Jeanne Ière, comtesse de Provence

Bienvenue
sur le site consacré à
Jeanne Ière, comtesse de Provence
Jeanne, reine de Sicile et de Jérusalem - Franc d'or à la robe longue
Jeanne, reine de Sicile et de Jérusalem – Franc d’or à la robe longue
Sa vie, son temps (1326 – 1382)
 

1326 : Jeanne d’Anjou naît à Naples. Elle est la fille aînée de Charles de Calabre (1298 – 1328) dit l’Illustre, et de Catherine d’Autriche, qu’il avait épousée en 1316. Elle est la petite fille de Robert d’Anjou, dit le Bon ou le Sage, comte de Provence, duc d’Anjou et roi de Naples (en 1309).

Robert d'Anjour- Carlin d'argent
Le duché d’Anjou et le comté de Provence sont liés depuis le mariage, en 1246, de Béatrix de Provence (1234 – 1267), fille cadette de Raimon Bérenger V, comte de Provence, avec Charles Ier d ‘Anjou, frère de Saint Louis. A la mort de ce dernier, en 1283, son fils Charles le Boiteux lui a succédé.

Robert le Sage, né en 1278, a succédé en 1309 à son père Charles II le Boiteux. Juriste averti, il a été maître de l’Italie de 1316 à 1324. Il se préoccupe assez peu de la Provence, bien qu’il y fasse plusieurs séjours. Le comté gagne en autonomie administrative, avec la constitution d’une Chambre des Comptes de Provence et le renforcement du rôle d’un Conseil royal où siègent à côté du sénéchal une douzaine de juristes occupant les principaux offices. Le roi accorde à de nombreuses villes le droit de former des conseils et même de désigner des syndics qui représentent la communauté. Le syndicat, placé sous la tutelle théorique du seigneur du lieu,remplace le consulat, et se diffuse largement.

1327 : en Angleterre, le roi Édouard II (1284 – 1327) est assassiné par son épouse Isabelle de France, fille de Philippe le Bel et de Jeanne de navarre, et son amant Roger de Mortimer. Il est remplacé par Édouard III (1312 – 1377), âgé de 15 ans. Trois ans après, Édouard prend vraiment le pouvoir en faisant condamner et exécuter Mortimer, et reléguer sa mère.

1328 : en France, Philippe VI (1293 – 1350) devient roi de France à 35 ans. Il est le fils de Charles de Valois, frère de Philippe le Bel, mort en 1325, et de Marguerite de Sicile. Les Valois succèdent ainsi aux Capétiens, dont le dernier représentant était Charles IV le Bel, cousin de Philippe VI. De caractère indécis, ce dernier est dominé par Jeanne de Bourgogne, qu’il avait épousée en 1313. Il régnera jusqu’en 1350, après avoir épousé sa cousine Blanche de Navarre, en 1349, qui avait 35 ans de moins que lui.

1328 : Louis IV de Bavière, fils de Louis II de Bavière, roi de Germanie depuis 1314, se fait couronner empereur germanique par Nicolas V, antipape qu’il avait installé à la place de Jean XXII qui l’avait excommunié. Il le restera jusqu’en 1346.

1328 : Charles, duc de Calabre, fils de Robert le Sage, meurt, laissant deux filles en bas âge, Jeanne et Marie.

1329 : Philippe VI et Édouard III se rencontrent à Amiens. Édouard III refuse de reconnaître les droits de la France sur la Guyenne. Ces droits remontaient au mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II de Plantagenêt, en 1152.

1330 : Robert le Sage prépare sa succession en faveur de ses deux petites-filles, Jeanne, âgée de 4 ans, et Marie. Il doit en effet compter avec les branches issues de ses frères : Hongrie, Tarente, Duras. Après ceux du royaume de Naples, les seigneurs et communautés de Provence sont appelées à prêter hommage à Jeanne et Marie.

1335 : à l’âge de 9 ans, Jeanne est mariée à André de Hongrie, plus jeune qu’elle de 2 ans.

1336 : Pierre IV le Cérémonieux est roi d’Aragon.

1337 : la Guerre de Cent Ans débute lorsque Édouard III se proclame roi de France, avec l’approbation de l’empereur Louis IV de Bavière, en tant que petit-fils de Philippe IV le Bel par sa mère Isabelle de France. Philippe VI réplique en confisquant la Guyenne.

1340 : Philippe VI, roi de France, essuie une lourde défaite navale à L’Ecluse, dans l’avant-port de Bruges. Les Français perdent 25 000 hommes, les Anglais 4 000.

1341 : Jean II, duc de Bretagne, meurt, laissant aux prises Jeanne de Penthièvre, sa nièce,épouse de Charles de Blois, soutenue par Philippe VI, et Jean de Montfort, son demi-frère, soutenu par Edouard III.

