CD The Fairy Queen (1989)

L’oeuvreLe compositeur

THE FAIRY QUEEN

The Fairy Queen

COMPOSITEUR

Henry PURCELL

LIBRETTISTE

Elkanah Settle, d’après Shakespeare

 

ORCHESTRE Les Arts Florissants
CHOEUR
DIRECTION William Christie

Nancy Argenta soprano
Lynne Dawson soprano
Isabelle Desrochers soprano
Willemijn Van Gent soprano
Véronique Gens soprano
Sandrine Piau soprano
Noémi Rime soprano
Charles Daniels haute-contre
Jean-Paul Fouchécourt haute-contre
Mark Le Brocq haute-contre
Christophe Le Paludier haute-contre
Bernard Loonen ténor
François Piolino ténor
Thomas Randle ténor
François Bazola basse
Jérôme Corréas basse
Georges Banks-Martin basse
Bernard Deletré basse
Thomas Lander basse
Richard Taylor basse

DATE D’ENREGISTREMENT juillet 1989
LIEU D’ENREGISTREMENT Théâtre de la Colonne – Miramas
ENREGISTREMENT EN CONCERT non

EDITEUR Harmonia Mundi
COLLECTION
DATE DE PRODUCTION novembre 1989
NOMBRE DE DISQUES 2
CATEGORIE DDD

   Critique de cet enregistrement dans :

Opéra International – mars 1995

“Enregistrée en 1989, dans le prolongement d’une production scénique au Festival d’Aix-en-Provence, cette version respire la santé. L’oeuvre n’y est plus une sorte de pastorale épurée et abstraite, mais trouve enfin cette profonde assise théâtrale sans laquelle cette partition ne devrait jamais être abordée. Avec ce travail de Christie, la nécessité dramatique – et non plus stylistique – y est première. Les danses donnent envie à l’auditeur de danser, les couleurs sont vives, les tempi fort variés, le texte compris dans tous ses registres expressifs et langagiers. Aussi à l’aise dans les déplorations et lamentations que dans les truculences, Christie donne à cet ouvrage cette féerie qui lui est si consubstantielle. Tour à tour tranchant et velouté, l’orchestre – et notam-ment son continuo – appellent tous les éloges. La nombreuse et judicieuse distribution vocale constitue une véritable pléiade d’acteurs-chanteurs qui tiennent à merveille les ensembles comme les parties solistes. Au sens plein du terme, chaque intervention y est bien “caractérisée”. On l’aura compris, il s’agit là d’une réussite exemplaire qui, pour la première fois, nous fait goûter l’extrême saveur poétique de cette féerie.”

Opéra International – décembre 1989 – appréciation 4 / 5

“Avec Christie, nous avons affaire à une équipe de chanteurs homogène, soudée et complice. C’est le principal atout de cette interprétation, parti-pris au demeurant rigoureusement conforme à l’esprit de l’oeuvre, comme aux usages en vigueur lors de sa création en 1692. L’unitié stylistique est absolument parfaite, et l’aternance du féérique et du burlesque se joue avec un brio inégalable…On saluera particulièrement l’émotion lumineuse que transmet Lynne Dawson…Les choeurs méritent également tous les hommages, par la rigueur et la solidité de leurs prestations…On se trouve devant un petit bijou prodigieux de finesse, d’élégance et de poésie…Il y manque pourtant un peu de profondeur…Cette Fairy Queen est effectivement admirable, mais terriblement distinguée…”