Miriways

Mirwais Khan Hotak

COMPOSITEUR Georg Philip TELEMANN
LIBRETTISTE Johann Samuel Müller

 

TWV 21 : 24 – singspiel en trois actes, représenté à Hambourg, au Oper am Gänzemarkt, le 26 mai 1728.

Le librettiste Johann Samuel Müller (1701 – 1773) tira le sujet d’évènements historiques. Le titre Miriways est issu du nom de Mir Wais Khan Hotak (1673 – 1715), chef d’une tribu pachtoune de Kandahar, fondateur de la dynastie des Hotaki qui régna de 1709 à 1738 sur une vaste zone s’étendant sur l’Afghanistan et la Perse.

Müller s’inspira d’un livre anonyme, Der Persianische Cromwel, oder Leben und Taten des Miriways, paru en 1723 en Allemagne, qui attribuait à Miriways la conquête d’Ispahan.

L’action de l’opéra est située en Perse.

 

Personnages : Miriways, prince de Kandahar, protecteur de la Perse (baryton) ; Sophi, fils de l’ancien shah déposé, amoureux de Bemira (mezzo-soprano) ; Bemira, sœur présumée de Nisibis, reconnue à la fin fille de Miriways, amoureuse de Sophi (soprano) ; Nisibis, dame persane réfugiée à Ispahan, amoureuse de Murzah (soprano) ; Murzah, prince tartare, frère de Samischa, amoureux de Nisibis (baryton) ; Samischa, épouse secrète de Miriways, mère de Bemira (mezzo-soprano) ; Zemir, prince persan, amoureux de Nisibis (mezzo-soprano) ; Un envoyé de l’ancien shah déposé (ténor) ; Scandor, serviteur de Samischa (baryton) ; L’esprit du défunt shah Abbas Ier (baryton) ; Choeur des Perses (soprano, ténor, basse).
Synopsis :

Le prince afghan Miriways, de Kandahar, a conquis la Perse et s’est installé dans sa capitale Ispahan. Samischa, son amour secret qu’il a dû abandonner autrefois pour épouser une princesse indienne sur l’ordre de son père, est maintenant à ses côtés. Ils ont eu une fille qui, après la séparation, leur a été enlevée et a été élevée en Perse.

Miriways propose la couronne de Perse au jeune Sophi, fils du schah déposé, à la condition qu’il épouse celle que Miriways aura choisie. Mais Sophi, amoureux de Bemira, jeune fille à la naissance obscure, préfère renoncer au trône plutôt qu’à son amour. Par grandeur d’âme, Bemira accepte d’être sacrifiée, mais ni elle, ni Miriways, ni le fantôme de l’aïeul de Sophi ne parviennent à changer la détermination de ce dernier.

Pendant ce temps, le frère de Samischa, Murzah, et le prince persan Zemir convoitent tous deux Nisibis, jeune veuve réfugiée à Ispahan où elle passe pour la s�ur de Samischa. Nisibis aime Murzah, mais se croit l’obligée de Zemir qui multiplie les preuves de son amour en s’attribuant tout ce que fait Murzah pour elle. Mais Zemir finit par être démasqué et Nisibis et Murzah se déclarent leur flamme réciproque.

Dans une conversation entre Nisibis et Samischa, on apprend que Bemira, qui a grandi dans la famille de Nisibis, est en réalité la fille de Miriways et Samischa. C’est elle que Miriways a choisie pour Sophi, sans savoir qu’ils sont déjà amoureux. Quand Miriways présente la future épouse à Sophi, celui-ci exulte, et tous remercient le hasard. (traduction J. D.)

 

Livret en français disponible sur livretsbaroques.fr

 

Représentations :

Linz, Brucknerhaus, Großer Saal – 23 septembre 2012 – version de concert – L’Orfeo Barockorchester – dir. Michi Gaigg – avec Markus Volpert (Miriways), Ulrike Hofbauer (Sophi), Gabriele Hierdeis (Nisibis), Stefan Zenkl (Murzah), Marie-Sophie Pollak (Bemira), Ida Aldrian (Samischa), Susanne Drexl (Zemir), Matthias Helm (Gesandter) – coproduction avec Magdeburger Telemann-Festtagen

Magdebourg, Theater Magdeburg – 10, 11, 16, 17 mars 2012 – dir. Michi Gaigg – mise en scène Jakob Peters-Messer – décors, costumes Markus Meyer – dramaturgie Ulrike Schröder, Johanna Jordan – avec Markus Volpert (Miriways),Ulrike Hofbauer (Sophi), Julie Martin du Theil (Bemira), Katerina Beranova (Nisibis), Stefan Zenkl (Murzah), Ida Aldrian (Semischa), Susanne Drexl (Zemir), Ilja Werger (Ein Gesandter) – nouvelle coproduction avec Magdeburger Telemann-Festtagen

 

Magdebourg – Madgeburg Telemann Festtage – Kloster unserer lieben Frauen – 26 juin 1992 – version de concert – Musica Antiqua Köln – dir. Reinhard Goebel – avec Raimund Nolte (Miriweis), Ann Monyios (Sophie), Maria Zedelius (Nisibis), Hans Georg Wimmer (Mürzah), Mechthild Georg (Samischa), Regina Schudel (Zemir), Martin Hummel (Gedandter)