Ballet du Temps

COMPOSITEUR Jean de CAMBEFORT, Jean-Baptiste BOËSSET, Jean-Baptiste LULLY, Louis de MOLLIER
LIBRETTISTE Isaac de Bensérade

 

Ballet à vingt-trois entrées (LWV 1), sur un texte d’Isaac de Bensérade, dansé dans la salle des gardes du Louvre, le 30 novembre et le 3 décembre 1654 (*).

(*) Les deux éditions chez Robert Ballard ne mentionnent pas la même date : dernier jour de novembre pour l’une, 3 décembre pour l’autre. La première date a été reprise par Philidor dans le recueil de la partition (cf. infra)

L’idée du Ballet en reviendrait à Louis Hesselin, Maître de la Chambre aux deniers.

Lully y participa comme compositeur, avec Jean-Baptiste Boësset, Louis de Mollier et Jean de Cambefort (les deux récits).

Fétis attribue la musique à Jean-Baptiste Boësset, en société avec Molière (Mollier), musicien de la chambre.

Seule la 2e pièce de la 7e entrée, Pour les mesmes est attribuée de façon certaine à Jean-Baptiste Lully.

Pour les mesmes

Le ballet, dansé essentiellement par des danseurs professionnels, ne plut pas au roi, et n’eut que peu de représentations.

 La partition – la musique des ballets seulement – fut recueillie en 1690 par l’atelier de Philidor l’Aîné, mais de façon incomplète.

Partition Philidor

 

Synopsis

Première partie

Récit du Temps et des Quatre Saisons : Bien que nous courrions sans cesse, Mesurant les Jours et les Mois, Nous n’égalons point la vitesse Dont le plus grand des Rois Va dans ses exploits [….]

Première entrée : Quatre Colporteurs (Bontemps (1), Baptiste (2), Raynal (3), Des-Airs)

(1) Alexandre Bontemps (1626 – 1701), il devint Premier valet de chambre du roi de 1659 à 1701, à la mort de son père Jean-Baptiste Bontemps.

(2) C’est ainsi que l’on nommait Jean-Baptiste Lully

(3) Guillaume ou Jean Raynal, membres de l’Académie royale de danse, en 1662.

Deuxième entrée : Moments (Verpré, Mollier (4), Beauchamp (5), Le Vacher (6), de Lorge (6))

(4) Louis de Mollier

(5) Pierre Beauchamp (1631 – 1705), issu d’une famille de danseurs, débuta à la Cour en 1648 dans le Ballet des Dérèglements des Passions. Il collabora avec Jean-Baptiste Lully et Molière, et forma de nombreux danseurs.

(6) Thomas Le Vacher et Nicolas de Lorges, membres de l’Académie royale de danse, en 1662.

Troisième entrée : Minutes. Chevalier des Minutes (Ribera), Petits garçons représentant des Minutes (Du Manoir, Rousseau, Bonnard, Saint-Fré), Filles représentant des Minutes (La petite Mollier, la petite Ribera, la petite Tallouët, la petite du Clou)

Quatrième entrée : Heures (Bontemps, Des-Airs, Baptiste, Raynal, Lambert, Geoffroy)

Cinquième entrée : Le Jour (Dolivet (7)) et la Nuit (Le Comte)

(7) Hilaire d’Olivet ou Dolivet, membre de l’Académie royale de danse, en 1662.

Sixième entrée : Les Semaines (Le Comte de Vivonne (8), le Grand-Maistre (9), Saint-Fré)

(8) Victor de Rochechouart, comte, puis duc de Mortemart et de Vivonne, frère de la future Madame de Montespan.

(9) Charles de La Porte (1602 – 1664), marquis puis duc de la Meilleraye, Grand Maître de l’artillerie en 1632, spécialiste des sièges, réputé pour être un “preneur de villes”.

Septième entrée : Les Mois (Le Marquis de Villequier (10), Gontery, Joyeux, Cabou (11))

(10) Louis-Marie-Victor d’Aumont, connu d’abord sous le nom de marquis de Chappes ; il avait pris le nom de marquis de Villequier depuis le 5 janvier 1651, lorsque son père, connu lui-même jusque-là sous ce titre, l’avait remplacé par celui de maréchal d’Aumont. Il s’appela duc d’Aumont à la mort de son père, le 11 janvier 1669.

