Aréthuse ou La Vengeance de l’Amour

COMPOSITEUR André CAMPRA / Antoine DAUVERGNE
LIBRETTISTE Antoine Danchet

 

Aréthuse ou La Vengeance de l’Amour, opéra-ballet en un prologue (pastorale qui se déroule dans les jardins de Marly) et trois entrées (Les Enfers, La Mer, La Terre). Livret d’Antoine Danchet (1671 – 1748), d’après le livre V des Métamorphoses d’Ovide.

La création à l’Académie royale de musique, le 14 juillet 1701 n’eut que peu de succès. Distribution : Pichon (Le Printemps) et Mlle Maupin (La Nymphe de la Seine) pour le prologue, Mlle Moreau (Aréthuse), Thévenard (Alphée), Hardouin (Pluton), Mlle Champenois (Proserpine), Dun (Neptune),Mlle Maupin (Thétis), Mlle Desmatins (Diane), Mlle Savigny (Ismène), Chopelet (Endimion), Mlle Loignon (L’Amour).

La partition fut éditée chez Christophe Ballard en 1701. 

On conserve aussi une partition manuscrite.

Sous le nom d’Alphée et Aréthuse, l’acte de ballet fut repris à l’Académie royale, le 22 août 1752, précédé du Prologue des Fêtes de l’Été, de l’abbé Pellegrin et Montéclair, et suivi de l’intermède italien nommé Le Joueur (Il Giocatore). La distribution réunissait Gélin (Alphée), Cuvilier (Pluton), Mlle Jacquet (Proserpine), Mlle Fel (Aréthuse). Les principaux danseurs étaient : Vestris, Laval, Hyacinthe, Tessier (Divinités infernales), Mlle Puvigné, Mlle Delagny (Ombres heureuses).

Le livret fut édité par la Veuve Delorme.

 

Il n’y eut pas de reprise, mais l’oeuvre fut retravaillée par Antoine Dauvergne sous le nom d’Alphée et Aréthuse, dans le cadre des Fêtes d’Euterpe, opéra-ballet représenté à l’Académie royale de musique, le 8 août 1758, dont elle constituait la deuxième entrée.

 

L’acte de ballet fut repris le 12 octobre 1762, dans le cadre de Fragments comprenant en outre Hilas et Zélie, Alphée et Aréthuse et l’Acte de Société, et représenté devant le Roi sur le Théâtre de Choisy, le 15 décembre 1762, dans une chorégraphie de Laval père et fils. La distribution réunissait : Gélin (Neptune), Mlle Dubois L. (Vénus), Sophie Arnould (Aréthuse), Larrivée (Alphée). Ballets : Suite de Vénus (Laval et Mlle Demonceau, Grosset et Mlle Peslin, Beat, Dubois et Hamoche, Mlles Lafont, Buar et Saron), Suite de Neptune – Tritons et Néréides (Gardel, Lani et Mlle Allard, Dauberval, Hyacinthe, Lelievre, Trupti et Campioni, Mlles Ray, Dumirey, Saint-Martin et Petitot).

Le livret fut édité par Christophe Ballard.

« On a vu reparoître dans Alphée et Aréthuse Mlle Arnoux, éclipsée depuis plusieurs mois, et qui même avoit quitté. Heureusement qu’elle n’a pas tenu longtemps rigueur aux directeurs et au public. Quoiqu’il en soit, elle a joué la scène avec son succès ordinaire, et avec des applaudissements nouveaux. On ne s’attendoit pas à la voir, et la surprise a été très agréable. On a cru pourtant remarquer quelque diminution dans sa voix, mais non dans son jeu… Cet acte est susceptible d’une grande impression, et porte au sentiment. » (Bachaumont – Mémoires secrets pour servir à l’Histoire de la république des lettres en France depuis 1762)

Sophie Arnould par Greuze

Sophie Arnould reprit ce rôle lors d’une exécution à Fontainebleau, devant le Roi, le 25 octobre 1770, avec des ballets préparés par Michel de Laval. La distribution réunissait, outre Sophie Arnould dans le rôle d’Aréthuse, Larrivée (Alphée), Durand (Neptune), Mlle Durand (Vénus). Ballets : Suite de Vénus (Gardel et Mlle Guimard, des Préaux et Mlle Dervieux, du Bois, Béate et Dossion, Mlles Sidonie, de l’Orme et la Chassaigne), Suite de Neptune (Gardel et Mlle Heinel, Simonin et Mlle Niel, Hiacinthe, Le Lievre et Trupti, Mlles Blondeval, Gillsenan et Adeline). Le livret fut édité par Pierre-Robert-Christophe Ballard.

Cette même entrée fut également reprise dans le cadre de Fragments, le 18 juin 1771, toujours avec Sophie Arnould dans le rôle d’Aréthuse, qui comprenaient le prologue de Dardanus, de Jean-Philippe Rameau, d’Alphée et Aréthuse et de la Fête de Flore, acte d’opéra, par Razins de Saint-Marc, musique de Trial.

Une reprise eut lieu le 5 novembre 1772, à Fontainebleau, avec les mêmes chanteurs qu’en 1770. Ballets : Suite de Vénus (Gardel et Mlle Guimard, du Bois, Béat, Dossion et Laval fils, Mllesla Fond, de l’Orme, Gallet et Julie, Suite de Neptune (Vestris et Mlle Heinel, Gardel, Despréaux, Léger, Hyacinthe, Trupti, Gallet, Beaulieu, Mlles Grandi, la Prairie, Godot, Tevenet, Delfevre et Adeline.

Le livret fut édité par Pierre-Robert-Christophe Ballard.

 

 

Synopsis

“Selon la mythologie, Alphée poursuit la Néréide Aréthuse de ses feux amoureux. Danchet retrace une histoire de cette poursuite. Cela se passe d’abord dans les enfers où règne une atmosphère des plus galantes puisque les noces de Proserpine et de Pluton vont y être célébrées. Aréthuse réussit à s’enfuir au moment où Proserpine et Pluton font entrer Alphée. Nous la retrouvons sous la mer où Neptune s’apprête à célébrer ses noces avec Thétis. Neptune et Thétis arrangent un rendez-vous au cours duquel Aréthuse avoue à Alphée qu’elle le fuit à cause du voeu de chasteté qu’elle a fait à Diane. Dès lors, on revient sur terre. Aréthuse, convaincue par la passion de Diane pour Endymion, cède à son tour et l’on assiste au triomphe de l’Amour qui a fait rendre les armes à Proserpine, à Thétis, à Diane et, enfin, à Aréthuse.” (André Campra – Actes Sud)

 

52me Opé. C’est un Ball. composé de trois entrées & d’un Prol. Les vers sont de Danchet, & la musiq. de Campra ; il fut représenté pour la premiere fois le 14 juil. 1701, & est imprimé en musiq. partition in-4°. Le Printems & la Nymphe de la Seine, dans les Jardins de Marly, forment le Prol. La fable d’Arethuse est tirée du Ve Liv. des Métamorphoses d’Ovide. Cet Opéra n’a jamais été remis. (de Léris – Dictionnaire des Théâtres)

 

Livret (1701) disponible sur livretsbaroques.fr