L’Incoronazione di Dario (Le Couronnement de Darius)

COMPOSITEUR Antonio VIVALDI
LIBRETTISTE Adriano Morselli
ENREGISTREMENT ÉDITION DIRECTION ÉDITEUR NOMBRE LANGUE FICHE DÉTAILLÉE
1986 1997 Gilbert Bezzina Harmonia Mundi 3 italien
2013 2014 Ottavio Dantone Naïve 3 italien

 

Dramma per musica (RV 719) créé au Teatro Sant’Angelo, à Venise, le 23 janvier 1717, avec Annibale Pio Fabri (Dario), Anna-Maria Fabri-Bombaciara (Argene), Anna Dotti (Statira)

Le carnaval s’était ouvert avec Penelope la casta, de Fortunato Chelleri, qui fut retirée après seulement deux représentations, et remplacée en catastrophe par une reprise d’Arsilda regina di Ponto.

La création de l’Incoronazione se fit avec magnificence, au milieu de quantité de masques et de grands fastes d’habits.

Vivaldi utilisa un livret d’Adriano Morselli, vieux de trente-trois ans, avec huit personnages et deux figures mythologiques, peu conformes à la réforme arcadienne.

Il est vraisemblable que l’ouvrage fut repris l’année suivante.

La partition fut exhumée de la Bibliothèque de Turin par Gilbert Bezzina.

 

Synopsis détaillé

Argument

(figurant en tête du livret)

Après la mort de Cyrus, Roi des Perses, ils furent trois à prétendre à la couronne : Darius, par la noblesse de ses origines, était soutenu par les Satrapes ; Oronte, jeune homme de bel aspect, était suivi par le peuple ; Arpago, capitaine, était soutenu par l’armée. Au lieu de se battre et pour éviter de répandre le sang du peuple, Darius fit une proposition : la couronne irait à celui qui épouserait Statira, fille aînée de Cyrus. Cette idée fut aussi approuvée par l’Oracle du Soleil. Darius était amoureux de Statira et voulait l’épouser – et en l’épousant, obtenir la couronne. Pour réussir, il se servit de la sœur cadette de Statira, Argene. Mais Argene était secrètement amoureuse de Darius, et, stimulée l’ambition, elle complota contre sa sœur qui était un peu simple d’esprit. La supercherie fut découverte, Darius épousa Statira, et Argene fut sévèrement punie.

Acte I

Une chambre dans le palais de Cyrus

(1) L’ombre de Cyrus apparaît et ordonne aux deux princesses endormies, Statira, l’aînée et Argene, la cadette de ne plus pleurer sur son sort. (2) Eveillées, les deux jeunes filles s’engagent mutuellement à retrouver leur sérénité. (3) Niceno, leur précepteur, annonce l’arrivée de Darius, un des trois prétendants à la couronne. (4) Argene se sent brûler de passion pour lui, mais il demande la main de Statira. (5) Argene, restée seule avec Flora, demoiselle d’honneur, se jure de conquérir l’amour de Darius. (6) Naïve, Statira demande à Flora ce que Darius a voulu dire par « partager l’empire et la couche royale ». (7) Flora s’attendrit sur la pureté de Statira.

La cour royale où se dresse la statue de Cyrus

(8) (9) Arpago et Oronte, tous deux rivaux de Darius, s’affrontent, chacun prétendant être le plus apte à ceindre la couronne de Cyrus. (10) Darius intervient et parvient à les calmer. Chacun jure solennellement que régnera sur le peuple de Perse celui que Statira choisira comme époux. (12) Alinda, princesse de Médie et amante d’Oronte, vient rappeler à ce dernier sa promesse de s’unir à elle; Oronte tente de lui expliquer que s’il la délaisse, c’est pour un royaume. (13) Restée seule, Alinda se lamente sur son sort.

L’appartement de Niceno

(14) Niceno, secrètement amoureux de Statira, lui fait part de ses sentiments à travers un chant qu’il vient de composer. (15) Argene demande son aide à Niceno pour supplanter sa soeur. Il accepte car l’amour excuse la trahison et écarte le remords. (16) Niceno est tourmenté.

Acte II

Les appartements d’Argene

(1) Argene tente de faire comprendre à Darius, qui ne pense qu’à Statira, l’amour qu’elle lui porte. (2) Prétendant que le chagrin fait trembler sa main, Argene dicte à Darius une lettre qu’elle doit faire parvenir à un amant qui la délaisse. Confiant, Darius écrit la lettre sous la dictée, et lui assure que sa tendresse paraîtra évidente au cruel. (3) Restée seule avec Flora, Argene compare son coeur à un rocher dans une mer déchaînée. (4) Statira découvre la lettre écrite par Darius et adressée, pense-t-elle, à Argene? Sa jalousie se déchaîne. (5) Seule, Flora s’étonne du chemin qu’a fait l’amour dans le cœur de Statira.

La place où les Perses se réunissent pour adorer le soleil

(6) Après avoir honoré le soleil, les trois prétendants demandent lequel sera roi de Perse. « L’époux de Statira » déclare l’oracle d’Apollon. Oronte exprime son espoir d’être choisi. (7) (8) Statira, prenant une décision soudaine, accorde sa main à Arpago. (9) (10) (11) Statira accorde son autre main à Oronte. (12) Alinda, désespérée, se compare à l’oiseau qui cherche en vain la paix.

