Saints en P

Pacien : veuf, prélat espagnol, évêque de Barcelone, né vers 328, mort à Barcelone vers 390. Fête le 9 mars.

Pacôme (Pacomo) (7 mai) (14 mai) : né en Haute Egypte vers 276 (290), païen converti, fonda la première maison de cénobites à Tabenne, mort en 347, dans la communauté de Phbou. Laissa un règle en copte, traduite en latin par saint Jérôme. Nom issu de l’égyptien « pahum » (aigle). Fête le 9 mai (14 mai précédemment).

Palais (ou Pallade) : évêque de Saintes vers 573. Nom grec « Palladius ».

Pair : voir Paterne.

Pallaye : vierge, compagne de saint Porcaire, au Vème siècle. Nom grec « Palladia ».

Pammaque : sénateur romain, épousa Pauline, fille de sainte Paule, veuf, se dévoua aux malades, mort en 410. Fête le 30 août.

Pamphile (Panfilo) (1er juin): né à Béryte (ou Césarée) vers 250, magistrat, ami de l’évêque Eusèbe de Césarée, se convertit, étudia à Alexandrie, ouvrit une école à Césarée, emprisonné puis martyrisé en 309. Nom issu du grec (ami de tout le monde). Fête le 1er juin.

Pancrace (Géo : Brancher, Pancrasse, Pancré, Planchers, Prancher, Blancard, Plancard) (Pancrazio) : neveu de saint Denys, mort martyr en 304, sous Dioclétien, à l’âge de 14 ans. Enterré au cimetière de Calépode, à Rome. Second des « saints de glace ». Protecteur des enfants et invoqué contre les engelures. Nom issu du grec (le plus puissant). Dicton : « Les trois saints au sang de navet, Pancrace, Mamert et Servais, Sont bien nommés les saints de glace ». Fête le 12 mai.

Pantaléon (Géo : Pandelon, Plantaire) (27 juillet) : médecin de l’empereur Galère, apostasia, puis revint à la foi. Martyr avec Heremolaus. Patron des médecins. Fête le 27 juillet.

Pantène : né en Sicile, stoïcien converti, chef de l’école d’Alexandrie vers 170, maître de Clément, évangélisa l’Arabie, mort vers 210. Fête le 7 juillet.

Paphnuce : né vers 280, disciple de saint Antoine, évêque , assista au concile de Nicée, adversaire de l’arianisme, torturé sous Maximin, en 350 Fête le 11 septembre.

Papias : disciple de saint Polycarpe, évêque d’Heriapolis, en Phrygie, au début du IIème siècle. Fête le 22 février.

Papoul : prêtre et martyr dans le Lauraguais, vers 285. Il partagea les travaux apostoliques de saint Saturnin, à Toulouse. Un évêché porta son nom sous Jean XXII. Nom latin « Papulus ». Fête le 3 novembre.

Pardoux (Géo : Pardon, Pardoult, Perdon, Perdoux) (17 communes) : abbé de Guéret, au VII/VIIIème siècle. Nom germain « Pard-wulf ».

Parfait (18 avril) (18 avril) : prêtre de Cordoue, première victime de la persécution des années 850, décapité en 850. Fête le 18 avril.

Pargoire : martyr en Orient, au IIIème siècle. Nom grec « Paragorius ».

Parthem :

. Parthem, martyr au IIIème siècle. Nom grec « Parthenius ».

. Parthem, évêque de Lampsaque au Vème siècle.

Pascal (PR : Pascale, Pascaline) (Pasquale) :

. Pascal Ier, pape de 817 à 824, d’origine romaine. Il accueillit à Rome les Grecs qui fuyaient les persécutions de l’empereur iconoclaste Léon l’Arménien. Il sacra Lothaire empereur, en 823. Nom issu du latin « pasqualis » (qui a trait à Pâques). Fête le 11 février.

. Pascal Baylon (17 mai) (17 mai), né à Torre Hermosa, en Aragon, en 1540, berger, puis franciscain en 1564, illettré, chargé de mission auprès du Supérieur général de l’ordre alors à Paris, mort en 1592 à Villa-Réal, près de Valence, en revenant de Paris. Fête le 17 mai.