1341 : les difficultés économiques obligent Philippe VI à généraliser l’impôt sur le sel, la gabelle.

1342 : Clément VI (1291 – 1352), de son nom Pierre Roger de Beaufort, devient pape. Bénédictin, il a été évêque d’Arras en 1328, archevêque de Sens en 1329, puis de Rouen en 1330, cardinal en 1338. La papauté est installée à Avignon depuis Clément V (1305 à 1314).

1342 : Louis d’Anjou, dit le Grand devient roi de Hongrie. La maison d’Anjou détient la couronne de Hongrie depuis 1308.

1343 : Robert le Sage meurt à Naples, laissant un testament qui prévoit que Jeanne régnera seule et sera jusqu’à 25 ans assistée d’un Conseil de régence, composé de fonctionnaires présidé par la reine mère Sancia. Il fait également fait défense à ses deux petites-filles d’aliéner toute partie des Etats. Jeanne, âgée de 17 ans, monte sur le trône. Elle est remarquable par sa beauté et son esprit, passionnée, ardente. Mais elle n’a reçu qu’une instruction rudimentaire, et ne parle pas le latin, langue utilisée pour les actes officiels. Elle porte les titres de reine de Jérusalem, de Sicile, comtesse de Provence, de Forcalquier. La couronne de Jérusalem est associée à celle de Sicile depuis Frédéric II, roi de Sicile en 1197, empereur germanique en 1220, qui vint à Jérusalem se faire couronner en 1229. Quant à la couronne de Sicile, elle n’est que théorique, depuis que, à la suite des Vêpres siciliennes de 1282, la Sicile a été prise aux Angevins par Pierre III d’Aragon.

Naples devient un champ clos d’intrigues, divisé entre les rivalités des branches de la famille, les Tarente et les Duras. La famille de Hongrie réclame qu’André, le jeune mari de la reine, soit couronné en même temps qu’elle, ce à quoi elle s’oppose. La reine mère Sancia entre au couvent, et le pape envoie le cardinal Aimery de Chalus pour prendre la direction des affaires.

1345 : le pape, suzerain du royaume de Naples, accepte, sous l’influence de la reine de Hongrie, qu’André de Hongrie soit couronné roi, et notifie sa décision par lettres envoyées d’Avignon des 20/21 septembre. Entre-temps, dans la nuit du 18 au 19 septembre, André de Hongrie est assassiné, étranglé, sous les fenêtres de Jeanne, à Aversa, où la cour était en villégiature. Celle-ci est accusée de complicité, d’autant plus qu’elle détestait son mari, et qu’elle épousera en 1347 Louis de Tarente qui passe pour être son amant et le meurtrier de son mari.

1346 : Édouard III débarque à St Vaast la Hougue, prend Caen, passe la Somme. La chevalerie française (plus de 1 500) et les arbalétriers génois et les chevaliers français sont décimés par les archers des Anglais à Crécy.

1347 : Louis de Hongrie, désireux de venger son frère André, envahit le royaume de Naples. Entré dans le royaume en mai, il est aux portes de Naples à la fin de l’année, forçant Jeanne et Louis de Tarente, son cousin, qu’elle a épousé le 22 août, à se réfugier au Chateau Neuf de Naples. Jeanne, confiante dans la fidélité des Marseillais, prépare évasion en Provence.

La même année, Calais, assiégée par les Anglais, capitule. La population est sauvée par les 6 bourgeois de Calais.

1348 : Le 3 janvier, Jeanne prononce l »unité de la ville haute et de la ville basse de Marseille, attendue de longue date par les Marseillais. Le 15 janvier, elle s’embarque en rade de Bagnoli sur deux galères préparées par l’armateur marseillais Jacques de Galbert. Elle débarque à Brégançon, et gagne Marseille où elle arrive le 20 janvier, et où elle est bien reçue à Marseille. Le 29 janvier, sur la place du Palais, elle jure de respecter les privilèges de la ville, et reçoit le serment de fidélité des habitants.

Elle se met en route pour Aix où elle arrive le 2 février, et où elle trouve un accueil réticent de la part de la noblesse provençale, alertée par Hugues de Baux, grand amiral de Naples, et Raimond d’Agoult, seigneur de Sault. Jeanne et sa suite sont retenes sans le palais comtal. A la suite d’une réunion des états , elle doit s’engager à ne nommer que des Provençaux à tous les offices, et à ne rien aliéner du comté. Raimond d’Agoult est nommé sénéchal.

Elle se rend ensuite à Avignon auprès du pape Clément VI pour se justifier de l’accusation qui pèse sur elle, et obtenir qu’il légitime son second mariage avec son cousin. Après l’avoir fait attendre trois semaines à Chateaurenard, sur la pression du roi de Hongrie, la pape accepte de la recevoir, et elle arrive à Avignon le 15 mars, en pleine épidémie de peste bubonique. Celle-ci, dite peste noire, s’est abattue sur l’Europe, et va durer trois ans. Des processions sont organisées en Avignon, des foules innombrables se traînent nu-pieds, la tête couvert de cendres, en se flagellant. Un tiers de la population est atteinte.

