Saints en T

Tadoc : abbé au VIème siècle, fut massacré par le seigneur du Faou. Nom issu du breton « rad » (père). Fête le 2 décembre.

Tamara (ou Thamar) : accéda au trône de Géorgie en 1184, déjoua des complots, gracia les rebelles. Elle régna pendant 30 ans pendant lesquelles régna la paix. Morte à Tbilissi en 1213, elle est vénérée à l’égal de la Vierge en Géorgie. Fête le 1er mai.

Tanguy (ou Tangui) (19 novembre) : fils du seigneur de Trémazan (ou Trémaouézan), né vers 520 avec sa soeur Eode. Ils perdirent leur mère et leur père se remaria. Tanguy partit à la cour de Childebert, revint en 545 et, écoutant les calomnies de sa belle-mère, décapita sa soeur sous l’influence de sa belle-mère. Eode remit sa tête sur son cou avant de pardonner à son frère et mourir. Il alla expier sa faute auprès de saint Pol Aurélien, puis se fit moine à l’île de Batz pendant 6 ans. Il fonda l’abbaye de Gerner, au Relecq (Finistère), puis, recevant la tête de saint Matthieu, il créa le monastère de Saint-Matthieu de Fine-Terre, à la Pointe St-Matthieu. Il mourut au Relecq en 594. Nom issu du celte « tan » (feu) et « guy » (chien). Fête le 19 novembre.

Taraise (ou Tharaise) (25 février) : né à Constantinople, patriarche de la ville en 784, animateur du concile de Nicée, mort en 807. Fête le 25 février.

Tatiana (ou Tania ou Tatienne) (12 janvier) : martyrisée à Rome vers 230. Nom issu de Tatius, roi des Sabins. Fête le 12 janvier. Souvent confondue avec sainte Prisca.

Taurin : serait venu en Gaule, mort entre 119 et 127. Selon d’autres sources, évangélisa le pays d’Evreux dont il fut le premier évêque au IVème siècle. Fête le 11 août.

Técelin : père de saint Bernard, mort à Clairvaux en 1120. Béatifié.

Tégide : premier évêque de Gap. Nom issu du latin « Teridius ». Fête le 3 février.

Télémaque : descendit dans une arène à Rome, au IVème siècle, pour arrêter un combat de gladiateurs. Fête le 1er janvier.

Télesphore : pape, d’origine grecque, de 125 à 136, période marquée par les persécutions d’Hadrien.

Télo (Géo : Thélo) : noble gallois, remplaça pendant sept ans saint Samson comme évêque de Dol, puis retourna au Pays de Galles comme évêque de Llandaj, revint en Bretagne à Landeleau (Finistère). L’église conserve une auge de pierre qui aurait été son lit. Il revint au Pays de Galles en y mourut en 570. Fête le 25 novembre.

Tenenan : né au Pays de Galles à la fin du VIème siècle, se retira dans un monastère dirigé par saint Carantoc. Il évangélisa le Léon, construisit le donjon de Lesquelen. Il devint évêque de Léon et mourut vers 635. Fête le 16 juillet.

Tetta (ou Tetta) : abbesse du monastère de Wimborne, où elle formait des auxiliaires pour aider saint Boniface en Allemagne, au VIIIème siècle.

Tétrice : évêque de Langres, succéda à son père, saint Grégoire de Langres, et siégea 33 ans, mort en 572.

Thaddée : voir Jude.

Thaïs (Taide) : né en Egypte au IVème siècle, élevée chrétiennement mais de vie désordonnée, convertie par l’anachorète Paphnuce, de Thébaïde qui l’assujettit à la pénitence. Nom issu du grec (bandeau). Fête le 8 octobre.

Tharaise : voir Taraise.

Tharsice (ou Tharcisius) : martyr à Rome au IIIème siècle, pour avoir refusé de livrer le corps du Christ, enseveli au cimetière de Calliste. Fête le 15 août.

