Jean-Baptiste BOËSSET

Jean-Baptiste BOËSSET (*)
29 février 1614 (Paris) – 25 décembre 1685 (Paris)
(*) se prononce “Bouessette”

BALLET D’ALCIDIANE
ALPHÉE ET ARÉTHUSE
LA MORT D’ADONIS
BALLET DES PLAISIRS
BALLET DE PSYCHÉ
BALLET DE LA RAILLERIE
BALLET DU TEMPS
LE TRIOMPHE DE BACCHUS DANS LES INDES

 

Petit-fils de Paul Guédron par sa mère, fils d’Antoine Boësset (*), auquel il succéda, notamment comme surintendant de la musique de la Chambre du roi.

(*) Antoine II Boësset (1586 – 1643), sieur de Villedieu, chanteur, maître des enfants de la Chambre en 1613, puis de la musique de la reine en 1615, il succéda en 1623 à Pierre Guédron (av. 1580 – vers 1621), dont il avait épousé la fille, comme surintendant de la musique du roi. Très estimé par Louis XIII, il collabora durant trente ans aux ballets de cour, et publia de nombreux Airs sérieux ou à boire.

Chronobiographie détaillée de Jean-Baptiste Boësset

“Jean-Baptiste Boësset, fils d’Antoine, né en 1612, chevalier, seigneur de Hault, gentilhomme ordinaire du roi, conseiller, maître d’hôtel du roi et de la reine, maître et surintendant de la chambre, en survivance de son père. En 1635 il fut titulaire de cette place, aux faibles appointements de 450 livres. Il joignit à cette charge, en 1665, celle de maître de la musique de la reine mère. Il mourut le 25 décembre 1685, et non en 1686, comme le dit La Borde, qui n’a pas connu l’existence de Jean-Baptiste Boesset, et qui l’a confondu avec Antoine. Un premier livre d’airs à trois et à quatre parties, composé par Jean-Baptiste, a été publié chez Ballard en 1669; le deuxième a paru en 1671, chez le même imprimeur. Ce musicien a aussi composé la musique des ballets dont les litres suivent : 1° Ballet du temps (1654), en société avec Molière, musicien de la chambre ; 2° Alcidiane (1658), avec le même; 3° La mort d’Adonis; 4° Le triomphe de Bacchus dans les Indes (1666), avec d’autres compositeurs; 5° Concerts de la musique de la chambre delà reine, 1667. Antoine Boesset et Jean-Baptiste , son fils, ont eu aussi la charge de maître des enfants de chœur, avec 720 livres de gages.” (Biographie universelle des musiciens – François-Joseph Fétis)