille), Thévenard (Eraste, amant de Léonore) ;
Le Bal interrompu : Cochereau (Cléandre), Mlle Lallemand (Céphise), Dun (Zerbin, valet de Cléandre), Mlle Vincent (Dorine, suivante de Céphise).
Ballets :
Prologue : Guerriers (Dumoulin C., Du Mirail, Boutteville, Dangeville L.), Bergères (MMles Dangeville, Fréville, Desmatins, La Ferrière) ;
 

La Fête marine : un Matelot (Balon), Matelottes (Mlles Subligny, Rose, Fréville, La Ferrière, Le Brun) ;
 

Les Guerriers : Renaud (Blondy), Ubalde (Dumay), Confidentes d’Armide (Mlles Victoire, Dangeville) ;
 

La Bergerie : une Bergère (Mlle Subligny) ;
 

Les Bohémiens : un Biscayen (Balon) ;
 

Cariselli : Arlequins et Arlequines (Dangeville, Mlle La Ferrière, Dupré, Mlle Prévost) ;
 

Le Triomphe de Vénus : un Plaisir (Blondi), les Grâces (Mlles Victoire, Rose, Dangeville) ;
 

La Sérénade vénitienne : Vénitiens (Javillier, Mlle Rose) ;
 

Le Bal interrompu : un Masque (Balon).
Frantz Ertinger - Ballard - 1703
“56me Opéra. Il fut mis au Thé. par Danchet & Campra (…) C’est l’extrait de plusieurs musiques de Lully. Le Pro. se passe entre Polymnie, Muse de l’Eloquence; Euterpe, Muse de la Musique, & Melpomene, Muse de la Tragédie. Le Ball. est formé de quatre Entrées: la premiere, est une Fête Marine; la deuxieme, les Guerriers; la troisieme, La Bergerie; la quatrieme, les Bohémiens. Ces entrées sont suivies du Div. comique de Cariselli, qui avoit paru anciennement à la Cour, & qu’on a revu plusieurs fois depuis. Comme ce Ballet fut continué pendant huit mois, il s’y fit plusieurs changemens, par l’addition de trois nouvelles entrées, de la composition des mêmes Auteur, qui furent jouées successivement : la premiere fut le Triomphe de Venus, tirée d’une fête donnée à Monseigneur par Madame la Duchesse de la Ferté, en son Hôtel de Paris en 1698; la seconde, la Sérénade Vénitienne, ou le Jaloux trompé, la troisieme, le Bal interrompu.” (de Léris – Dictionnaire des Théâtres)
Amsterdam - Héritiers d'A. Schelte, 1706
Représentations :
St-Sulpice-le-Verdon (85) – La Chabotterie – 23 juillet 2010 – Festival Musiques à la Chabotterie – La Simphonie du Marais – dir. Hugo Reyne
 

TÉLÉMAQUE ou LES FRAGMENTS DES MODERNES


Tragédie pastiche, composée à partir d’extraits de plusieurs opéras qui étaient alors les plus nouveaux, par Antoine Danchet, et André Campra.

LES FRAGMENTS DE MR DE LULLY – 19 septembre 1708


Les Fragments de Mr de Lully furent remis au théâtre, avec des changements, le 19 septembre 1708, avec la distribution suivante :
Prologue : Mlle Poussin (Climène, Bergère aimée de Silvandre), Mantienne (Silvandre, Berger, amant de Climène), Mlle Aubert (Amaryllis, Bergère), Buseau (Ménalque, Berger), Dessouches (Lysidas, Berger), Choeurs de Nymphes, Bergers et Bergères. Ballets : Bergers (Blondy, Mrs D-Dumoulin, Dangeville-C, Dubreuille et François), Bergères (Mlles Guyot, Mlles Prévost, Douville, Menès et Caré) ;
 

La Fête marine : Mlles Veron et de Belleville (Deux Matelotes), Mlle Aubert (Céphise, Matelote), Boutelou (Timandre, Premier Matelot), Dun (Neptune), Hardouin (Hilas, second Matelot), Troupe de Dieux de la Mer, Mlle Dun (Matelote chantant un air italien). Ballets : Matelots (Balon, Mrs F-Dumoulin, P-Dumoulin, D-Dumoulin, Dangeville-L., Dubreuille et Pierre), Matelotes (Mlle Prévost, Mlles Douville et Menès).
 

