San Ignacio de Loyola

COMPOSITEUR Domenico ZIPOLI / Martin SCHMID
LIBRETTISTE anonyme
DATE DIRECTION EDITEUR NOMBRE LANGUE FICHE DETAILLEE
1996 Gabriel Garrido K617 espagnol
2003 James David Christie Dorian 2 espagnol

 

Opéra sacré “de chambre” en deux parties. Le texte, en castillan, fut compilé par des Jésuites, en vue de convertir les autochtones d’Amazonie à un mode de vie européen. C’est l’unique œuvre musicale dramatique datant de la République jésuite du Paraguay. L’œuvre faisait partie du répertoire de deux régions missionnaires : Chiquitos – qui faisait partie de la Province du Paraguay – et Moxos.

 L’opéra est composé de trois types de pièces : celles que l’on peut attribuer à Domenico Zipoli, celles écrites par le jésuite Martin Schmid (1694 – 1772), les autres anonymes.

Le texte serait l’œuvre d’au moins deux Jésuites espagnols, dont un pourrait être le Catalan Buenaventura Castells.

L’opéra circula dans les missions jésuites, et la partie composée par Zipoli fut pobablement représentée chez les Guaranis. La version la plus ancienne provient d’une des dernières fondations des Jésuites, Santa Ana, aujourd’hui dans la province de Velasco, en Bolivie. Elle fut probablement représentée à l’occasion de la visite du supérieur Francesco Lardin, mi-1762. D’autres versions furent exécutées à San Rafael et à San Ignacio de Moxos.
Personnages : St Ignace de Loyola (soprano), Saint-François Xavier (soprano), Premier Messager, Ange (soprano), Second Messager, Ange (alto), le Démon Luzbel (ténor).

 

“San Ignacio de Loyola est un opéra paraguayen du milieu du 18ème siècle, assemblé dès l’origine par Martin Schmid à partir de diverses sources musicales, principalement des pièces de Zipoli. Il semble qu’il ait été souvent joué “en tournée”, pour ainsi dire, à travers la région Guarani – ce triangle où le Brésil, l’Argentine et le Paraguay se rejoignent – jusqu’au début du 20ème siècle, lors de fêtes de village. Un témoignage fascinant de l’époque missionnaire en Amérique Latine.” (Présentation Abeille Musique)