Il Mondo alla Roversa (Le monde à l’envers)

IL MONDO ALLA ROVERSA (Le monde à l’envers)

o sia Le donne che comandano (Que les femmes commandent)

COMPOSITEUR Baldassare GALUPPI
LIBRETTISTE Carlo Goldoni
DATE DIRECTION EDITEUR NOMBRE LANGUE DISPONIBLE FICHE DETAILLEE
1999 Franco Piva Bongiovanni 2 italien oui
2001 Diego Fasolis Chandos 2 italien oui

Drame burlesque (dramma bernesco), sur un livret en trois actes de Carlo Goldoni, sous le pseudonyme de Polisseno Fegeio, représenté au Teatro San Cassiano de Venise, le 14 novembre 1750, dans des décors de Domenico Mauro.

La distribution réunissait : Angela Conti dite la Taccarini (Rinaldino), Agata Sani (Tulia), Serafina Penni (Cintia), Annunciata Manzi (Aurora), Girolamo Piani, virtuoso della Real Capella di Napoli (Giacinto), Giovanni Leonardi (Graziosino), Anastasio Massa (Feramonte)

Les ballets, préparés par Gasparo Caccioni, avec des costumes de Natal Canciani, furent dansés par Margherita Fusi dite la Carroziera, Gasparo Caccioni, Giustina Magini dite la Padovana, Gasparo Angelini, Geltruda Soavi, Gaudenzio Beri, Angela Candi, Bortolamio Priori, Antonia Guidi, Giovanni Battista Bedotti.
Personnages : Rinaldino (soprano), Tullia (soprano), Cintia (soprano), Aurora (soprano), Giacinto (basse), Feramonte (ténor), Graziosino.

 Argument

L’action est située dans l’allégorique “Ile des Antipodes“, dirigée par un conseil des femmes en proie à des querelles intestines. L’arrivée impromptue d’un contingent masculin conduit à l’inévitable conclusion : “les femmes au pouvoir, c’est un monde à l’envers qui ne peut pas durer”.

 L’intrigue met en scène trois couples dans une île gouvernée par les femmes. Les trois héroïnes – la sage Tullia, l’assoiffée de pouvoir Cintia et l”insatiable d’mour Aurora – faisant l’expérience de la tyrannie, préfèrent abandonner le pouvoir et se soumettre à leurs fiancés respectifs.

 

Livret (en italien)

Livret en français disponible sur livretsbaroques.fr

 

Représentations :

Weimar – National Theater – 20, 24 septembre 2002, 4, 10, 20 octobre 2002, 1er novembre 2002 – dir. Olaf Storbeck – mise en scène Michael Dißmeier – décors, costumes Bettina Merz – avec Marietta Zumbült (Tulia), Ulrika Strömstedt (Aurora), Christine Hansmann (Cintia), Heike Porstein (Rinaldino), Nestor Ploumis (Giacino, Damon), Andreas Koch (Graziosino), Uwe Stickert (Ferramonte)

 

 

Lugano – 9 septembre 2000 – dir. Diego Fasolis – avec Marinella Pennicchi, Rosa Dominguez, Mya Fracassini, Fulvio Bettini, Furio Zanasi, Lia Serafini, Davide Livermore