La Bergerie, avec Thévenard (Philène), Dun (Licas), Mlle Poussin (Iris), Mlle Dun (une Bergère), Mantienne (un Berger enjoué), Choplet (un autre Berger), Mlle Dautrep (une Bergère), Troupe de Bergers et Bergères. Ballets : Bergers (Germain, Dumoulin-L., Ferand et Blondy), Bergères (Mlle Prévost, Mlles Guyot, Caré, Douville et Menès) ;
 

Les Bohémiens, avec Cochereau (un Bohémien), Mlle Dujardin (une Bohémienne), Choplet (un Bohémien), Mlles Laurent, de Belleville et Veron (Trois Bohémiennes chantant ), Mlle Dun (une Bohémienne chantant une cantate), Choeur de Bohémiens et Bohémiennes. Ballets : Américains (Balon, Mrs F-Dumoulin, P-Dumoulin, Dangeville-L., et Dangeville-C.), Africains (Mrs Germain, Dumoulin-L., Marcelle et Javilier), un Américain (D-Dumoulin), une Américaine (Mlle Guyot) ;
 

Le Bal interrompu, avec Cochereau (Cléandre, apoux de Céphise), Mlle Heusé (Céphise, époux de Cléandre), Dun (Zerbin, Valet de Cléandre), Mlle Aubert (Dorine, Suivante de Céphise), Masques, Germain (un Masque), Troupe de spectateurs du Bal, Boutelou (une vieille Vénitienne), Dun (Zerbino), Boutelou (Dircea). Ballets : Masque (Dangeville-L.), Espagnols (Dumoulin-L. et Mlle Chaillou), Vénitiens (Germain et Mlle Paris), Masques gais (D-Dumoulin et Mlle Guyot), Allemands (Ferand et Mlle Menès), Vieux et Vieilles (P-Dumoulin et Mlle Caré), un Masque comique (F-Dumoulin).
 

 

NOUVEAUX FRAGMENTS – 3 (ou 10 ?) décembre 1711


De Nouveaux Fragments furent représentés le 3 décembre 1711, composés d’un nouveau prologue, tiré du Triomphe de l’Amour, de Jean-Baptiste Lully, de La Pastorale, tirée des Muses, de Campra, du 3e acte du Carnaval et la Folie, de Destouches, et du 3e acte de La Vénitienne, de La Barre, avec :
Mlle Poussin (Vénus), Dun (un Américain), dans le Prologue ;
 

Cochereau (Palemon), Hardouin (Arcas), Mme Pestel (Silvie), dans La Pastorale ;
 

Mlle Poussin (la Folie), Dun (le Carnaval), Hardouin (le Fleuve Lethé), Le Bel (le Chef des matelots), dans Le Carnaval et la Folie ;
 

Mme Pestel (Léonore), Cochereau (Octave), Mlle Antier (Isabelle), dans La Vénitienne.
Ballets :
Prologue : les Grâces (Mlles Le Maire, Haran, Isecq), Américain (D. Dumoulin) ;
 

La Pastorale : Bergères (Mlle Guyot, Menès, Maugis) ;
 

Le Carnaval et la Folie : une Matelote (Mlle Prévost) ;
 

La Vénitienne ; Masques galants (Marcel, Gaudrau, Mlles Chaillou, Le Maire).
 