Paschase : Paschase Radbert, né en Soissonnais au VIIIème siècle, moine puis abbé de Corbie, se retira à Saint-Riquier, mort vers 865.

Pastour (Géo : Pastous) : martyr en Espagne, au IVème siècle. Nom latin « Pastor ».

Paterne (ou Patern ou Pair) (Géo : Paër, Pern, Pois, Poix) :

. Paterne, né à Poitiers au Vème siècle, moine à Ension, puis à Scicy, près de Coutances.

. Paterne, né en Bretagne, évêque d’Avranches vers 552, mort vers 563. Un des sept saints fondateurs de la Bretagne. Fête le 16 avril. Nom latin « Paternus » (paternel).

. Paterne (15 avril) (15 avril), évêque de Vannes, vers 570 (467). Fête le 15 avril.

Pathus : chanoine de Meaux, au VIème siècle. Nom latin « Patuscius ».

Patient : évêque de Lyon au Vème siècle, adversaire des ariens, mort vers 491. Fête le 11 septembre.

Patrice (ou Patrick) (PR : Patricia) (Géo : Parize) (Patrizio) (17 mars) (17 mars) : né vers 390, près de Dumbarton, en Ecosse, fils d’un décurion romain, enlevé à 16 ans par des pirates irlandais, vendu comme esclave, il devint berger. En 411, il réussit à s’enfuir en Gaule, où il traversa pendant 28 jours une terre désertique. Il devint prêtre et disciple de saint Germain d’Auxerre., qui le nomma évêque. Il retourna en Irlande, à la cour de Tara, convertit le roi Lloegaire fondant églises et monastères. II alla à Rome, voir le pape, en 441, et revint fonder son siège épiscopal à Armagh. Il se retira vers 457 dans la solitude et mourut en 461. Patron de l’Irlande, du Nigéria. Nom issu du latin « patricius » (noble). Dicton : « Quand il fait doux à Saint Patrice, De leur trou sortent les écrevisses ». Fête le 17 mars.

Patrocle (Géo : Parres) : martyr, au IIIème siècle. Nom grec « Patroclus ».

Paul (PR : Pablo) (Géo – 59 communes : Pal) (Paolo) :

. Paul de Tarse (25 juin) (25 janvier) (29 juin) (29 juin), né à Tarse, en Turquie, entre 5 et 15 av. Jésus-Christ, de son premier nom Saül, juif, citoyen romain. Sous le nom de Saül de l’hébreu « shâûl » (obtenu par la prière), élève de Gamaliel à Jérusalem, il fit partie du sanhédrin qui condamna saint Etienne, en 36, et persécuta les chrétiens. Chevauchant sur le chemin de Damas, en 34, il fut désarçonné, eut une vision du Christ et se convertit. Il fut baptisé par Ananie. Il évangélisa les gentils du monde hellénique, et est considéré comme le 13ème apôtre, dit des « Gentils » (non-juifs). Il prêcha le Christ près d’Antioche, à Athènes, à Ephèse, à Jérusalem où il fut arrêté et envoyé à Rome en 61, où il fut acquitté en 63. IL repartit vers l’Espagne et revint par les Balkans où il fut une nouvelle fois arrêté lors de la persécution de Néron. De nouveau transféré à Rome, il fut condamné à être décapité et mourut sur la Voir d’Ostie en 67, à l’emplacement de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs. Premier organisateur de la discipline ecclésiastique et de la doctrine chrétienne. Patron des cordiers, vanniers et tapissiers, pour avoir été descendu dans un panier le long du rempart de Damas. Représenté chauve et tenant l’épée avec laquelle il fut décapité. Nom issu du latin « paulus » (faible). Fête le 25 janvier (Conversion) et le 29 juin, avec saint Pierre.

. Paul, évêque du Tricastin, au IVème siècle.

. Paul, (dit Paul Ermite ?), né vers 228, se retira au désert de Thébaïde à 15 ans, fuyant les persécutions de Dèce, et y resta 113 ans, mourant vers 341. Il fut enseveli par saint Antoine, et sa vie fut écrite par saint Jérôme. Fête le 10 janvier (ou 15 janvier).

