Carlo Francesco POLLAROLO

Carlo Francesco POLLAROLO
vers 1653 (Brescia) – 7 février 1723 (Venise)

 

Carlo Francesco Pollarolo - avec l'aimable autorisation de Tassos Dimitriadis

ALARICO RE DE GOTTI
représenté à Vérone en 1689 – musique perdue
ALBOINO IN ITALIA
dramma per musica – livret de Giulio Cesare Corradi – représenté à Venise, au teatro San Giovanni e Paolo, en 1691 – dédié à D. Camillo Gonzaga, Conte di Novellara – livret édité chez Nicolini, à Venise, conservé au Civico Museo Bibliografico Musicale de Bologne – musique perdue, en collaboration avec Giuseppe Felice Tosi – personnages : Alboino, Rosmonda, Giustino, Sestilia, Emichilde, Narsete, Elisa, Ombra di Gundemondo
ALFONSO PRIMO
ALMANSORE IN ALIMENA
représenté à Reggio Emilia en 1696 – livret de Giovanni Matteo Giannini
AMAGE REGINA DE’ SARMATI
représenté à Venise en 1694 — livret de Giulio Cesare Corradi
GLI AMICI RIVALI
voir L’Enigma disciolto
AMOR E DOVERE
représenté au teatro S. Giovanni Grisostomo de Venise en 1697 – livret de Domenico David – avec le castrat napolitain Matteo Sassani, dit Matteuccio – musique perdue
AMOR PER GELOSIA
représenté à Rome en 1710 – musique perdue
L’AMORE IN GARA COL FASTO
représenté à Rovigo en 1718 – livret de Francesco Silvani – musique perdue
ANTONINO E POMPEIANO
représenté à Brescia en 1689 – livret de G. F. Bussani – musique perdue
ARIODANTE
livret d’Antonio Salvi – représenté au S. Giovanni Grisostomo de Venise, à l’automne 1716, avec Faustina Bordoni dans le rôle de Ginevra – nouvelle version en 1718 – Partition : Ricordi – Milan – 1986 – facsimile – collection Drammaturgia Musicale Veneta
ARMINIO
représenté au teatro Sant’Angelo, à Venise, en 1722 – le livret d’Antonio Salvi est dédié aau marquis Giacomo Viali, noble patricien génois – livret en français disponible sur – musique perdue
ASCANIO
représenté à Milan en 1702 – livret de Pietro d’Averara – musique perdue
ASTINOME
représenté à Rome en 1719 – livret de G. Lerner
GLI AVVENIMENTI DI ERMINDA E DI CLORINDA SOPRA IL TASSO
représenté à Venise en 1693 – livret de Giulio Cesare Corradi – musique perdue
CIRCE ABBANDONATA DA ULISSE
représenté à Venise en 1697 – livret d’Aurelio Aureli – musique perdue
LA CLEMENZA D’AUGUSTO
représenté à Rome en février 1697 – livret de Carlo Sigismondo Capeci – musique en collaboration avec de Lucca et Bononcini
IL COLOR FA’ LA REGINA
représenté à Venise en 1700
IL COSTANTINO PIO
représenté à Rome en 1710 – livret de Pietro Ottoboni – musique perdue
LA COSTANZA GELOSA NEGL’AMORI DI CEFALO E POCRI
représenté à Vérone en 1688 – musique perdue
IL DAFNI
1705 – Venise – livret de Girolamo Frigimelica Roberti – musique perdue
I DELIRII PER AMORE
livret de F. Miliati – représenté à Brescia en 1685 – musique perdue
IL DELIRIO COMUNE PER L’INCOSTANZA DEI GENII
représenté à Venise en 1701 – livret de Matteo Noris – musique perdue
IL DEMONE AMANTE OVERO GIUGURTA
représenté à Venise en 1686 – livret de Matteo Noris – musique perdue
ENEA IN ITALIA
représenté à Milan en 1686 – livret de G. F. Bussani – musique perdue
ENGELBERTO O LA FORZA DELL’INNOCENZA
représenté à Brescia en 1711 – musique perdue
L’ENIGMA DISCIOLTO
représenté à Reggio Emilia en 1698 – livret de Gianbattista Neri – autre titre Gli amici rivali, représenté à Venise en 1714 – musique perdue
ERACLIO
représenté à Rome en 1712 – livret de Paolo Bernardini – en collaboration – musique perdue
ERCOLE IN CIELO
représenté au teatro S. Giovanni Grisostomo de Venise en 1696 – livret de Girolamo Frigimelica Roberti – avec le castrat napolitain Nicola Paris – musique perdue
L’ERGISTO
représenté à Rovigo en 1708 – livret de F. Passerino – musique perdue
L’EROICO AMORE
représenté à Bergame en 1704 – livret de Michel Angelo Gasparaini – en collaboration – autres titres L’Alcibiade ovvero La violenza d’amore, – Milan – 1709 – et L’amante impazzito – Venise – 1714 – musique perdue
FALSIRENA
représenté à Ferrare en 1695 – livret de Rinaldo Cialli – musique perdue
IL FALSO TIBERINO
représenté à Venise en 1708 – livret de Apostolo Zeno – musique perdue
IL FARAMONDO
FARNACE
représenté à Venise en 1718 – livret de Domenico Lalli – musique perdue
LA FEDE NE’TRADIMENTI
1705 – Venise – livret de Gerolamo Gigli – musique perdue
FILIPPO RE DELLA GRECIA
1706 – Venise – livret de Pietro Giorgio Barziza – musique perdue
FLAVIO BERTARIDO RE DEI LONGOBARDI
1706 – Venise – livret de Stefano Ghisi – musique perdue
LA FORTUNA PER DOTE
1704 – Venise – livret de Girolamo Frigimelica Roberti -musique perdue
LA FORZA D’AMORE
représenté à Venise en 1697 – livret de Lorenzo Burlini – musique perdue
LA FORZA DELLA VIRTU
représenté à Venise en 1693 – livret de Domenico David – musique perdue
IL GERMANICO
livret en trois actes de Pietro Giorgio Barziza – Venise – Teatro San Giovanni Grisostomo – 26 décembre 1715
GINEVRA PRINCIPESSA DI SCOZIA
représenté au Pratolino, en 18708 – livret d’Antonio Salvi – musique perdue
IL GIORNO DI NOTTE
1704 – Venise – livret de Matteo Noris – musique perdue
IL GIUDIZIO DI PARIDE