FRAGMENTS – 8 (ou 18 ?) février 1717


De Nouveaux Fragments furent représentés le 3 décembre 1711, composés d’un nouveau prologue, tiré du Triomphe de l’Amour, de Jean-Baptiste Lully, de La Pastorale, tirée des Muses, de Campra, du 3e acte du Carnaval et la Folie, de Destouches, et du 3e acte de La Vénitienne, de La Barre, avec :
Le Mire (Silvandre), Dun fils (Coridon), Guesdon (Licas), Mlle Antier (une Bergère, Iris), dans La Grotte de Versailles ;
 

Dun père (Le Docteur), Mlle Poussin (Léonore), Murayre (Nérine), Hardouin (Éraste), dans La Sérénade vénitienne ;
 

Mantienne (Géronte), Cochereau (Éraste), Mlle Antier (Éricine), Mlle Pasquier (Dircé) , dans L’Amour Médecin ;
 

Murayre (Cariselli), Hardouin (Garbini), Mlle Antier (Vasrina), dans Cariselli.
Ballets :
La Grotte de Versailles : Bergers (Pécourt, Mlle La Ferrière) ;
 

La Sérénade vénitienne : Masques (Dumoulin, Mlle Guyot) ;
 

L’Amour Médecin : Maarineirs et Marinières (Marcel, Mlle Menes) ;
 

Cariselli : Mlle Prévost, Masques (Pécourt, Javillier, Mlles La Ferrière, Haran).
 

FRAGMENTS – octobre 1722


Des Fragments furent mis à la scène en octobre 1722, pendant l’absence de l’Académie, par quelques sujets de la même Académie. Ils comprenaient :
la cantate Démocrite et Héraclite, de Baptistin Stuck, chantée par Murayre et Dubourg ;
 

un extrait de M. de Pourceaugnac, de Jean-Baptiste Lully ;
 

la cantate Silène et Bacchus, d’André Campra, chantée par Dubourg ;
 

le Professeur de Folie, extrait du troisième acte du Carnaval et la Folie, d’André Cardinal Destouches, avec Mlle Tulou dans le rôle de la Folie.
Le 3 novembre, fut ajoutée l’entrée Le Bal, extrait des Fêtes vénitiennes de Campra, avec Muraire et Ranc dans le rôles du Maître à chanter et du Maître à danser.

FRAGMENTS ou LE BALLET SANS TITRE


Le 29 avril 1726, des Fragments furent donnés sous le titre du Ballet sans titre, comprenant :
le prologue de Méléagre, de Baptistin Stuck, avec Mlle Erémans (l’Italie), Mlle Lambert (la France), Mlle Souris L. (une Française), Tribou (Apollon) ;
 

La Fille, acte I des Fêtes de Thalie, de Jean-Joseph Mouret, avec Thévenard (Acaste), Du Bourg (Cléon), Mlle Minier (Léonore), Mantienne (Bélise), Mlle Lisarde (une Marseillaise), Mlle Constance (une Captive) ;
 

La Comédie, acte IV des Muses de Campra, avec Mantienne (Géronte), Tribou (Éraste), Mlle Eremans (Éricine), Mlle Mignier (Dircé), Mlle Souris (un Masque) ;
 

La Vénitienne, acte III du ballet de Michel de La Barre, avec Mlle Antier (Léonore), Murayre (Octave), Mlle Lambert (Isabelle), Cuvillier (Zerbin).
Ballets :
Prologue de Méléagre : Suivants de l’Italie (Lambert), Suivants de la France (Mlle Menes) ;
 

La Comédie : Berger et Bergère (Mlle Prévost, D. Dumoulin) ;
 

La Vénitienne : Masques (Blondy, Mlles De Lisle L. et ?)
 

NOUVEAUX FRAGMENTS – 19 juillet 1729


Le 19 juillet 1729, Campra fit exécuter de Nouveaux Fragments, amalgame composé :
du prologue du ballet des Amours de Mars et de Vénus ;
 

de la Feste marine, extrait des Fêtes vénitiennes ;
 

de la Pastorale ;
 

et des Sérénades et les Joueurs, des Fêtes Vénitiennes ;
 

d’une Cantate.
 