. Paul, évêque de Constantinople, étranglé par les ariens, mort vers 351. Fête le 7 juin.

. Paul de Léon, né en Cornouailles, évangéliste du pays de Léon en Armorique, mort presque centenaire vers 575. Fête le 12 mars.

. Paul Ier, né vers 700, pape de 757 à 767, mort à Rome. Il fut protégé par Pépin le Bref contre les attaques de Didier, dernier roi des Lombards, mort en 775, un an après avoir été vaincu par Charlemagne, à Pavie. Fête le 28 juin.

. Paul Miki, japonais missionnaire, mort crucifié en 1597, à Nagasaki. Fête le 6 février.

. Paul de la Croix, né en 1694 à Ovada, en Ligurie, de son nom François Daney, laïque puis prêtre, fonda en 1737 la congrégation de la passion de Jésus-Christ (les Passionistes), mort en 1775. Fête le 18 octobre (19 octobre) (28 avril).

Paule (PR : Paula, Paulette, Pauline, Polette) (Paola) (26 janvier) (26 janvier) : Paule de Rome, dame romaine, née à Rome en 347. Elle descendait des Gracques, deux frères qui avaient tenté de faire adopter des lois agraires contre l’aristocratie romaine, et des Scipions, illustre famille patricienne. Elle épousa Toxotius, et en eut un fils et quatre filles. Veuve à 22 ans, elle vécut pieusement, fréquentant le monastère de sainte Marcelle et saint Jérôme. Elle suivit celui-ci en Terre sainte, où elle fonda un monastère à Bethléem où elle se retira avec ses deux filles, dont Eustochium, et mourut en 404. Saint Jérôme écrivit sa vie. Fête le 27 janvier.

Paulien : évêque du Velay, au VIème siècle, avant que le siège fut au Puy. Nom latin « Paulianus ». Fête le 14 février.

Paulin (Paolino) :

. Paulin de Trèves, évêque de Trèves, succéda à Maximin, exilé pour avoir pris le parti d’Athanase, mort en 358. Fête le 31 août.

. Paulin de Nole (22 juin), né à Bordeaux en 353, préfet de Rome, converti au tombeau de saint Félix de Nole, prêtre à Barcelone, évêque de Nole, où il mourut en 431. Fête le 22 juin.

. Paulin d’Aquilée (11 janvier), né en 726, évêque d’Aquilée, port sur l’Adriatique, détruit par Attila en 452, siège de 2 conciles, érigé en patriarcat par Charlemagne en 787, mort à Aquilée en 804. Estimé de Charlemagne et illustre en son temps. Fête le 11 janvier.

Pavace : 3ème évêque du Mans. Nom latin « Pavacius ».

Peggy : se retira, avec son frère Guthlac, dans des ermitages séparés, en Angleterre. Après la mort de son frère, alla à Rome où elle mourut en 719. Fête le 8 janvier.

Pélagie (Pelagia) :

. Pélagie (9 juin), martyre à Antioche, actuellement Antakia, en Syrie, en 304 (283), à 15 ans, se jeta du haut de sa maison alors qu’on venait l’arrêter comme chrétienne (ou pour échapper à un magistrat libidineux). Nom issu du grec « pelagos » (pleine mer). Fête le 9 juin.

. Pélagie (8 octobre), née à Antioche vers 430, appelée Marguerite, s’engagea dans une troupe de comédiennes à Antioche, morte près de Jérusalem vers 457. Convertie par un sermon de Nonnus, évêque d’Edesse, ville de Mésopotamie septentrionale, en 453. Elle se retira sur le mont des Oliviers où elle vécut en pénitente jusqu’en 457. Fête le 8 octobre.

Pellerin : 1er évêque d’Auxerre, au IIIème siècle. Nom latin « Peregrinus ».

Pépin : Pépin de Landen, maire du palais de Clotaire II, mort en 640. Béatifié.

Per : breton, au VIème siècle.

Péran : moine à l’abbaye de Landévennec, vers la fin du Vème siècle, alla en Irlande, où il fut évêque et mourut. Père de saint Patern ou de saint Pair.

Périne (21 février) : voir Pétronille.

Pernelle : voir Pétronille.

