DVD L’Olimpiade – Pergolesi

 

COMPOSITEUR Giovanni Battista PERGOLESI
LIBRETTISTE Pietro Mestastasio

 

ORCHESTRE Academia Montis Regalis
CHOEUR
DIRECTION Alessandro de Marchi
MISE EN SCÈNE Italo Nunziata
DÉCORS Luigi Scoglio
COSTUMES Ruggero Vitrani
LUMIÈRES Patrick Latronica

 

Megacle Sofia Soloviy
Licida Jennifer Rivera
Argene Yetzabel Arias Fernandez
Aristea Lyubov Petrova
Clistene Raúl Giménez
Aminta Antonio Lozano
Alcandro Milena Storti

 

DATE D’ENREGISTREMENT septembre 2011
LIEU D’ENREGISTREMENT Jesi – Teatro Valeria Moroconi

 

EDITEUR Arthaus
DISTRIBUTION Naxos
DATE DE PRODUCTION mars 2013
NOMBRE DE DISQUES 2
FORMAT PCM Stereo, DD 5.1 – Image NTSC
SOUS-TITRES EN FRANCAIS oui

 

 

Disponible également en Blu-ray

Critique de cet enregistrement dans :

Opéra Magazine – juin 2013 – appréciation 3 / 5

“L’Olimpiade, splendide partition de 1735, est mieux connue, avec trois intégrales audio, dont celle d’Alessandro De Marchi, en 2010 à Innsbruck (Deutsche Harmonia Mundi). À Jesi, l’année suivante, la nouvelle production était donnée non pas au Teatro Pergolesi, mais au Teatro Valeria Moriconi, église reconvertie en théâtre, sans fosse. ltalo Nunziata a disposé deux longues estrades en forme de croix au centre, l’orchestre occupant la scène. Pratiquement sans décor, mais avec des figurants accompagnant leurs déplacements, les acteurs sont réduits à des allées et venues et à un jeu réduit sur ces deux praticables étroits, rappelant un peu trop le défilé de mode – ce que souligne l’importance donnée aux assez beaux costumes. Malgré toute son habileté, la caméra de Tiziano Mancini ne peut éviter les spectateurs alignés en bord d’estrade, agitant l’éventail, consultant le programme, tapotant la mesure ou manifestant leur ennui, ce qui gêne terriblement à l’écran.
Alessandro De Marchi, de son côté, était plus performant à Innsbruck. Soutenu par une Academia Montls Regalis toujours aussi bellement colorée, le plateau est dominé par le vigoureux Licida de Jennifer Rivera et l’ardent Megacle de Sofia Soloviy. Si l’Argene de Yetzabel Arias Fernandez, bien chantante, est plus lourde à l’écran, la séduisante Aristea de Lyubov Petrova parvient tout autant à toucher; tandis qu’Antonio Lozano donne un relief inusuel au rôlé secondaire d’Aminta, de même que le beau contrafto de Milena Storti pour Alcandro. Musicalement tout à fait recommandable, mais on pourra préférer rêver avec le CD Deutsche Harmonia Mundi.”