Louis de Tarente, de son côté, était arrivé le 14 mars à Avignon, après avoir débarqué à Aigues-Mortes, accompagné de son conseiller Nicolas Acciaiuoli.

Clément VI accorde la dispense de parenté, et nomme une commission qui innocente le couple des accusations d’assassinat d’André de Hongrie. Louis de Tarente est même décoré de la Rose d’or. Le pape prête 18 000 florins à Jeanne sur remise en gage des joyaux de la couronne, et lui accorde la décime sur le clergé de Provence. En contrepartie, Jeanne finit par accepter de céder ses droits sur la ville et le Comtat venaissin pour 80 000 florins d’or. Les Provençaux qualifient cette vente de « malheureuse et maudite ». Les droits du roi de France sur le comtat avaient déjà été cédés par Philippe III le Hardi à Grégoire X en 1274. Pendant ce temps, Louis de Hongrie quitte Naples et s’embarque à Manfredonia, sur l’Adriatique.

En juin, Jeanne accouche d’une fille. Le couple royal quitte Avignon le 21 juillet, s’arrête quatre jours à Marseille et va s’embarquer à Nice. Au passage à Hyères, elle démembre la Forêt des Maures en faveur des habitants. Des droits de « pâturage et glandage » sont concédés aux habitants de Pierrefeu. Moyennant 15 ducats d’or, Jeanne concède le droit de récolter sur les chênes l’insecte appelé kermès, d’où on tire une précieuse couleur écarlate. Pour 100 florins, elle abandonne le droit de pêche sur l’Etang-Long de Hyères. Jacques de Galbert reçoit la seigneurie de Bréganson, avec ses dépendances, et est nommé amiral des mers du Levant. Jeanne arrive à Naples le 17 août sous les acclamations de la population.

Dès le 20 septembre, revenant sur ses promesses, Jeanne révoque le sénéchal raimond d’Agoult et le remplace par le napolitain Gionni Barrili. Celui-ci n’estaccepté que par Marseille, toujours fidèle à la reine.

1349 : l’épidémie de peste est suivie d’une grande famine.

1350, Philippe VI meurt en laissant à son fils Jean II, dit le Bon, duc de Normandie (1319 – 1364), un royaume de France agrandi des comtés de Valois, de Chartres, du Maine et de l’Anjou, de la Champagne, de la Brie et du Dauphiné, mais très appauvri.

1350 : Pierre le Cruel (1334 – 1369), fils du roi Alphonse XI, monte sur le trône de Castille et de Leon.

1352 : le pape Clément VI meurt.

1353 : Jeanne consent une aliénation, comprenant le château d’Hyères, en faveur de Guillaume Roger, comte de Beaufort, parent du pape Clément VI et père de Raymond de Turenne.

1354 : Etienne Marcel (1316 – 1358) devient prévôt des marchands de Paris.

1355 : les Anglais reprennent la guerre, menés par Édouard de Woodstock, dit le Prince Noir (1330 – 1376), fils aîné d’Édouard III.

1356 : à la bataille de Poitiers, le roi Jean le Bon, blessé, se rend au Prince Noir, et est emmené en captivité en Angleterre. Son fils Charles (1338 – 1380), dauphin, assure la régence.

1357 : Etienne Marcel, désigné orateur aux états généraux de 1356, profite de la vacance du pouvoir royal pour faire promulguer la Grande Ordonnance, qui réforme l’administration royale au profit des états généraux.

1357/58 : écartée du pouvoir au profit des Tarente, la lignée des Duras entre en rébellion contre la reine Jeanne. Louis de Duras, l’aîné, provoque l’invasion des Pouilles par la Grande Compagnie. De son côté, son frère Robert fomente des troubles en Provence. Il obtient l’appui de certaines grandes familles du comté, notamment la maison des Baux, et s’assure le concours de bandes de routiers sans emploi depuis la défaite de Poitiers, sous le commandement d’Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre. Face à lui, on a recours à des mercenaires conduits par le comte d’Armagnac. L’argent manque, et les hommes d’armes constituent un fléau supplémentaire.

1358 : la Jacquerie éclate en France, expression spontanée de la misère et de la colère des paysans. Etienne Marcel prend la tête du soulèvement parisien. Le régent est emprisonné, et Charles le Mauvais, roi de Navarre, entre à Paris. Charles V réussit à s’échapper, et met le siège devant Paris. Etienne Marcel, prêt à faire appel aux Anglais, est assassiné.