Théau : né en Saxe de parents païens, enlevé par des brigands, vendu comme esclave aux Pays Bas, racheté par saint Eloi, converti, placé à Solignac, en Limousin, ordonné prêtre, évangélisa le pays de Tournai, mort vers 702.

Thècle :

. Thècle, vierge et martyre, née à Icone, au Ier siècle, convertie par saint Paul, elle échappa miraculeusement à divers supplices, notamment aux lions, biches et phoques, mais fut la première femme martyre. Fête le 23 septembre.

. Thècle (24 septembre), une des cinq religieuses martyres en 347 à Hazza, près de Mossoul, en Irak, décapitées par un prêtre qui voulait sauver sa vie et ses biens. Vénérée à Chamalières où ses reliques furent conduites au VII7me siècle. Fête le 24 septembre.

Théodora (PR : Dora, Dorine, Théodorine) (Teodora) (9 novembre) :

. Théodora, vierge et martyre. Elle s’échappa après avoir été condamnée, puis fut décapitée à Alexandrie, vers 304, sous Dioclétien, empereur romain de 285 à 305. Fête le 28 avril.

. Théodora, mariée par obligation, quitta son mari dès la fin du repas de noces pour entrer en religion, au XVII/XVIIIème siècle. Fête le 25 octobre.

Théodore (PR : Feodor, Teddy) (Teodore) (26 mars) (20 avril) :

. Théodore d’Amasée (9 novembre) (9 novembre), soldat (peut-être général), martyrisé à Amasée, dans le Pont, actuelle Amasya, en Turquie, en 306, sous l’empereur Galère (ou vers 300, sous Maximien). Patron des soldats. Nom issu du grec « theodoros » (don de Dieu). Fête le 9 novembre (7 février).

. Théodore d’Héraclée, officier de l’armée de Lucinius, martyr et décapité en 318. Fête le 7 février.

. Théodore de Tarse, né à Tarse en 602, moine grec à Rome, envoyé par le pape Vitalien pour être archevêque de Canterbury, primat de Grande Bretagne, mort en 690. Il présida le concile d’Hetfield qui fixa la doctrine de l’église d’Angleterre. Fête le 19 septembre.

. Théodore Studite, né à Constantinople, abbé de Saccudion après son oncle saint Platon, fonda le monastère de Stude, fut exilé pour le culte des images, mort en 826. Fête le 12 novembre.

Théodoric : franciscain, pendu en 1572 en Hollande. Nom issu du germain « theud » (peuple) et « ric » (puissant). Fête le 9 juillet.

Théodorit : disciple de saint Césaire d’Arles. Nom grec « Theodoretus ».

Théodose (Teodosio) : Théodose le Cénobiarque, né à Marisse en Cappadoce, en 423, fonda un monastère près de la laure de saint Sabas, supérieur des cénobites de Palestine, mort en 528. Fête le 11 janvier.

Théodule (17 février) : enfant d’esclave, martyrisé avec ses parents au IIème siècle, ceux-ci ayant refusé de participer à un sacrifice païen. Nom grec (serviteur de Dieu). Fête le 2 mai.

Théophane :

. Théophane, fut élevé avec son frère Théodore Grapt, à Saint-Sabas de Palestine, exilé avec lui pour le culte des images, devint évêque de Nicée, mort en 845.

. Théophane Vénard, né à Saint-Loup-sur-Thouet, dans les Deux-Sèvres, en 1829, entra aux Missions Etrangères, fut envoyé au Tonkin en 1852, martyr en 1861. Béatifié. Fête le 2 février.

Théophile (Teofilo) :

. Théophile (28 février), évêque d’Antioche, Père de l’Eglise, mort en 190. Nom grec (qui aime Dieu). Fête le 29 décembre (13 octobre).

. Théophile (20 décembre), vieillard chrétien, assista à la torture d’un chrétien en 250 à Alexandrie, et parvint à le sauver, avec les soldats présents, en l’encourageant et en se déclarant tous chrétiens. Fête le 20 décembre.

