Serenata a Tre (La Ninfa e il Pastore ou Eurilla e Alcindo)

COMPOSITEUR Antonio VIVALDI
LIBRETTISTE Anonyme
ENREGISTREMENT ÉDITION DIRECTION EDITEUR NOMBRE LANGUE FICHE DETAILLEE
1952 Edwin Loehrer Vox 1 (LP) italien
1980 2003 René Clemencic Harmonia Mundi 2 italien
1983 Claudio Scimone Erato 2 italien

 

Serenata à trois voix (RV 690), supposée avoir été créée à Mantoue en 1718 ou 1719.

 

Synopsis

La nymphe Eurilla s’intéresse vivement au berger Alcindo. Mais celui-ci préfère la liberté à l’amour. Eurilla, avec la complicité de son amie Nice,a beau user de toutes les ressources de son charme et de sa beauté peu farouche, Alcindo reste indifférent « Je ne suis pas de ces fous que la beauté condamne à soupirer »! La nymphe se dit, en bonne chasseresse, que c’est au bord de la source qu’elle forcera son gibier. Elle se vengera ensuite par le dédain… Mais, pour le berger, la source n est pas le lieu des capitulations amoureuses. Au contraire Elle est symbole de liberté (air splendide, Acque placide, sommet musical de l’ouvrage)… Si tu veux tout savoir,je t’aime, finit par lâcher Eurilla. L’autre s’en tient fermement à la conscience de classe Toila plus belle des nymphes,tu ne peux te commettre avec un rustre de mon espèce! Laisse mon cœur en paix et retourne à l’amour des héros ! Lorsqu’on dit cette sorte de choses, on n’y croit jamais vraiment. Quand Eurilla lui demande de faire semblant de l’aimer, Alcindo n’hésite pas. Il se prête au jeu avec tant d’ardeur qu’il s’y laisse prendre… Mais il aura beaucoup de peine à convaincre sa nymphe qu’il ne joue plus, qu’il l’aime pour de bon ! Chœur des participants : il faut punir ce jeune présomptueux et faire subir mille tourments à son cœur impitoyable.

La Serenata a 3 met en scène une fois de plus des nymphes et un berger un berger poète et galant, comme on en trouve en Arcadie. L’auteur anonyme du livret emploie tous les clichés usuels, dans un style presque caricatural. Mais il faut comprendre cette histoire au second degré. Il s’agit à la fois d’un jeu délicieux, dont les protagonistes font semblant d’être dupes, et d’une jolie fable sur l’amour et la liberté.

(livret Harmonia Mundi)

 

 Représentations :

Festival de Loches – 17, 18 et 19 juillet 1994 – dir. Routis – Opéra Tréteaux

Loches – 7, 8 et 9 juillet 1989 – dir. Routis – avec Circovic, Obadia, Cassard

? – milieu des années 1980 – Les Musiciens du Louvre – dir. Marc Minkowski – avec Agnes Mellon – Jacqueline Mayeur – Ian Honeyman

Sienne – 1947 – mise en scène Ines Alfani Tellini – décors et costumes Franco Zeffirelli

Sienne – 1939 – dir. Antonio Guarnieri – première recréation