représenté à Venise en 1699 – musique perdue
GIULIO CESARE IN EGITTO
IL IBRAIM SULTANO
représenté à Venise en 1692 – livret d’Adriano Morselli – musique perdue
L’INFEDELITA’ PUNITA
Venise – 1712 – livret de Francesco Silvani –
GL’INGANNI FELICI
livret d’Apostolo Zeno d’après Hérodote – représenté à Venise en 1696
IL INGANNO DI CHIRONE
représenté à Milan en 1700 – livret de Pietro d’Averara – musique perdue
L’INNOCENZA RICONOSCIUTA
représenté à Venise en 1717 – livret de Tommaso Malipiero – musique perdue
IOLE REGINA DI NAPOLI
représenté à Venise en 1692 – livret de Giulio Cesare Corradi – musique perdue
IRENE
représenté à Venise en 1695 – livret de Roberto Girolamo Frigimelica – reprise au S. Bartolomeo de Naples, durant le carnaval 1704, avec de nouveaux airs de Scarlatti, alors âgé de dix-neuf ans
IL LICURGO OVVERO IL CIECO D’ACUTA VISTA
représenté à Venise en 1686 – livret de Matteo Noris – musique perdue
LUCIO PAPIRIO DITTATORE
dramma per musica – livret en trois actes de libretto di Apostolo Zeno d’après Antonio Salvi – Teatro San Giovanni Grisostomo – Venise – 26 décembre 1720 – personnages : soprani (Emilia, soprano, Sabina, soprano, Quinto Fabio, sopraniste, Claudio Papirio, sopraniste, Cominio-Volumnio, contraltiste, Lucio Papirio, ténor, Marco Fabio, ténor, Appio-Servilio, basse)
LUCIO VERO
livret d’Apostolo Zeno – représenté à Venise en 1700 – musique perdue
MARC’ANTONIO
représenté à Venise en 1692 – livret de Matteo Noris – musique perdue 
MARSIA DELUSO
représenté à Venise en 1714 – livret d’Agostino Piovene –
MARZIO CORIOLANO
représenté à Venise en 1697 – livret de Matteo Noris – musique perdue
IL MOTO DELLE STELLE OSSERVATO DA CUPIDO
représenté à Padoue en 1691 – musique perdue
LA NINFA RICONOSCIUTA
représenté à Vicenze en 1709 – livret de Francesco Silvani – musique perdue
L’ODIO E L’AMORE
représenté à Venise en 1703 – livret de Matteo Noris – musique perdue
ONORIO IN ROMA
représenté à Venise en 1692 – livret de Giovanni Matteo Giannini
L’ORACOLO IN SOGNO
représenté à Mantoue en 1699 – livret de Francisco Silvano – en collaboration avec Caldara et Quintavalle – musique perdue
L’ORESTE IN SPARTA
livret de Pompeo Luchesi – représenté à Reggio Emilia en 1697 – musique perdue
OTTONE
représenté au San Giovanni Grisostomo de Venise durant le carnaval 1694 – livret de Girolamo Frigimelica Roberti
LA PACE FRA TOLOMEO E SELEUCO
représenté à Venise en 1691 – autre titre Il Seleuco – livret de Adriano Morselli – musique perdue
PASTORALE A TRE VOCI
IL PASTORE DI ANFRISO
livret de Girolamo Frigimelica Roberti d’après Les Géorgiques de Virgile – représenté au teatro S. Giovanni Grisostomo de Venise en 1695 – le comédien Luigi Riccoboni rapporte qu’on vit descendre le palais d’Apollon, d’une très belle et très grande architecture, et construit entièrement de cristaux de différentes couleurs lesquels ne cessaient de tourner
LE PAZZIE DEGLI AMANTI
représenté à Vienne en février 1701 – livret de Francesco Paserini
PERIBEA IN SALAMINA
représenté à Padoue et Vicence en 1712 – musique perdue
IL PESCATORE DISINGANNATO
représenté à Venise en 1721 – musique perdue
PUBLIO CORNELIO SCIPIONE
I REGGE EQUIVOCI
représenté à Venise en 1697 – livret de Matteo Noris – musique perdue
IL REPUDIO D’OTTAVIA
livret de Matteo Noris – représenté à Venise en 1699
IL RODERICO
livret de G.B. Bottalino – représenté à Mantoue et Livourne, en 1686
LA ROSIMONDA
représenté au teatro S. Giovanni Grisostomo de Venise en 1696 – livret de Girolamo Frigimelica Roberti – avec le castrat napolitain Nicola Paris
LA SANTA GENUINDA
représenté à Rome, au Palazzo Doria Pamphili, en 1694 (en collaboration avec Alessandro Scarlatti)
LA SCHIAVITU FORTUNATA
représenté à Venise en 1694 – livret de Fulgenzio Maria Gualazzi – musique perdue
IL SELEUCO
livret d’Adriano Morselli – représenté à Rome en 1693
SEMIRAMIDE
livret en trois actes de Francesco Silvani – 6 janvier 1714 – Venise – Teatro San Giovanni Grisostomo – personnages : Tamiri (soprano), Mirteo (castrat soprano), Scitalce/Idreno (castrat soprano), Semiramide(contralto), Sibari (castrat alto), Ircano (ténor)
SPURIO POSTUMO
représenté à Venise en 1712 – livret d’Agostino Piovene – musique perdue
TETIDE IN SCIRO
représenté à Vicence en 1715 – livret de Carlo Sigismondo Capece – musique perdue
TITO MANLIO
livret de Matteo Noris – représenté à Florence en 1696 – reprise au teatro S. Giovanni Grisostomo de Venise en 1697 – avec le castrat napolitain Matteo Sassani, dit Matteuccio
IL TRIONFO DELLA COSTANZA
représenté à Vicence en 1714 – musique perdue
L’ULISSE SCONOSCIUTO IN ITACA
représenté à Reggio Emilia en 1698 – musique perdue
VENCESLAO
livret d’Apostolo Zeno – représenté au teatro San Giovanni Grisostomo de Venise en 1703 – le castrat Francesco Bernardi dit Senesino, âgé de vingt-trois ans, y fit ses débuts dans le rôle de Casimiro – musique perdue
LA VENDETTA D’AMORE
1707 – Rovigo – musique perdue
VENERE TRAVESTITA
représenté à Rovigo en 1691 – livret d’Antonio Scappi – musique perdue

