L’Uccellatrice

COMPOSITEUR Niccolo JOMMELLI
LIBRETTISTE
DATE DIRECTION EDITEUR NOMBRE LANGUE FICHE DETAILLEE
2003 Vanni Moretto Dynamic 1 italien

 

Intermezzo en deux parties, pour deux chanteurs et un personnage muet, représenté pour la première fois au théâtre San Giovanni Grisostomo de Venise en 1750.

 

Synopsis

Don Narciso (ténor), bellâtre vaniteux, ne rêve que d’une nouvelle conquête. La jolie Mergellina (soprano), l’oiseleuse, parée de plumes et de cages, installe ses filets pour capturer des oiseaux. Don Narciso veut la séduire, mais c’est peine perdue: Mergellina n’est pas de celles qui se laissent faire. Pourtant, devant l’insistance du fat, elle lui demande seulement en gage d’amour la précieuse bague qu’il porte à son doigt. Pour Don Narciso — qui est prêt à tout sauf à mettre la main au portefeuille — le coup est dur, et c’est lui qui résiste. “Dans mon pays la coutume veut que celui qui est beau ne donne pas et ne dépense pas”, lui assure-t-il… Mergellina ne renonce pas pour autant et décide de se venger. Elle se déguise en Diane Chasseresse, à la tête d’un cortège de chiens, et déjà Narciso se croit, tel le berger Achéon, transformé en cerf et prêt à être dévoré par la meute. Apitoyée, Mergellina le libère et les deux amants se réconcilient.

 

Synopsis détaillé

Première partie

Don Narciso, un bellâtre vaniteux, flâne dans les bois en rêvant de sa prochaine amante: “Chi ha perduto l’amoroso ? Donne belle, eccomi qua !” (Qui a perdu son amoureux ? Belles femmes, me voilà !). Il rencontre Mergellina, une jeune oiseleuse qui, en compagnie de son serviteur Lesbino, installe ses filets pour capturer des oiseaux: “Non fuggirete dalla mia rete, no” (Vous n’échapperez pas à mes filets, non). Il la prend d’abord pour une nymphe, puis pour Diane, et après quelques mots, pense l’avoir séduite. “V’ho capito, occhi furbetti della bella uccellatrice” (Je vous ai compris, petits yeux malicieux de la belle oiseleuse). Mais Mergellina a remarqué la belle bague qui orne son doigt, et décide de lui jouer un tour : elle l’emprisonne dans ses filets, et rit de sa déconfiture. La voyant partir, Don Narciso s’indigne. Revenant, Mergellina lui dit tout net qu’il ne lui plaît pas. “Con me vuoi fare l’amore, povero minchione ! Ma sei matto” (Tu veux être mon amant, pauvre idiot, mais tu es fou). Don Narciso ne peut le croire : “Basta cosi, mia lodoletta, non fingere più, sei cotta per me !” (Assez, mon alouette, cesse de feindre: tu es éprise !)

Deuxième partie

Mergellina entre, en vendant ses oiseaux: “Chi vuol comprar la bella calandrina” (Qui achètera la belle calandrelle), mais pestant contre son métier, elle repense à Don Narciso. Elle a appris qu’il est riche, un peu sot, et son gros diamant est bien tentant. Dire qu’il l’a prise pour Diane Chasseresse ! Le voyant revenir, elle se promet de profiter de l’occasion. Don Narciso, qui la prend toujours pour la Déesse, s’inquiète de sa froideur et proteste de son amour. Mergellina lui demande alors sa bague, comme gage d’amour. C’est trop pour Don Narciso, qui refuse en arguant d’une vieille coutume: “Chi è bello non dona, Chi è bello non spende !” (Celui qui est beau ne donne pas, celui qui est beau ne dépense rien !). Mergellina insiste alternant cajolerie et fureur déchaînée “Ma voglio quell’ anello, che sì mel darete” (Je veux cet anneau, et vous me le donnerez). Inquiet de tenir tête à une déesse, Don Narciso s’imagine alors qu’il va subir le sort d’Actéon, que Diane changea en cerf pour le faire dévorer par ses chiens. Et entendant au loin des aboiements, il se croit déjà transformé en bête et pourchassé par la meute. “Già sento i cani, brutti cani che vengono arrabbiati “(J’entends déjà les chiens, d’horribles chiens qui arrivent, enragés).

Mergellina revient, déguisée en Diane, et ordonne à ses chiens de l’encercler. Don Narciso est si effrayé qu’il n’ose même plus demander grâce, persuadé d’être changé en cerf. Il promet son anneau à la belle, qui l’empoche sur le champ. Mergellina alors le tranquillise, en lui assurant qu’il est bien toujours le beau Narciso. Les deux jeunes gens se réconcilient. Car pour Mergellina, “La virtù d’un viso bello, mi fa tutta innamorar” (Un beau visage me séduit tout entière). “La virtù d’un bell’anello, fa le ninfe innamorar” (Un bel anneau séduit les nymphes), rétorque Don Narciso. Et tous deux repartent ensemble à la chasse.

(Conservatoire Italien de Paris)