Saints en W

Walbert :

. Walbert, voir Vaubert.

. Walbert, moine à Luxeuil, abbé après saint Eustase, pendant 40 ans, mort en 665.

Walburge (ou Walpurgis) : née vers 710, fille de Richard, roi des Saxons, religieuse à Winburn, alla en Germanie, abbesse d’Heidenheim, morte en 779. Associée au retour du printemps. Fête le 1er mai.

Walfroy : lombard, vint en Gaule, évangélisa le pays de Trèves, mort à Carignan, près de Reims, vers 595.

Wandrille : né à Verdun, quitta la cour de Dagobert pour se faire moine à Montfaucon, puis à Romans, fonda Fontenelle en 648, dont il fut abbé jusqu’à sa mort en 666, et qui prit son nom. Nom germain « Wandregisil ».

Wenceslas : voir Venceslas.

Werner (ou Garnier ou Verny) : vigneron de la vallée du Rhin, adolescent assassiné en 1287. Rentrant de la messe du jeudi saint, il fut agressé, pendu par les pieds pour lui faire vomir l’hostie, et les veines ouvertes. Patron des vignerons. Fête le 19 avril.

Wilfried (ou Wilfrid) (PR : Alfred) (12 octobre) : né en 634 en Northumbrie, étudia à Rome, puis à Lyon, désigné comme évêque d’York, ordonné à Compiègne, il se retrouva opposé à un autre saint évêque, saint Chad, installé par l’Eglise celte sur le même siège d’York. Fréquemment exilé, il mourut à Oundle en 709. Nom issu du germain « will » (volonté) et « fried » (paix). Fête le 12 octobre.

Willibrord : né vers 658 en Angleterre, moine à Ripon, missionnaire en Frise, archevêque d’Utrecht, fonda Epternach, mort en 738. Fête le 7 novembre.

Winifrid (ou Gwenvred ou Gwenfrewi) : vierge galloise que le prince Caradoc fit décapiter parcequ’elle se refusait à lui. Nom issu du breton « gwenn » (blanc) et « brit » (pensée). Fête le 22 juin.

Winnoc (ou Gwenneg ou Winoc) : neveu de saint Judicaël, roi de Domnonée, né au VIIème siècle. Venant de Grande-Bretagne avec ses compagnons, saint Judoc et ses cousins saint Madoc et saint Arnoc, il se présenta à saint Bertin en Thérouanne, qui les envoya fonder un monastère à Wormhoudt, dans le Nord, dont il deviendra le supérieur. et mourra vers 715. Les Normands détruisirent le monastère au IXème siècle, mais ses reliques furent ramenées à Bergues. Chargé de moudre le grain, la meule tournait seule pendant qu’il priait. Patron des meuniers. Nom issu du breton « gwenn » (blanc). Fête le 6 janvier.

Wladimir : voir Vladimir.

Wolfgang (31 octobre) : né en Souabe vers 925, professeur à Trèves, moine à Einsiedeln, prêtre vers 970, évêque de Ratisbonne en 972, évangélisateur de la Hongrie, mort en 994. Invoqué contre la paralysie et l’apoplexie. Nom issu du germain « wulf » (loup) et « angil » (lance). Fête le 30 octobre.

Wulfhad : martyr en Angleterre, au VIIème siècle, frère de saint Rufin et de sainte Wéréburge. Il fut mis à mort sur l’accusation calomnieuse du ministre Werbode, sur ordre de son père Wulfhère, heptarque de Mercie, un des sept royaumes de l’heptarchie anglo-saxonne du VIème au IXème siècles. Fête le 24 juillet.

Wulfran : né à Milly, dans le Gâtinais, vers 650, seigneur à la cour de Clotaire III, dota l’abbaye de Fontenelle, devint archevêque de Sens en 682, puis décida de partir en mission chez les Frisons, Hollande et Allemagne du Nord. Il revint se retirer à Saint-Wandrille, et mourut en 720. Patron d’Abbeville. Fête le 20 mars.

Wulfstan : évêque de Worcester, en 1062, né en 1012 à Long Itchinton, mort en 1095. Fête le 19 janvier.