Perpétue (Perpetua) :

. Perpétue, née en 181, catéchumène, baptisée en prison, fut exposée dans un filet à une vache furieuse, à Carthage, avec Félicité, en 203. Elle écrivit, dans sa prison, le récit de sa captivité. Fête le 7 mars, avec Félicité.

. Perpétue (ou Perpet), de famille sénatoriale, évêque de Tours, agrandit la basilique de saint Martin, où il fut enseveli en 490. Fête le 8 avril.

Péreuse : nom latin « Petrusius ».

Perreux (PR : Pereg) : moine gallois, au VIème siècle, évangélisa la Cornouaille anglaise. Nom latin « Petrocus ».

Perronelle : voir Pétronille.

Petrone (Petronio) : évêque de Bologne, né à Constantinople, mort à Bologne vers 450. Fête le 4 octobre.

Pétronille (PR : Périne, Perrine, Peroline, Pernelle, Perrenotte, Perronelle, Perrette, Peyronne, Peyronnelle, Pérette, Pierrette), (Petronilla) (31 mai) : romaine, convertie par saint Pierre, dont elle était la fille spirituelle ou la fille naturelle, vierge et martyre du Ier siècle. Nom issu du latin « Petrus ». Invoquée pour la pluie (proverbe « S’il pleut pour sainte Pétronille, trente jours tu tremperas ta guenille »). Représentée avec un balai. Patronne de la France. Fête le 31 mai.

Pézenne (Géo : Pazanne, Pexine) : vierge du VIIIème siècle, honorée en Poitou. Nom latin « Pecinna ».

Phébade : évêque d’Agen, adversaire de l’arianisme, joua un rôle important au concile de Rimini en 359, mort après 392.

Philbert (ou Philibert) (PR : Philiberte) (Filiberto) : né en 616 près d’Eauze, dans le Gers, moine à Rebais, premier abbé de Jumièges, abbaye bénédictine, qu’il fonda en 654, victime d’Ebroïm, alla fonder Noirmoutier (« monastère noir ») dans l’île de Her, en 684. Son corps fut transféré à Tournus. Nom issu du germain « fili » (beaucoup) et « behrt » (illustre). Fête le 20 août.

Philémon : grec converti par saint Paul. Nom issu du grec « phileo » (aimer). Fête le 22 novembre.

Philigone (20 décembre).

Philippe (PR : Philippa, Philipotte) (Filippo) :

. Philippe de Bethsaïde (3 mai), un des premiers apôtres, ancien pêcheur, né à Bethsaïde, en Galilée, ville de la tribu de Zabulon, martyr à 87 ans, crucifié la tête en bas, à Hierapolis, en Phrygie, vers 90, sous Domitien. Il eut trois filles, dont sainte Iris. Il évangélisa la Scythie et la Phrygie. Son corps fut transféré à Rome avec celui de saint Jacques. Patron de l’Uruguay. Nom issu du grec « philos » (ami), et « hippos » (cheval). Fête le 3 mai (avec Jacques) (11 mai).

. Philippe l’Evangéliste, un des sept premiers diacres (ordre inférieur au prêtre), né à Césarée, mort martyr à Tralles, ville de Phrygie, en 80. Fête le 6 juin (église latine), le 11 octobre (église grecque).

. Philippe Berruyer, né à Tours, évêque d’Orléans, puis de Bourges, mort vers 1260. Béatifié.

. Philippe Benizzi (ou Beniti), né en 1234 à Florence, entra dans l’ordre des Servites, qu’il développa, refusa d’être archevêque de Florence, et même pape (il se cacha jusqu’à l’élection de Grégoire X). Mort en 1285. Fête le 23 août (22 août).

. Philippe de Néri, prêtre italien, né à Florence en 1515, surnommé l’apôtre de Rome, mort à Rome en 1595. Fondateur en 1564 à Rome, de l’Oratoire, congrégation de prêtres séculiers, approuvée en 1575. Fête le 26 mai. Une église lui est dédiée à Palerme, abritant un tableau représentant l’Apparition de la Vierge à saint Philippe. Fête le 26 mai.

Philippine : Philippine Duchêne, née à Grenoble, morte dans le Missouri. Béatifiée. Fête le 18 novembre.