FRAGMENTS DE DIFFÉRENTS BALLETS


Des Fragmens de différens ballets furent représentés le 10 septembre 1748 :
le Prologue des Amours de Mars et Vénus, avec Mlle Romainville (Hébé), Mlle Jacquet (une Suivante d’Hébé), Mlle Metz (la Victoire) ;
 

Les Soirées de l’été, troisième entrée des Fêtes de l’été, de Montéclair, avec Person (Argante), La Tour (Lisis, amant d’Hortense), Mlle Coupée (Hortense), Mlle Chevalier (Doris, suivante d’Hortense) ;
 

L’Estime, troisième entrée des Amours déguisés, de Thomas-Louis Bourgeois, avec Chassé (Ovide), Mlle Fel (Julie, fille d’Auguste), Mlle Jacquet (Albine, Dame romaine), Mlle Gondrée (une Chipriote), Poirier (un Indien), Person (un Scythe) ;
 

Pygmalion, de Jean-Philippe Rameau, avec Jélyotte (Pygmalion), Mlle Romainville (Céphise, amante de Pygmalion), Mlle Coupée (l’Amour), Mlle Puvigné fille (la Statue animée).
Ballets :
Prologue des Amours de Mars et Vénus : Berger et Bergère (Devisse, Mlle Carville) ;
 

Les Soirées de l’été : Mariniers et Marinières (Mlle Camargo, Teissier, Mlle Lyonnois, Levois) ;
 

L’Estime : Indiens (D. Dumoulin, Mlle Dallemand) ;
 

Pygmalion : les Grâces (Mlles Dallemand, S. Germain, Courcelles), Paysans grotesques (Lany, Sodi).
Le 26 décembre 1748, l’Estime fut remplacée par Amphion, extrait du Triomphe de l’Harmonie, de François-Lupien Grenet, avec Mlle Romainville (Niobe), Chassé (Amphion), Le Page (Tantale). Ballet : une Sauvage (Mlle Dallemand), Thébain et Thébaine (Teissier, Mlle Lany) ;
 

FRAGMENTS – 13 février 1749


Trois Fragments furent donnés devant le Roi, sur le Théâtre des Petits-Appartements, à Versailles, le 13 février 1749.
Jupiter et Europe, divertissement de Duport et Dugué, sur un texte de Louis Fuzelier ;
 

Les Saturnales, extraites des Fêtes grecques et romaines de Colin de Blamont, sur un livrte de Louis Fuzelier ;
 

Zélie, de Joseph Hyacinthe Ferrand, sur un texte de Cury, intendant des Menus Plaisirs du Roi.
 

 

FRAGMENTS – 28 août 1750


Le 28 août 1750 furent donnés de nouveaux Fragments composés de :
Almasis, ballet en un acte de Joseph Nicolas Pancrace Royer, sur un livret de Moncrif, avec une distribution réunissant : Mlle Chevalier (Almasis), Mlle Lemière (l’Ordonnatrice des Fêtes de l’Hymen), M. Chassé (Zamnis, Amant d’Almasis), M. Le Page (un Indien). Marie-Anne Pagès, dite la Deschamps, âgée de vingt ans, participa au ballet dans le rôle d’une Scythe. Il y eut vingt-quatre représentations successives.
 

Ismène, pastorale héroïque, de François Francoeur et François Rebel et un livret de Moncrif, avec une distribution réunissant Mlle Coupée (Ismène, Nymphe), Mlle Jacquet (Chloé, Bergère), Chassé (Daphnis, Berger), et le danseur Vestris dans le rôle du Faune. Un couplet circula, commençant par “Ismène est toujours misérable…”
 

Linus, pastorale en un acte du marquis de Brassac, sur un livret de Moncrif.
Les FRAGMENS, 160me Opé. composé des entrées de Linus, d’Almasis, & d’Ismene, sans Prol. Les paroles de ces trois entrées sont de M. de Moncrif. Les deux dernieres ont été composées pour les petits Appartemens à Versailles, & y furent représentées en 1747 & en 1748. La musique d’Almasis est de Royer, & celle d’Ismene de MM. Rebel & Francoeur. Linus avoit été ajouté au Ball. de l’Empire de l’Amour, en 1741, & la musique en est de M. le Chevalier de Brassac. L’Académie Royale de Musi. donna la premiere représentation du tout ensemble le 28 Août 1750, & il a été gravé partition in-folio.” (de Léris)