. Théophile le Pénitent (ou d’Adana), économe, puis évêque d’Adana, substitua un autre à sa place, vendit son âme au Diable, mais réussit à faire annuler le contrat par la Vierge, pénitent, mort en 538. Raconté par Rutebeuf dans le Miracle de Théophile. Fête le 4 février.

Théotime : philosophe, devint évêque, vécut en Turquie au IVème siècle. Fête le 20 avril.

Thérence : nom latin « Terentia ».

Thérèse (PR : Thérésa, Tessa) (Teresa) :

. Thérèse d’Avila (15 octobre) (15 octobre), de la famille Cepeda, née à Avila, en Castille, en 1515, elle se bâtit une hutte d’ermite dans le jardin de son père dès l’âge de 6 ans, entra au couvent des Carmélites en 1535, se convertit vraiment en 1555, subit longtemps une maladie de langueur, connut des expériences mystiques (extases, visions) qui la décidèrent à réformer l’ordre du Carmel. Elle fonda une quinzaine de monastères avec saint Jean de la Croix. Morte au couvent d’Alba de Tormès en 1582, le jour où entrait en vigueur la réforme du calendrier grégorien. Elle écrivit des ouvrages pleins de lyrisme. Surnommée par l’Eglise la Vierge séraphique, Docteur de l’Eglise en 1970. Patronne des intendants. Nom issu du grec « teresis » (gardien) ou de « tarasia » (habitante de Tarente). Fête le 15 octobre.

. Thérèse de l’Enfant Jésus (1er octobre) (3 octobre), née Thérèse Martin, à Alençon, en 1873, cadette gâtée par son père veuf à Lisieux, entra au Carmel de Lisieux en 1888, morte tuberculeuse en 1897. Une basilique fut construite à sa mémoire. Elle laissa la relation de ses expériences mystiques. Patronne de la France, des missions et missionnaires. Canonisée en 1925. Docteur de l’Eglise depuis 1997. Fête le 1er octobre.

They : moine à l’abbaye de Landévennec. Chapelle dédiée à Plogoff. Fête le 7 juillet.

Thibaut (ou Théobald ou Thibaud ou Thibault ou Thiébaud) (Géo : Thiébault):

. Thibaut, archevêque de Vienne, en Dauphiné, au XIème siècle. Nom issu du germain « theud » (peuple) et « bald » (hardi). Fête le 21 mai.

. Thibault, neveu du précédent, né à Provins en 1017, solitaire près de Vicence, pris l’habit des Camaldules, mort en 1066. Fête le 1er juillet.

. Thibault, évêque de Gubbio, en Italie, au XIIème siècle. Fête le 16 mai.

. Thibaut (8 juillet), de la famille des Montmorency, entra en 1226 chez les Cisterciens à l’abbaye des Vaux de Cernay, devint prieur, fut appelé par saint Louis pour prier pour qu’il ait un descendant. Mort en 1247. Ses reliques sont à l’église de Vaux-de-Cernay. Fête le 8 juillet et le 8 décembre.

Thibéry : martyr à Cessero. Nom latin « Tiberius ».

Thierry (PR : Dietrich, Dirk) (1er juillet) (1er juillet) : né à Auménancourt, dans la Marne, d’un père brigand, se retira le jour même de son mariage, sur les conseils de saint Rémi, dans un ermitage qui devint un monastère à Saint-Thierry, dans la Marne. Il convertit son père. Mort en 533. Nom issu du germain « theud » (peuple) et « ric » (puissant). Fête le 1er juillet.

