CD Musiques pour les Comédies de Molière

COMPOSITEUR Marc Antoine CHARPENTIER
LIBRETTISTE Molière

 

ORCHESTRE La Simphonie du Marais
CHOEUR
DIRECTION Hugo Reyne

 

Géronimo, Spacamond Romain Champion haute-contre
Marphurius, Polichinelle, la Vieille Vincent Bouchot taille
Sganarelle, un Arche Florian Westphal basse

 

DATE D’ENREGISTREMENT hiver 2011
LIEU D’ENREGISTREMENT Conservatoire Intercommunal de Musiques des Olonnes – Les Sables d’Olonne -Vendée
ENREGISTREMENT EN CONCERT non

 

EDITEUR Musiques à la Chabotterie
DISTRIBUTION Codaex
DATE DE PRODUCTION 23 février 2012
NOMBRE DE DISQUES 1
CATEGORIE DDD

 

Le Dépit amoureux (Ouverture), La Comtesse d’Escarbagnas (Ouverture), Le Mariage forcé (Intermèdes nouveaux), Le Malade imaginaire “avec les deffences” (Prologue et 1er intermède), Le Sicilien (Ouverture et Sérénade).

Critique de cet enregistrement dans :

Péché de Classique

“Hugo Reyne, à la fois flûtiste et hautboïste sur ce disque nous livre que « L’objet de cet enregistrement est de faire découvrir et apprécier un autre visage de Marc-Antoine Charpentier. Sa musique religieuse étant de loin la plus représentée au disque et au concert, on ignore trop souvent que lCharpentier fut, comme Purcell d’ailleurs, un exceptionnel compositeur de musique de théâtre. »lCe disque est aussi pour lui l’occasion de rendre hommage à Molière et à son immense amour pour la musique. On y découvre la fraîcheur et la verve comique de Charpentier, avec ses cris d’animaux, ses bastonnades, ses sérénades grotesques, ses parodies italiennes … Ce programme a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation scénique par les mêmes interprètes sous le titre évocateur de La Dernière sérénade de Molière. En effet, Molière, au soir de sa vie, renouvelle avec le jeune Charpentier, et malgré les interdictions Lullistes, le miracle de la comédie-ballet et fini par mettre en scène sa propre mort dans Le Malade imaginaire. Ces musiques rares et pour la plupart inédites sont pour la première fois réunies ici.
On connaît le duo des “deux Baptiste”, Molière et Lully, fondateurs de la comédie-ballet. L’année 1672 marque la rupture de ce partenariat après sept ans de création commune (1664-1671) du Mariage forcé à Psyché en passant bien sûr par Le Bourgeois gentilhomme. C’est dans le courant de cette même année que Molière, à la recherche d’un nouveau partenaire musical, fit la rencontre du jeune Marc-Antoine Charpentier.
Si le premier est au soir de sa vie, Charpentier commence sa carrière de musicien. Son nom est associé pour la première fois à celui de Molière lors des représentations couplées du Mariage forcé et de La Comtesse d’Escarbagnas. Le Malade imaginaire marque par la suite le couronnnement de toutes les comédies-ballets conçues par Molière. La Simphonie du Marais propose ici la version de cette dernière pièce retravaillée par Charpentier (version “avec les deffences”) suite aux nombreuses restrictions imposées aux théâtres par Lully au travers des ordonnances royales successives.
Charpentier réussit, dans ces musiques pour le théâtre de Molière, un véritable coup de maître. Texte et musique y règnent en parfaite harmonie, jouant sur les registres de la farce et du divertissement parodique. Sous le signe de l’amour et du mariage, du cocuage et de la séduction, ce programme rend hommage à Molière et à son grand amour pour la musique ainsi qu’au sens du théâtre de Charpentier.

Voici un enregistrement qui est une pure merveille et met en lumière la collaboration Molière-Charpentier. L’année 1672, voyant la rupture entre les deux Baptistes (Molière-Lully) et metttant fin à sept ans de création commune, c’est donc vers le jeune Charpentier que se tourne tout naturellement Molière, alors que Lully inaugure sa relation avec Quinault. Le programme proposé par Hugo Reyne nous permet de découvrir les œuvres écrites de 1672 (Le Mariage forcé, la Comtesse d’Escarbagnas) à 1680 (Les Fous diverrtissants) sans faire l’impasse sur le célébrissime Malade imaginaire. L’interprétation est de tout premier ordre, qu’elle soit musicale, – élégance du style, souplesse de l’articulation – ou théâtrale. Romain Champion, Vincent Bouchot et Florian Westphale excellent aussi bien dans le chant que dans les passages de comédie. Un enregisstrement indispensable et une édition toujours aussi documentée pour qui veut approfondir ses connaissances de la Comédie Ballet. En prime, un bonus sous forme de bêtisier qui nous régale.”