FRAGMENTS – 18 février 1751


De nouveaux Fragments furent représentés le 18 février 1751, composés de :
Titon et l’Aurore, ballet en un acte de Bernard de Bury, sur un livret de Pierre-Charles Roy, avec Mlle Le Mierre (Hébé), Jélyotte (Titon), Mlle Romainville (l’Aurore), Le Page, (le Soleil). Selon le Mercure de France : L’ancienne et grande réputation de M. Roy, les charmes de la voix de M. Jéliotte, et beaucoup de fort bonne musique, répandue dans cet ouvrage, n’ont pu le faire réussir.
 

Ismène, pastorale héroïque, de François Francoeur et François Rebel et un livret de Moncrif.
 

Æglé, pastorale de Pierre de La Garde, sur un livret de Pierre Laujon, avec Chassé (Apollon, sous l’habit d’un Berger et sous le nom de Misis), Marie Fel (Églé, Bergère), Mlle Jacquet (la Fortune), et avec les divertissements : Suivans de la Fortune, Bergers et Bergères, Faunes et Dryades.
Le 9 mars, les Fragments continuèrent avec le remplacement de Titon et l’Aurore par Pygmalion de Rameau. Le Mercure de France nota que le public y courut en foule.
On n’avait point encore vu un désir si vif, si marqué,une préférence si décidée pour les ouvrages d’un Auteur vivant, que celle que le Public a montrée dans cette circonstance pour la Mufique de notre Orphée. Un moment avant que l’on commençât l’Acte de Pigmalion , la joie de toute l’assemblée s’exprima d’une manière très vive. L’ouverture ranima ces démonstrations, & chacun des morceaux de cet ouvrage saillant fut applaudi universellement avec une espèce de transport.
Les représentations se poursuivirent jusqu’à la fin de la saison.

FRAGMENTS HÉROÏQUES – 20 juillet 1759


Des Fragments héroïques furent représentés le 20 juillet 1759, comprenant :
Phaëtuse, entrée en un acte de Pierre Iso, sur un livret de Louis Fuzelier, avec Mlle Dubois (Phaétuse), Gélin (Diomède), Mlle Villette (Dircé), Pillot (le Grand Sacrificateur du Soleil) ;
 

Zémide, du même Pierre Iso, sur un livret du Chevalier de Laurès ;
 

Apollon berger d’Admète, de François-Lupien Grenet, sur un livret de Lefranc de Pompignan.