Thomas (Géo : Thomé) (Tommaso) :

. Thomas Didyme (3 juillet) (21 décembre), apôtre, ancien pêcheur de Galilée, célèbre par l’incrédulité qu’il montra lors de la résurrection de Jésus. Il ne fut convaincu que lorsque ce dernier, apparaissant pour la seconde fois, lui montra la marque des clous et lui fit mettre le doigt dans la plaie au flanc. Il alla prêcher aux Parthes et fut martyrisé à Calamine, près de Madras, sur les côtes de Malabar, en Inde. Une croix du VIIème siècle est dressée sur le lieu de son martyre, portant une inscription en ancien perse à Saint-Thomas-de-Mailapur, où sont conservées ses reliques. Auteur d’un évangile apocryphe. Patron des architectes, des experts, des maçons, des organisateurs. Nom issu de l’hébreu (jumeau). Dictons : « S’il gèle à la Saint-Thomas, Il gèlera encore trois mois », « Pour Saint-Thomas, Tue ton porc, maigre ou gras ». Fête le 21 décembre.

. Thomas Becket (29 décembre), né à Londres en 1117, grand chancelier d’Angleterre, il fut pendant 8 ans le ministre favori de Henri II Plantagenet, puis, devenu archevêque de Canterbury, il prit les intérêts du clergé contre le roi. Il dut s’exiler en France, d’où il excommunia Henri II. De retour à Canterbury, acclamé par le peuple, il continua à défendre l’Eglise. Il fut assassiné dans la cathédrale en 1170 par quatre chevaliers sur ordre du roi. Fête le 29 décembre.

. Thomas d’Aquin (28 janvier) (7 mars), le plus grand théologien d’Occident, né à Rocca Secca d’Aquino, près de Cassino, dans le royaume de Naples, en 1227 (1225), d’une famille noble lombarde. Etudiant à Naples, entra chez les Dominicains, malgré l’opposition de sa famille, alla étudier à Cologne auprès d’Albert le Grand qui l’envoya à Paris. Il enseigna longtemps la théologie à Paris et en Italie. Sa Somme théologique (1266-1273), inspirée d’Aristote le fit nommer la Docteur angélique. Il fut invité à la table de Saint Louis. Il mourut à Fossa Nuova, en 1274, en se rendant, par ordre du pape, au concile de Lyon. Son corps fut transféré à Toulouse en 1369. Docteur de l’Eglise. Patron des universitaires. Fête le 7 mars et le 18 juillet (28 janvier).

. Thomas More (ou Morus), né à Londres en 1478, marié, eut quatre enfants, veuf puis remarié, humaniste, docteur en droit, ami d’Erasme, nommé chancelier par Henry VIII. Ayant critiqué publiquement ce dernier, qui avait divorcé, il fut emprisonné et décapité en 1535, après avoir demandé de l’aide pour monter sur l’échafaud, et donné une pièce au bourreau. Fête le 22 juin (6 juillet).

. Thomas de Villeneuve, né en 1488, ermite de Saint-Augustin, évêque de Valence, mort en 1555. Fête le 22 septembre.

Thurial : voir Turien.

Thurin : évangélisateur d’Evreux, au IVème siècle. Nom latin « Taurinus ».

Tiburce (14 avril) :

. Tiburce, martyr à Rome sous Dioclétien. Fête le 11 août.

. Tiburce, romain, converti par sainte Cécile avec Valérien et Maxime, martyrs et inhumés au cimetière de Prétextat. Nom issu du nom de la ville Tibur, devenue Tivoli. Fête le 14 avril.

Timoléon (19 décembre).

Timon (19 avril).

Timothée (Timoteo) (24 janvier) :

. Timothée, né vers 35 d’une mère juive et d’un père païen, converti par saint Paul, qui lui adressa plusieurs épîtres, évêque d’Ephèse. Il fut lapidé en 97 pour s’être opposé à un fête de Diane. Nom grec (qui honore Dieu). Fête le 24 (26) janvier.

. Timothée, né à Antioche, prêcha à Rome, décapité en 310. Fête le 15 août.

Tiphaine : voir Epiphane.

Tite : disciple de saint Paul, qu’il suivit, fonda l’église crétoise, mort en 105. Fête le 6 février.