Philomène (Filomena) : romaine, vierge et martyre au IVème siècle. Elle aurait subi le martyre pour avoir refusé d’épouser Dioclétien, empereur romain de 28 à 305. Son corps fut découvert à Rome en 1802. Son culte, favorisé par le curé d’Ars, a été retiré en 1961. Nom issu du grec « phileo » (aimer). Fête le 10 août.

Phocas : Phocas le Jardinier, chrétien de Sinope au IVème siècle, charitable. Persécuté, il creusa lui-même sa fosse pendant la nuit et se déclara prêt à mourir. Patron des jardiniers. Fête le 22 septembre.

Piat (ou Piaton) : chrétien du Bénévent, envoyé en Gaule Belgique, martyr près de Seclin en 286. Son corps fut découvert par saint Eloi. Nom latin « Piatus ». Fête le 1er octobre.

Pie (PR : Pia) (Pio) :

. Pie Ier (11 juillet), pape de 140 à 155 (ou de 158 à 167), originaire d’Aquilée, mort probablement martyr. Il lutta contre le philosophe gnostique Marcion. Nom latin « pius » (pieux). Fête le 11 juillet.

. Pie V (5 mai), né Antoine-Michel Ghislieri, en 1504 à Milan, berger, pape de 1566 à 1572. Il s’attacha à la réforme de l’Eglise en faisant paraître le Catéchisme du concile de Trente, soutint les Ligueurs en France, réforma l’ordre de Citeaux, et provoqua la réunion des flottes chrétiennes qui battirent les Turcs à Lépante, en 1571. Canonisé en 1712. Fête le 5 mai (30 avril).

. Pie X, né Giuseppe Sarto, en 1835, à Riese, pape de 1903 à 1914. Il vit se consommer la rupture des relations diplomatiques avec la France, et la séparation, en 1905, de l’Eglise et de l’Etat. Adversaire du modernisme (le « Sillon »), condamné en 1907, il restaura le chant sacré. Canonisé en 1954. Fête le 3 septembre.

Pience : voir saint Nicaise. Nom latin « Pientia ».

Pient : évêque de Poitiers, au VIème siècle, aida sainte Radegonde à construire son monastère, mort vers 561. Fête le 13 mars.

Pierre (PR : Peter, Pierrick) (Géo : Pé, Pée, Pey, Père, Péravy) (Pietro) :

. Pierre (29 juin) (29 juin), apôtre, né en Bethsaïde, en 10 av. J.-C., pêcheur à Capharnaüm, sur le lac de Génézareth, de son nom Simon bar Iona (fils de Jean). Jésus l’appela Képhas (pierre en araméen) et l’institua chef de son Eglise. Il fut le premier des Apôtres et des papes, en 33. Comme prédit par Jésus, il le renia trois fois. Il prêcha en Judée, en Galilée, à Antioche, où il avait fui la persécution d’Hérode Agrippa. Il alla ensuite à Rome, à deux reprises, sous Claude et sous Néron. Celui-ci le fit crucifier, à Rome, la tête en bas, en 67. La basilique du Vatican est construite sur son tombeau, mis à jour dans les années 1940/50. Patron des maçons, des pêcheurs, des plâtriers, des poissonniers, des serruriers, des tailleurs de pierre. Nom issu du grec « petros » (pierre). 161 communes de France portent son nom. Dicton : « S’il pleut la veille de Saint Pierre, La vigne est réduite d’un tiers ». Fête le 29 juin (avec saint Paul).

. Pierre d’Alexandrie, vit les débuts d’Arius et prédit les ravages de l’hérésie, patriarche d’Alexandrie, martyr en 311, sous Maximin Daia.

. Pierre de Sébaste, frère de saint Basile, moine, évêque de Sébaste où il rétablit la foi de Nicée, assista au concile de Constantinople en 381, mort en 387. Fête le 9 janvier.

. Pierre Chrysologue (« aux paroles d’or »), né à Imola en 380 (406), archevêque de Ravenne, mort en 450. Docteur de l’Eglise. Fête le 4 décembre.