 

Organiste, maestro di cappella et compositeur de nombreux opéras de l’école vénitienne tardive, composa entre 85 opéras et 13 oratorios de 1680 à 1722. En 1676, il succéda à son père comme organiste de la cathédrale de Brescia et à partir du milieu des années 1680 fut actif comme compositeur d’opéras et d’oratorios, produisant des oeuvres pour Brescia mais aussi pour Vienne, Venise et Vérone. Lorsqu’en 1690, il prit le poste de second organiste à San Marco, il était déjà bien connu comme compositeur d’opéras.

De 1691 à 1707, Pollarolo composa au moins un opéra par an pour le prestigieux Teatro San Giovanni Grisostomo, d’autres étant repris au San Angelo, au San Cassiano et au San Fantino. Il aimait les effets spéciaux – chanteurs et instrumentistes en coulisse et échos (dans Onono in Roma, 1692, il employa à la fois un orchestre à cinq voix sur la scène et un concertino complémentaire à trois voix) – et fut l’un des premiers compositeurs vénitiens à écrire pour hautbois (La forza della virtu, 1693). Les épisodes en arioso expressif furent détrônés peu à peu par des airs à grande échelle avec accompagnement, interrompus quant à eux par des récitatifs accompagnés dramatiques et de vastes sections en recitativo secco faisant contraste. Les chœurs n’apparaissent que dans ses oratorios, mais il incorpora dans ses finales d’opéra des trios, quatuors et quintettes. En 1702, il brigua sans succès le poste de primo maestro à San Marco, Antonio Biffi l’emportant d’une voix. De 1696 à peu de temps avant sa mort, Pollarolo fut maestro di cappella à l’Ospedale degli Incurabili, pour lequel il composa des oratorios latins. (Guide de la Musique Baroque – Fayard)