1360 : Charles le Sage, prince régent, négocie le traité de Brétigny avec les Anglais. Édouard III renonce à la couronne de France, mais reçoit de nombreuses possessions dans le sud-ouest. Jean le Bon rentre en France, en laissant en otage ses fils les ducs d’Anjou et de Berry.

1363 : Jean le Bon retourne se livrer en Angleterre, à la place de son fils Louis d’Anjou, laissé en otage, qui s’était évadé.

Retour de Jean le Bon en Angleterre
1364 : Jean le Bon meurt en Angleterre. Son fils Charles le Sage lui succède sous le nom de Charles V.

Couronnement de Charles V
1365 : Henri de Transtamare, prétendant au trône de Castille, demi-frère de Pierre le Cruel, obtient le soutien de Charles V qui envoie des troupes commandées par Du Guesclin (1320 – 1380), connétable de France. Pierre le Cruel doit s’enfuir et demande l’aide d’Édouard III.

1366 : Jeanne révoque toutes les aliénations qu’elle avait concédées.

1367 : Urbain V, pape français depuis 1362, décide, sous la pression de sainte Brigitte, de quitter Avignon pour aller s’installer à Rome.

1367 : Pierre le Cruel, allié au Prince Noir, bat les Français et Henri de Transtamare à Najera. celui-ci se réfugie en France, puis revient après le départ des troupes anglaises.

1368 : trois ans après l’avoir quitté, Urbain V revient à Avignon.

1368 : Charles V rompt le traité de Brétigny, et reprend la guerre contre Anglais. Aidé de Du Guesclin, qui chasse les Grandes compagnies, il récupère la plus grande partie des territoires laissés au Anglais.

1369 : Pierre le Cruel, roi de Castille, est battu et tué à Campo de Montiel. Henri de Transtamare lui succède sous le nom de Henri II.

1370 : Charles V rénove le Louvre et entreprend la construction de la Bastille.

1370 : Grégoire XI (1329 – 1378) succède à Urbain V. Français, il avait été nommé cardinal à 19 ans par son oncle Clément VI.

1370 : à Naples, Jeanne, sans enfants, a désigné Charles de Duras, son cousin comme son héritier. Inquiet du remariage de la reine avec Othon de Brunswick, il se rapproche du clan hongrois.

1371 : le Prince Noir, attaqué par le connétable du Guesclin, se réfugie en Angleterre.

1375 : après plusieurs défaites, Édouard III ne conserve que Calais, Brest, Bordeaux et Bayonne.

1376 : Grégoire XI, exhorté par Catherine de Sienne et Brigitte de Suède, quitte à son tour Avignon, et réinstalle la papauté à Rome.

1377. Grégoire XI meurt. La même année meurt également le roi d’Angleterre Édouard III, auquel succède Richard II.

1378 : le pape Urbain VI est élu en avril. En septembre, le conclave de Fondi infirme l’élection, et désigne Clément VII (1342 – 1394), né Robert de Genève, cardinal en 1371, légat du pape Grégoire XI.

1379 : un schisme va déchirer l’Eglise, tiraillée entre Urbain VI, pape italien, installé à Rome, et Clément VII, pape français, installé à Avignon. Comme le roi Charles V, Jeanne prend le parti de Clément VII. Des troubles éclatent à Naples, et Charles de Duras prend l’offensive, soutenu par Urbain VI et les troupes hongroises.

1379 : Jean Ier de Castille (1358 – 1390) succède à Henri II de Transtamare.

1380 : Jeanne fait appel à Clément VII qui lui conseille d’avoir recours à Louis, comte d’Anjou, deuxième fils de Jean II, roi de France. En échange de l’aide qu’il doit lui apporter, elle l’adopte le 29 juin, à la place de Charles de Duras.

1380 : le roi de France Charles V meurt, son frère Louis d’Anjou assurant la régence de son fils Charles, âgé de 12 ans, né de son union en 1350 avec Jeanne de Bourbon.

1381 : en juin, Charles de Duras est investi roi de Naples, sous le nom de Charles III, par le pape Urbain VI, par haine de la reine Jeanne, soutenue par Clément VII.

1382 : aux Etats d’Apt, les nobles et prélats de Provence se déclarent favorables à Louis, duc d’Anjou. Mais la Provence est divisée entre Marseille, qui a pris le parti de la reine Jeanne, et l’Union d’Aix, plutôt favorable aux Duras.

1382 : le 27 juillet, Charles de Duras, qui s’est rendu maître du royaume de Naples, fait capturer et assassiner Jeanne dans sa prison. Il mourra en 1386, assassiné.

1382 : Louis d’Anjou débarque enfin à Aquila en septembre. Il est couronné roi de Naples par le pape, sans pouvoir chasser Charles de Duras.

1384 : Louis d’Anjou meurt, laissant la Provence à son fils Louis II d’Anjou, âgé de 7 ans. Sa veuve, Marie de Blois, assure la régence.