Erminia sul Giordano (Herminie sur le Jourdain)

COMPOSITEUR Michelangelo ROSSI
LIBRETTISTE Giulio Rospigliosi

 

“Dramma musicale” sur un livret de Giulio Rospigliosi, inspiré de la Gerusalemme liberata du Tasse, représenté en janvier et février 1633, au palazzo Barberini alle Quattro Fontane, à Rome, dans une scénographie d’Andrea Camassei et avec des machines de Francesco Guitti.

La date des représentations, qui diffère, se lon les musicologues (1625, 1635 ou 1637) est attestée par une lettre d’un contemporain, Fabio Almerici, datée du 2 février 1633, découverte par A. Saviotti à la Biblioteca Oliveriana, à Pesaro, qui parle de l’ouvrage sous le nom de La Fuga d’Erminia.

L’œuvre était dédicacée à Anna Colonna di Pagliano, devenue Barberini par son mariage avec Taddeo Barberini en 1627.

Le livret, imprimé par Paolo Masotti, comporte plusieurs gravures de François Collignon.

D’autres représentations eurent lieu en février 1633, notamment les 2 et 5, dans le palais de Taddeo Barberini, situé piazza Navona.

 

Distribution : Michelangelo Rossi (Apollo), le ténor romain Francesco Bianchi (1602 – 1668), Odoardo Ceccarelli, ténor, le castrat soprano Angelo Ferrotti, la basse Bartolomeo Nicolini, le castrat soprano Marc’Antonio Pasqualini (*), Geronimo Zampetti. Tous, sauf Rossi, étaient attachés à la chapelle Sixtine. Figuraient également dans la distribution trois chanteuses, les Barberini faisant fi de la règle Mulier taceat in ecclesia (La femme se tait à l’église) : la soprano Leonora Baroni (1611 – 1670), dite L’Adrianella, la soprano romaine Anna Renzi, et Adriana Basile.

 Leonora BaroniAnna RenziMarc'Antonio Pasqulini

(*) Marc Antonio Pasqualini (1614 – 1691), castrat attaché au cardinal Antonio Barberini, chanteur à la Chapelle Sixtine. Il participa aux représentations de l’Orfeo de Luigi Rossi à Paris. Le roman « Mélodies » d’Helmut Krausser comprend une biographie détaillée de Pasqualini, dont il fait le dernier héritier des tropoï, mélodies orphiques magiques, et le membre prinicpal d’une société secrète visant à éliminer – parfois physiquement – les chanteuses de la scène.

 

Prologue : le fleuve Jourdain, Naïades, Amour

Acte I : Ergasto et Erminia

Acte II : Jérusalem assiégée : Armida, Argante

Acte III : Aux Enfers : Armida, Furies, choeur des Démons

Acte III : Fête : Apollon, Zéphyrs, chouers des Bergers, Nymphes

 

Extrait audio (Sinfonia e balli) par Ensemble Il Falcone – dir. Fabrizio Cipriani

Représentations :

Teatro Manzoni di Pistoia – 22 septembre 2000 – Ensemble Musa Ludens – dir. et clavecin Andrea Perugi – mise en scène Angelo Savelli – décors et costumes Mirco Rocchi – avec Anna Aurigi (Erminia), Paolo Borgonovo (Tancredi), Ester Castriota (Armida, Naiade III), Leonardo Nibbi (Ergasto), Paolo Pecchioli (Giordano, Argante), Lucia Focardi (Armindo), Silvia Vajente (Eurillo), Santina Tomasello (Amore), Francesca Fedeli, Alessandro Quarta, Valerio Veri