CD Platée (direction Marc Minkowski – 1998)

PLATÉE

Platée

COMPOSITEUR Jean-Philippe RAMEAU
LIBRETTISTE Jacques Autreau – A.-J. Le Valois d’Orville

 

ORCHESTRE Les Musiciens du Louvre
CHOEUR Ensemble Vocal Françoise Herre
DIRECTION Marc Minkowski

 

Platée Gilles Ragon
La Folie, Thalie Jennifer Smith
Thespis, Mercure Guy de Mey
Jupiter, un Satyre Vincent Le Texier
Junon Guillemette Laurens
Cithéron, Momus (Prologue) Bernard Deletré
L’Amour, Clarine Véronique Gens
Momus Michel Verschaeve
Ménade Caroline de Corbiac
Ménade Myriam Sosson

 

DATE D’ENREGISTREMENT décembre 1988
LIEU D’ENREGISTREMENT Studio 103 – Radio France
ENREGISTREMENT EN CONCERT non

 

EDITEUR Erato
COLLECTION
DATE DE PRODUCTION 1990
NOMBRE DE DISQUES 2
CATEGORIE DDD
DISPONIBILITE oui

 

 

Critique de cet enregistrement dans :

Goldbereg – juin 2004 – appréciation 5 / 5

“Platée peut paraître une sorte de géniale “bizarrerie” dans la production de Rameau, mais si l’on y regarde de près, on se rendra compte que l’humour caustique (maniant le raffinement comme les gros traits) de Rameau a trouvé à s’employer ailleurs (on ne citera, à cet égard, que l’étrange danse qui clôt Les Boréades, sorte de provocation d’un compositeur sûr de sa musique et de ses harmonies). Marc Minkowski et ses Musiciens du Louvre sont presque, ici, à leurs débuts d’où une verdeur des timbres et une spontanéité rythmique qu’ils ne retrouveront pas forcément par la suite. Une effervescence en tout cas que Marc Minkowski met au service d’une farce irrésistible, portée également par des chanteurs qui, visiblement, rient au même diapason que cette partition unique. Cilles Ragon est inénarrable en grenouille touchante à force de prétention ridicule (des “quôaa” à mourir de rire), et autour de lui, des chanteurs presque tous français, tous à leur place Bernard Deletré en Momus roué, Vincent Le Texier en Jupiter folâtre, une Guillemette Laurens en Junon hystérique, ou encore une Véronique Gens quasi-débutante en Amour et Clarice. Et par-dessus tout, il y a Jennifer Smith, qui nous avait habitués aux grands rôles tragiques, et qui livre ici une Folie vraiment folle écoutons attentivement le fameux air Aux amours d’Apollon pour comprendre l’art du chaud et du froid, ce balancement magistral entre folie froide et hystérie maniaque qui passe par une maîtrise parfaite du phrasé musical et des couleurs vocales. Un grand moment de théâtre, et de rire.”

Classica – Discothèque idéale de l’opéra – septembre 2002 – appréciation Recommandé

“Justesse stylistique, vraie vie dramatique, élans énergiques guidés par la folie, la comédie-ballet de Rameau trouve enfin sa verdeur, sa causticité et la modernité de son langage. L’audace, l’engagement sont les maîtres mots de ses interprètes, parmi lesquels il faut relever Jennifer Smith, anthologique dans le rôle de la Folie, ou Gilles Ragon qui réunit les qualités vocales si particulières de la haute-contre à la française.”

Diapason – mai 2001 – 30 disques pour découvrir l’opéra baroque

“En 1988, Minkowski s’affirmait déjà comme un maître du genre. Gilles Ragon campe une Platée proche de l’idéal, aussi digne et bien chantante que grotesque ; le reste de la distribution est à l’avenant, avec une mention spéciale pour Jenniufer Smith qui, dans le rôle de la Folie, fournit le grand instant anthologique”.

http://perso.wanadoo.fr/alexandre.s/critiques.htm

“Minkowski et Rameau, un mariage réussi, surtout ici, où la vitalité du chef français est décuplée par ces pages follement drôles et entraînantes. L’orchestre répond merveilleusement, comme à son habitude, aux moindres caprices de son fondateur, caprices multiples tant la musique s’y prête si bien. L’interprétation est idéale. L’affiche est fameuse, et nous comble pleinement.”

Opéra International – juin 1990 – appréciation 5 / 5

“Par rapport à la distribution de la salle Favart, Isabelle Poulenard, exquise Folie, est remplacée par Jennifer Smith. La sortie de cet enregistrement ne fait que confirmer l’approche de Minkowski comme la plus fidèle de l’oeuvre…Les Musiciens du Louvre et les solistes jouent de l’émotion et de la beauté intrinsèque du texte musical sans chercher à tirer l’ouvrage vers un grotesque hors de propos. Gilles Ragon notamment s’impose ici sans doute comme le meillleur Platée actuel, laissant la musique parler d’elle-même et veillant avec un soin rigoureux à ne pas forcer la note.”

Fnac – présentation

“Platée est un drôle d’hybride du genre opéra. Burlesque, cruel, cocasse, le livret met en scène les amours feintes de Jupiter avec Platée la nymphe des marais au physique de batracien. L’enjeu est de railler la jalousie de Junon, son épouse. La pauvre nymphe disgracieuse n’en sort pas indemne et la fin est amère… Pour illustrer cette farce, Rameau a composé une musique d’une fantaisie débridée, quasi-parodique, très en contraste avec les tragédies auxquelles il était accoutumé. Mark Minkowski a enregistré Platée avec Les Musiciens du Louvre dans un respect total de la partition intégrale et une distribution française de tout premier ordre. Gilles Ragon déborde de fantaisie et d’humour dans le rôle tragi-comique de la malheureuse nymphe-grenouille abusée.”