Ballet des Voleurs

COMPOSITEUR Antoine BOËSSET
LIBRETTISTE René Bordier

 

Ballet dansé par le Roy en la grande salle du Louvre, au mois de février 1624, par le sieur Bordier, en charge de la poésie près de Sa Majesté.

Quatre airs de Boësset ont été conservés :

récit de la Gloire (accompagnée de la Victoire, de la Renommée et des bruits qui font un refrein et ameinent dix-huict chevaliers volleurs de palmes et de lauriers, qui est la troupe du Roy pour le grand ballet) : Ces braves Chevalliers, esgaux aux Demy-dieux, Vainqueurs de tout le monde, & vaincus par vos yeux ; récit de la Nuict (favorable aux Volleurs qui vient accompagnées des Astres, lesquels font un refrain) : Astres pleins de malheurs, Quelles flames nouvelles Accusent les Volleurs ; récit de Mercure aux Dames : Ô Divinités ne soyez point en peine ; récit du Temps aux Reynes, avec refrain des Mois : Bien que je volle toutes choses, O supresmes Divinitez,

tous inclus dans les recueils d’Airs de cour à 4 & 5 parties (Ballard, 1624), d’Airs de cour avec la tablature de luth d’Antoine Boesset (Ballard, 1624), et d’Airs de cour à 4 & 5 parties (Ballard, 1689) ;

récit de quelques donneurs de sérénades qui sont volés : Aux volleurs, au secours, accourez-tous, Amis despeschez-vous, inclus dans les recueils d’Airs de cour à 4 & 5 parties (Ballard, 1624), d’Airs de cour avec la tablature de luth d’Antoine Boesset (Ballard, 1624), d’Airs de cour & de différents auteurs (Ballard, 1626), d’Airs de cour & de différents auteurs (Ballard, 1628), et d’Airs de cour à 4 & 5 parties (Ballard, 1689).

“Un prologue musical ouvre la représentation. Le Temps chante un couplet et le le chœur des mois lui fait un refrain. Après ce prologue, Mercure survient et, s’adressant aux dames, leur déclare que tout dieu des voleurs qu’il est, les voleurs qu’il amène ne tendent qu’aux larcins d’amour. Les entrées de la première partie se succèdent alors : capitaine hollandais (*), dame hollandaise, quatorze pirates (**), un alchimiste, un emplumé, un diseur de bonne aventure, six corsaires biscayens… Un récit de la nuit favorable aux voleurs, avec refrain des Astres qui l’accompagnent, commence la seconde partie. On y voit des scènes de pantomime : des gens viennent donner une sérénade ; attaqués par des voleurs, ils s’enfuient en appelant au secours en musique. Le ballet finit par un épilogue musical très développé : Récit de la Gloire accompagnée de la Victoire, de la Renommée et des Bruits qqui font un refrain et amènent dix-huit chevaliers, voleurs de palmes et lauriers, qui est la troupe du Roy pour le Grand Ballet.” (Henry Prunières – Le ballet de cour en France)

(*) rôle joué par le roi Louis XIII 

(**) dont un joué par Gaston d’Orléans, frère du roi