Les appartements d’Argene

(13) (14) Dario vient chercher l’appui d’Argene. (15) Feignant d’intercéder pour Darius, Argene confie à sa soeur que ce dernier la trompe. Toujours aussi insaisissable, Statira accorde sa main à Darius. Argene se promet, par quelque moyen, d’empêcher ce mariage. (16) Darius entre dans une grande colère quand il apprend que Statira a aussi choisi Oronte et Arpago. Elle reconnaît, cependant, que c’est lui seul qu’elle aime. (17) Niceno tente de calmer la colère de Darius. (18) Darius, resté seul, ne pense qu’à se venger de ses rivaux.

Acte III

La cour royale

(1) Arpago et Oronte, tous deux couronnés, se croisent et découvrent qu’ils sont tous deux fiancés à Statira. (2) Niceno, désormais complice d’Argene, entraîne Statira hors des murs de la ville pour, dit-il, retrouver Darius. En réalité, il doit l’abandonner dans les bois pour qu’elle soit la proie des fauves. (3) Argene apprend à Darius la « fuite » de sa soeur et lui offre sa main. Il comprend la duplicité de la princesse et part à la recherche de Statira. (6) Argene ayant promis le trône à Oronte s’il supprime Alinda, Oronte est partagé entre la cruauté et la pitié envers la princesse. (7) (8) (9) Darius délivre Statira ; Niceno est condamné à errer dans les bois. (10) Darius et Statira expriment leur amour.

Une place

(11) Argene, pensant sa sœur disparue, se proclame Reine, et fait enchaîner Alinda ainsi que Arpago. (12) (13) (14) Darius arrive, et démasque la fourberie d’Argene. (15) Arpago et Oronte s’inclinent devant la grandeur de Darius qui leur pardonne et accorde la main d’Alinda à Oronte. Statira sera son épouse et reine de Perse.

(livret Harmonia Mundi)

 

 Représentations :

  Valence, Teatre Martin i Soler – 14, 16, 19 décembre 2013 – dir. Federico Maria Sardelli – mise en scène Davide Livermore – décors Manuel Zuriaga – lumières Antonio Castro – chorégraphie Davide Livermore – avec Valentino Buzza / David Astorga (Dario), Cristina Alunno / Mariam Battistelli (Statira), Germán Olvera / Francesco Salvadori (Niceno), Chiara Osella (Argene), Federica Alfano / Hyekyung Choi (Alinda), Irina Levian / Rosy Aliotta (Oronte), Anabel Pérez Real / Jinkyung Park (Arpago), Maria Kosenkova (Flora), David Astorga / Valentino Buzza (Ombra di Ciro), Francesco Salvadori / Germán Olvera (Oracolo di Apollo)

 

Bremen, Die Glocke, Großer Saal – 14 septembre 2013 – version de concert – Accademia Bizantina – dir. Ottavio Dantone – Anders J Dahlin (Daro), Sara Mingardo (Statira), Delphine Galou (Argene), Riccardo Novaro (Niceno), Roberta Mameli (Alinda), Franco Fagioli (Oronte), Yuriy Mynenko (Arpago), Giuseppina Bridelli (Flora)

 

Beaune, Cour des Hospices – 5 juillet 2013 version de concert – dir. Ottavio Dantone – avec Anders J Dahlin (Dario), Renata Pokupic (Statira), Delphine Galou (Argene), Riccardo Novaro (Niceno), Roberta Mameli (Alinda), Franco Fagioli (Oronte), Yuriy Mynenko (Arpago), Giuseppina Bridelli (Flora)

 

Oxford, Garsington Manor – 4, 8, 14, 20, 25, 28 juin, 5 juillet 2008 – Garsington Opera Orchestra – dir. Laurence Cummings – mise en scène David Freeman – décors, costumes Dan Potra – lumières Bruno Poet – avec Paul Nilon (Dario), Renata Pokupic (Statira), Wendy Dawn Thompson (Argene), Nicholas Watts (Oronte), Sophie Bevan (Alinda), Russell Smythe (Niceno), Katherine Manley (Arpago)

 

Grasse – Maison de la Culture – 27 juin 1984 – dir. Gilbert Bezzina – mise en scène Michel Verschaeve – scénographie Jacques Martinez – avec John Elwes, Lesure, Henri Ledroit, Isabelle Poulenard, Dominique Visse, Michel Verschaeve

« Une équipe de chanteurs parfaitement rompus à ce style »… »Dario, un ténor, est aimé à la fois par la cruelle Argene (Henri Ledroit, haute-contre) et la douce Statira (Gérard Lesne, haute-contre, ). Toutes deux sont courtisées par Oronte (Agnès Mellon, soprano) et Arpago (Isabelle Poulenard, soprano), rivaux de Dario. A ces personnages s’ajoutent le philosophe Niceno, (Michel Verschaeve, baryton) et la soubrette Flora (Dominique Visse, haute-contre)…Extraordinaire Henri Ledroit, sachant varier à l’infini sa coloration dans un personnage ambigu, troublant Gérard Lesne dans sa douceur timide et naïve, remarquable le Dario de John Elwes, nullement gêné par la tessiture meurtrière »… »La claveciniste Blandine Verlet avait donné des directives si précises qu’aucun accroc n’a perturbé notre plaisir. » (Opéra International – juillet/août 1984)

 

35e Semaine Musicale de Sienne – Teatri di Rinnovati – août 1978 – Clarion Opera Group de New York – dir. Newell Jenkins – avec Sidney Johnson (Dario), Katherine Ciesinski (Statita), Joy Zornig (Argene), Daniel Collins (Arpago), John Angelo Massena (Oronte)