Tivisio : donna son nom à Landivisiau. Fête le 18 juillet.

Tranquillin (6 juillet).

Trémeur : fils de Conomorre, roi de Domnonée au VIème siècle, et de sa cinquième épouse sainte Trifine. Enceinte, celle-ci s’enfuit, mais Conomorre la tua. Saint Gildas la ressuscita et baptisa le nouveau-né. Ce dernier fut découvert par Conomorre au monastère de saint Gildas et le décapita. Conomorre fut tué à son tour par son fils Judwal, avec l’aide de saint Samson. Patron de Carhaix et de Kergloff. Fête le 7 novembre.

Trifine (Géo : Tréphine) : fille de Waroc, gouverneur de la province de Vannes. Elle fut donnée en mariage à Conomorre, mais s’enfuit de Kastell Finan, au bord du lac de Guerlédan, car Conomorre a résolu de tuer le fils qu’elle aura de lui, qui, selon une prédiction, doit tuer son père. Elle est rattrapée à Sainte-Tréphine (Côtes d’Armor) et décapitée. Waroc s’adressa à saint Gildas qui la ressuscita, et elle accoucha de saint Trémeur. Nom grec « Trephina ». Fête le 21 juillet.

Trivier : ermite dans les Dombes, au VIème siècle. Nom gallo-latin « Treverius ».

Trojan : évêque de Saintes, au VIème siècle. Nom latin « Troianus ».

Tropez : converti à Rome par les apôtres, fonctionnaire ami de saint Paul, décapité en 67 à Pise, vénéré en Provence. Nom issu du latin « Torpes ». Fête le 29 avril.

Trophime : compagnon de saint Paul, premier évêque d’Arles. Fête le 29 décembre.

Tryphon : martyr avec Respicius, à Nicée, en 250. Fête le 8 octobre (10 novembre, avec Respicius et Nympha).

Tudi (Géo : Tudy) : disciple de saint Maodez, ou moine de saint Guénolé, vécut en ermite sur l’île de Groix. Fondateur d’un monastère à l’Ile-Tudy, transféré plus tard à Loctudy. Patron de l’île de Groix. Statue du XIVème siècle le représentant dans l’église paroissiale de Loctudy. Fête le 9 mai.

Tudon : anglais, débarqua à Landéda, dans l’Aber Wrac’h, bâtit un oratoire à Plouguin dans un camp gallo-romain ruiné. Nom issu du breton « tut » (peuple). Fête le 17 mai.

Tugdual (ou Tudal ou Tudwal ou Tugal) (Géo : Thual) : fils de sainte Coupaïa, frère de sainte Sève, d’origine galloise, passa en Armorique au début du VIème siècle, débarqua au Conquet, fonda un monastère à Lan-Pabu, devenu Trébabu, en Finistère, puis un ermitage à Saint-Pabu, sur l’Aber-Benoît. Il fonda le monastère de Tréguier, obtint l’aide de l’évêque d’Angers et du roi Childebert contre Conomorre. Il se rendit à Rome en 548, arriva à la mort de ce dernier et fut désigné comme pape par une colombe blanche. Il revint à Tréguier où il mourut en 553. Un des sept saints fondateurs de la Bretagne. Nom issu du germain « tug » (valoir) et « adal » (noble). Fête le 30 novembre.

Tugen : disciple de saint Pol Aurélien, au VIème siècle, succéda à saint Jaoua comme abbé de Daoulas. Invoqué contre la rage. Fête le 26 janvier.

Tullie (Géo : Tulle) : fille de saint Eucher de Lyon, soeur de sainte Consorce, morte vers 489, honorée en Provence. Nom latin « Tullia ».

Turien (Géo : Thuriau, Turial, Thurien,Turio) : né à Baulon, en Ille-et-Vilaine, vers 650. Berger, recueilli par l’évêque de Dol, Gurval, auquel il succéda. Mort en 750. Fête le 13 juillet.