(11) Maître Cabou, avocat au Conseil, dont la présence est attestée dans seize ballets. Tallemant des Reaux disait de lui qu’il était une espèce de coquin (c’est-à-dire un homme de basse naissance), qui joue, qui danse et qui boit…

Huitième entrée : Les Années (Des-Airs, Lambert, Geoffroy) et les Siècles (Le Vacher, Baptiste, Raynal)

Neuvième entrée : Le Siècle de Fer (Sainctot, Bruneau, Saint-Fré)

Dixième entrée : Siècles d’Airain (Le Marquis de Genlis (12))

(12) Florimond Bruslart, marquis de Genlis, gouverneur du fort Barant, capitaine-lieutenant des gendarmes du duc d’Anjou, réputé et moqaué pour sa laideur.

Onzième entrée : Le Siècle d’Argent (Le marquis de Villequier, le comte de Guiche (13), Gontery, Joyeux, Cabou)

(13) Armand de Gramont, comte de Guiche (1638 – 1674), connu pour sa beauté, son grand air, son amabilité, sa passion pour Madame Henriette, passion qui le fit exiler de la cour, et pour le rôle qu’il joua lors du passage du Rhin.

Douzième entrée : Le Siècle d’Or (Le Roy (14), Verpré, Mollier, Dolivet, Beauchamp, de Lorge)

(14) Louis XIV était alors âgé de seize ans.

Seconde Partie

Récit de la Renomée : Sans moi qui suis la Renommée, La Vertu n’est point animée, Et ses coups demeurent secrets : Je dis tout ; Mais l’Amour espère Que Louis fera des progrès Dont j’aurai charge de me taire. [….]

Première entrée : Quatre Astrologues (Hesselin (15), Sainctot (16), Bontemps, Bruneau)

(15) Louis Hesselin (1602 – 1662). Maître de la chambre aux deniers el surintendant des plaisirs du roi, fameux par ses richesses et sa magnificence. Le « splendide sieur » Hesselin mourut d’indigestion en août 1662.

(16) Nicolas de Saintot, maître des cérémonies et introducteur des ambassadeurs. Il était le fils de Mme de Saintot, sœur du poêle Vion d’Alibray, célèbre par son amour pour Voiture.

Deuxième entrée : Uranus Père du Ciel (Le Duc Damville (17))

(17) François Christophe de Lévis Ventadour, mort en 1661 à cinquante-huit ans, d’abord comte de Brion, puis créé duc de Damville (ou d’Amville, ou d’Anville), en 1631, à la mort de Henri II de Montmorency, son oncle maternel, gouverneur du Limousin, capitaine de Fontainebleau, vice-roi de l’Amérique en 1655.

Troisième entrée : Le Temps passé (De Lorge, Hans (18), Lerambert (19), Du Moustier, Geoffroy)

(18) Louis Van der Bruggen, surnommé Hans, et dont le nom se trouve écrit aussi Hanse, Anse et Ansse. C’était également un peintre de portraits dont les pastels et les miniatures avaient grande vogue à la cour. Il fit partie de l’Académie de peinture à sa fondation.

(19) Louis Lerambert (1620 – 1670), sculpteur, et aussi danseur. Sa présence est attestée dans quatorze ballets.

Quatrième entrée : Le Temps présent (Le Chevalier de Rohan (20), les Marquis Daluy et de Mirepoix (21), le Comte de Nogent (22), de Lorge, le Comte)

(20) Louis de Rohan Guémené, dit le Chevalier de Rohan (1635 – 1674) était Grand veneur de France à 20 ans puis colonel des gardes de Louis XIV.

(21) Jean-Baptiste de Lévis et de Lomagne, marquis de Mirepoix.

(22) Armand de Bautru (1631 – 1672), comte de Nogent

Cinquième entrée : Le Temps futur (Le Duc Damville, la Chesnaye, Saint-Fré)

Sixième entrée : Le Printemps (Le Roy, Verpré, Beauchamps)

Septième entrée : L’Été (Monsieur, le comte de Vivonne, le comte de Guiche, le Grand-Maistre, le Marquis de Villeroy, Rassan)

Huitième entrée : L’Automne (Cabou, Dolivet, Des-Airs, Cabou)

Neuvième entrée : L’Hiver (Le Marquis de Villequier, Gontery)

Dixième entrée : Les Sept Planètes : Mars (Le Comte de Saucour (23)), Jupiter (Le marquis de Mirepoix), Mercure (Joyeux), Saturne (Raynal), le Soleil (Baptiste), la Lune (Bruneau), Vénus (Geoffroy)

(23) Charles-Maximilien-Antoine de Belleforière, marquis de Soyecourt, réputé pour ses galanteries. IL devint Grand Veneur de France.

 Onzième entrée : Les quatre Éléments – Feu (Le Roy), Eau (De Lorge), Terre (Molier), Air (Le Vacher) conduits par quatre Déités – Vulcan (Bontemps), Neptune (Cabou), Cérès (Verpré), Zéphirs (Beauchamp)

 

Livret et partition disponibles sur livretsbaroques.fr