Forum Opéra

“Après quelques minutes de visionnage de cette Olimpiade de Pergolèse, l’excitation de découvrir une rareté disparaît rapidement quand on comprend que le décor unique n’évoluera guère, desservi par une mise en scène nonchalante et économe. On s’apprête à s’ennuyer ferme pendant près de trois heures. Pourtant, petit à petit, le charme de l’œuvre l’emporte et malgré la complexité, souvent inutile, des livrets de Métastase, l’intrigue se noue et nous interpelle. Le récitatif final arrive ainsi comme une apothéose. Dommage que la mise en scène d’Italo Nunziata ne parvienne jamais à sublimer cette œuvre qui mériterait d’intégrer pleinement le répertoire. Le décor consiste en un podium disposé dans la foule en forme de croix. On s’attend à y voir défiler de somptueux costumes, or ce ne sont que quelques vêtements plutôt sobres, de couleur unie et vive qui apparaissent, pour des personnages qu’on peine à reconnaître, tant ils se ressemblent (on le comprend un peu plus tard, puisque deux personnages se révèlent au final être jumeaux). Les perruques extravagantes qui les distinguent s’apparentent à la période 1973 de Bowie, sans que l’on comprenne très bien pourquoi les femmes portent les cheveux courts en pétard, allongés par deux queues de crin de cheval qui pourraient leur servir d’écharpes. Certes, l’opéra avait été créé avec une distribution exclusivement masculine par interdit religieux et les rôles sont ici interprétés par des mezzos plutôt que des hautes-contre. Admettons qu’il s’agisse de rendre compte d’une certaine androgynie, mais tout cela n’est pas particulièrement esthétique.
De décor, il n’y en a point (à quelques accessoires près), sauf le théâtre lui-même, où apparaissent de temps à autre les protagonistes à un balcon par ailleurs superbe, sauf que la distance par rapport aux autres chanteurs sur le praticable ne s’impose guère, voire s’oppose au texte. Plusieurs caméras, dont une située en hauteur, permettent de saisir le dispositif minimaliste et les mouvements peu dirigés des chanteurs. On voit surtout les spectateurs, comme à la Fashion Week, sauf qu’ils sont moins élégamment vêtus. Presque tous s’éventent avec ce qu’ils peuvent, leur programme essentiellement… Il doit faire très chaud dans la salle, mais on les envie d’être plongés au cœur de l’action et de son développement exclusivement intimiste et psychologique, car la plupart des chanteurs font merveille. Sofia Soloviy, notamment, propose un Megacle particulièrement convaincant, avec une once de masculinité dans la voix qui transcende une prestation presque toujours maîtrisée, noble et entière, à l’instar du rôle. Les autres rôles féminins sont de très haute qualité. Yetzabel Arias Fernandez pleure puissamment l’ingratitude des amants et incarne avec force une Argène peut-être pas suffisamment nuancée. Milena Storti et Lyubov Petrova méritent des louanges pour leur interprétation tout en frémissements de leurs rôles respectifs d’Alcandro et d’Aristea, où la technique se fait discrète et au service des affects. Enfin, Jennifer Rivera, superbe Licida, est magistrale, notamment dans l’air de fureur « Gemo in un punto e fremo » où sa très belle musicalité restitue à merveille la complexité des passions contraires qui animent son personnage. Du côté de la distribution masculine, Antonio Lozano s’en sort plutôt bien mais Raul Gimenez est visiblement à la peine, notamment dans les aigus. Cela dit, son sens du phrasé dans les récitatifs et son aura de comédien magnifient l’ensemble. Tous sont judicieusement mis en valeur par la direction au millimètre d’Alessandro De Marchi qui sait tirer le meilleur de sa formation, l’Academia Montis Regalis, sur instruments anciens. À la fois sobre et expressive, la direction du chef imprime un rythme haletant à l’ensemble tout en donnant la sensation de prendre le temps, chaque rôle et/ou instrument étant distinctement caractérisé.
Il reste à saluer le patient travail de revalorisation des œuvres de Pergolèse par l’équipe du festival Pergolesi de Jesi. D’autres DVD d’Arthaus du même festival sont proposés en bandes-annonces et donnent envie de découvrir ces œuvres où la mise en scène confine à la féerie, du moins sur la sélection de quelques minutes proposée ! Néanmoins, on se prend à rêver d’aller juger sur pièces à Jesi*, dans les Marches, tout à côté de Macerata et de Pesaro.”

Classica – mai 2013 – appréciation 3 / 4

“Alessandro de Marchi dirigea d’abord L’Olimpiade à Innsbruck dans une première producction (enegistrement auudio Deutsche Harmonia Mundi) un an avant de venir à Jesi. Si la distribution rend justice au lyrisme ensoleillé de cette histoire de jeux olympiques, de rivalités amoureuses, d’amitié et de déguisements, la mise en scène d’Halo Nunziata, peu valorisée par des costumes, des coiffures et des masques fort laids, reste statique.”