FRAGMENTS – 24 juin 1760


Le 24 juin 1760 furent représentés, comprenant :
un prologue, avec Mlle Dubois (la Volupté), Mlle Villette (l’Amour), Mlle Lemière (la Mode, Nymphe). Danseurs : Suite de la Volupté et de l’Amour (Hus et Mlle Carville, Trupty, Hamoche, Levoir, Valentini, Mlles Tételingre, Siane, S. Félix, de Ferrière), Suite de la Mode (Lany et Mlle Lyonnais, Béate et Mlle Dumonceau, Gardel, Lelièvre, Hyacinthe, Grosset, Leger, Gougi, Cezeron, Mlles Demiré, Mescar, Martigny, Ray, Lacour, Basse).
Synopsis
La scène se passe dans un jardin.
La Volupté invite l’Amour à se venger de ceux qui refusent de reconnaître sa puissance. On entend un prélude, et l’Amour descend. La Volupté lui explique qu’une Nymphe se refuse à eux, et demande à l’Amour de ramener les beux jours. L’Amour invite les Plaisirs à faire briller les Jeux et les Amours. On entend un prélude qui annonce la Mode. La Volupté la désigne à la vengeance de l’Amour et sort. La Mode explique à l’Amour qu’avec elle, les amours sont plus heureux. Les Suivants de la Mode expriment par des pantomimes l’inconstance de la Mode. L’Amour s’etonne du pouvoir de la Mode sur les mortels, et sort. La Mode se réjouit de sa victoire sur le tyran des coeurs. Contre-danse.
Æglé, de Pierre de La Garde, avec Larrivée (Apollon sous l’habit d’un Berger, et sous le nom de Misis), Mlle Lemière (Æglé, Bergère), Mlle Dubois (la Fortune), Génies, suivants de la Fortune, Bergers et Bergères, Divinités champêtres.
Ballets : Suivants de la Fortune (Vestris, Léger et Mlle Ray, Trupty, Hamoche, Valentin, Mlles Siane, Félix, Julie), Bergers et Bergères (Mlle Vestris, Grosset et Mlle Dumonceau, Béate, Gougi, Cezeron, Mlles Basse, Valentin, Saron), Faunes et Dryades (Mlle Lyonnais, Hus et Gardel, Lelièvre, Hyacinthe, Levoir, Mlles Demiré, Mescar, Lacour).
l’Amour et Psyché, de Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville, sur un texte de Claude-Henri de Fusée de Voisenon, avec Mlle Arnould (Psyché), Gélin (Tisiphone), Mlle Lemière (l’Amour), Mlle Davaux (Vénus) ; l’Inconstance, personnage dansant, Suite de l’Inconstance, Troupe de Démons, Suite de Vénus, Troupe de Plaisirs, de Ris et de Jeux.
Principaux danseurs : Premier divertissement : L’Inconstance (Mlle Lany), Démons (Laval) ; Second divertissement : Grâces (Mlles Demiré, Mescar, Ray), Plaisirs et Jeux (Béate), Zéphir (Léger), Flore (Mlle Dumonceau)
L’Amour et Psyché avait constitué la troisième entrée des Fêtes de Paphos, opéra-ballet créé à l’Académie royale le 9 mai 1758.
L’acte de ballet fut repris le 21 octobre 1762, à Fontainebleau, devant le roi, avec une distribution réunissant Sophie Arnould (Psyché), Gelin (Tisiphone), Mlle Lemiere (l’Amour), Dubois l’Aînée (Vénus).
Livret de L’Amour et Psyché (1762).

FRAGMENTS – 17 juin 1766


Fragments composés :
des actes de l’Italie et de la Turquie, extraits de L’Europe galante, d’André Campra ;
 

et de Zélindor, roi des Sylphes, de François Francoeur et François Rebel.
 

FRAGMENTS NOUVEAUX – 11 octobre 1767


Le 11 octobre 1767, des Fragments nouveaux furent représentés dans la salle des Machines des Tuileries, qui comprenaient :
le prologue des Amours des Dieux, de Jean-Joseph Mouret ;
 

Théonis ou le Toucher, pastorale en un acte de Louis Granier, Pierre Montan-Berton et Jean-Claude Trial, sur des paroles de Antoine-Alexandre-Henri Poinsinet ;
 

Amphion, ballet-pastorale-héroïque en un acte, de Jean-Benjamin de Laborde, sur un livret de Antoine-Léonard Thomas.
 

FRAGMENTS HÉROÏQUES – 13 juillet 1773


Fragments composés de :
Ovide & Julie, ballet en un acte, musique de Jean-Baptiste Philibert Cardonne sur un livret de Louis Fuzelier
 

la Chasse de Calidon, de Pierre Iso, sur un livret de Giraudeau ;
 

les Sauvages, acte de ballet tiré des Indes galantes, de Jean-Philippe Rameau, livret de Louis Fuzelier.
Dès le 16 juillet, la Chasse de Calidon fut remplacé par l’acte du Feu, tiré des Éléments, d’André Cardinal Destouches.

FRAGMENS – 1er octobre 1776


Fragments représentés à l’Académie royale de musique, composés de :
Euthyme et Lyris, ballet héroïque en un acte, sur un texte de Maximilien-Jean Boutillier, et une musique de Léopold Bastien Desormery,
 

Arueris ou les Isies, extrait des Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou Les Dieux de l’Egypte, sur un texte de Louis de Cahusac et une musique de Jean-Philippe Rameau