Ariodante (Ivor Bolton)

DVD_Ariodante

COMPOSITEUR Georg Friedrich HAENDEL
LIBRETTISTE L’Arioste/Antonio Salvi

 

ORCHESTRE
CHOEUR English National Opera
DIRECTION Ivor Bolton
MISE EN SCENE David Alden
CHOREGRAPHIE Michael Keegan-Dolen
DECORS Ian MacNeil
Ariodante Ann Murray
Ginevra Joan Rodgers
King of Scotland Gwynne Howell
Polinesso Christopher Robson
Dalinda Lesley Garrett
Lurciano Paul Nilon
Odoardo Mark Le Brocq
DATE D’ENREGISTREMENT 1996
LIEU D’ENREGISTREMENT
ENREGISTREMENT EN CONCERT oui
EDITEUR Arthaus
DISTRIBUTION Naïve
LANGUE anglais
SOUS-TITRES EN FRANCAIS oui
DATE DE PRODUCTION 16 janvier 2001

Critique de cet enregistrement dans :

  • Présentation Mezzo – juin/juillet 2002

“Enregistrée à l’English National Opera, cette production de David Alten dirigée par Ivor Ivor Bolton est admirablement servie par Ann Murray et Lesley Garrett qui donnent à leur rôle toute l’ampleur et la magnificence de leur personnalité. Ginevra, fille du roi d’Ecosse est amoureuse d’Ariodante, prince étranger qui l’aime en retour et leurs sentiments réciproques sont bénis par le roi. Mais le duc Polinesso est jaloux d’Ariodante qui va lui prendre celle qui convoitait et du même coup succéder au roi d’Ecosse. Il va donc tout faire pour empêcher le mariage et utiliser pour parvenir à ses fins la pauvre Dalinda, suivante de Ginevra, qui vient de lui avouer qu’elle était consumée par un amour aveugle pour lui.Ariodante fut créé en janvier 1735 à Covent Garden, Londres. C’est la Royal Academy of Music installée à Covent Garden de Haendel que le roi George II soutient alors. Alcina sera également créée cette année-là. Après une période d’échecs, face au triomphe du Beggar’s Opera (1728), luttant contre l’Opera of the Nobility de Whigs, son principal concurrent, et les compagnies qui montent des œuvres en anglais, Haendel occupe à nouveau le devant de la scène avec ces deux opéras d’un style nouveau et auxquels il incorpore le ballet.”

  • Diapason – décembre 2001

“La direction d’Ivor Bolton, plutôt droite et peu variée, est loin d’épuiser toute la fantaisie de l’oeuvre…Dans sa production créée trois auparavant, David Alden joue sur le rythme, le mouvement, la souplesse narrative…de ses acteurs il exige un jeu stylé, parfois très appuyé et suggestif dans les évocations érotiques.”

  • Opéra International – juin 2001

“Les admirateurs de musique baroque seront déçus par un Ariodante capté en 1996, trois ans après la première du spectacle. L’oeil est à la fête, grâce aux beaux décors de Ian McNeil, où passé (Tiepolo) et présent (la coque d’un sous-marin) se fondent admirablement. David Alden dirige également de main de maître ses chanteurs-acteurs”…”Les solistes, aussi concernés et engagés soient-ils, accusent des failles. Ann Murray n’est plus en mesure de rendre justice à la beauté et à la viruosité du vrai bel canto, Gwynne Howell paraît étrangère au style de Haendel”.

  • Répertoire – mai 2001

“Enregistrement du spectacle réglé par David Alden à l’English National Opera (et donc chanté en anglais) en 1993 et filmé lors d’une reprise en 1996. Les décors et les costumes d’Ivan MacNeil sont une belle réussite, qui évoquent l’atmosphère déliquescente d’une cour d’Ecosse corrompue. la direction d’acteurs a pour premier mérite de rompre avec l’immobilisme empesé et somptueux avec lequel on représente souvent l’opéra seria”…”Dans le rôle-titre, Ann Murray est scéniquement convaincante, vocalement un peu moins, avec des vocalises escamotées et quelques stridences”…”Bon comédien, le contre-ténor Christopher Robson est malheureusement bien pénible à écouter. La palme de la distribution revient à Joan Rodgers, Ginevra fragile et tourmentée. La direction d’Ivor Bolton…contribue notablement à la réussite du spectacle”.