. Pierre Damien (21 février) (23 février), né à Ravenne en 988 (1007), délaissé par ses parents, élevé par un frère, Damien, dont il prend le nom, se fit ermite, camaldule à Font-Avellane, cardinal, évêque d’Ostie, promoteur de la réforme du clergé au XIème siècle, aux côtés du futur Grégoire VII, mort à Faenza en 1072. Fête le 21 février (23 février précédemment).

. Pierre l’Ermite, né à Amiens vers 1050, prédicateur de la première croisade, mort en 1115. Fête le 8 juillet.

. Pierre de Vérone, né à Vérone en 1205 de parents hérétiques, étudia à Logne, et fut un des premiers dominicains. Inquisiteur à Milan, puis à Crémone, il fut assassiné par des hérétiques en 1252, et traça de son sang le début du Credo. Canonisé en 1253. Fête le 29 avril.

. Pierre Nolasque, né à Saint-Papoul, en Languedoc, vers 1182, prit part à la croisade contre le Albigeois, fonda en 1218, avec l’aide Jacques d’Aragon, à Barcelone, la congrégation de la Merci (ou des Mercédaires), ordre militaire jusqu’en 1307, destinée à racheter les chrétiens faits prisonniers par les Musulmans (500.000 jusqu’en 1779). Mort à Barcelone en 1256. Fête le 29 janvier (31 janvier).

. Pierre Célestin, voir Célestin V.

. Pierre Thomas, né en Périgord, carme, théologien de Clément VI, légat en Russie et à Constantinople, devint patriarche de Constantinople, mort à Chypre en 1366.

. Pierre de Luxembourg, né en 1369, dans le duché de Bar, chanoine de Paris, évêque de Metz à 16 ans, cardinal, mort à 18 ans, en 1387. Patron d’Avignon. Béatifié.

. Pierre d’Arbuès, inquisiteur assassiné en 1562. Fête le 17 septembre.

. Pierre d’Alcantara, de son nom Pedro Garavita, né à Alcantara, ville-forte d’Estremadure, en 1499, franciscain, fondateur de l’ordre austère des franciscains déchaussés, mort à Las Arenas en 1562. Il aida sainte Thérèse d’Avila dans sa réforme. Fête le 19 octobre.

. Pierre Gonzalèz (?) : patron de la marine de guerre. Fête le 15 avril.

. Pierre Canisius (21 décembre), de son nom Pierre Kanijs, né à Nimègue en 1521, étudia à Cologne, à Louvain, entra chez les jésuites en 1543, participa brillamment au Concile de Trente, fonda le collège de Fribourg, mort en 1597. Docteur de l’Eglise, il anima la Contre-réforme en Allemagne. Fête le 21 décembre (27 avril en Suisse).

. Pierre Fourier (9 décembre), né à Mirecourt en 1565, chanoine régulier, fondateur de la congrégation enseignante des soeurs de Notre Dame, curé de Mattaincourt, puis relégué à Gray, mort en 1640. Fête le 9 décembre.

. Pierre Claver, né en Catalogne en 1580 ou 1585, se consacra aux esclaves noirs d’Amérique du Sud, mort en 1654. Fête le 9 septembre.

. Pierre Louis Chanel, né à Cluet, dans le diocèse de Belley, en France, dans une famille de fermiers. Ordonné en 1827, il fut curé à Crozet. Entré dans la Société de Marie (les prêtres maristes) en 1831, fut envoyé en Océanie comme supérieur du premier groupe de missionnaires. Il fut mis à mort dans l’île de Futuna, par un roi indigène. Protomartyr de l’Océanie, il fut canonisé en 1954. Fête le 28 avril.

. Pierre aux Liens (1er août).

Pinyte (10 octobre).

Placide (Placido) (5 octobre) : né à Rome, confié par son père à saint Benoit vers 522, moine bénédictin, sauvé de la noyade par saint Maur, massacré à Messine vers 541. Fête le 5 octobre.

Plaisir : abbé de saint-Symphorien d’Autun, au VIIIème siècle. Nom latin « Placidus ».

Platon : abbé de Saccudion au IXème siècle, oncle de saint Théodore Studite. Condamné à mort en 814. Fête le 4 avril.

Pol : Pol de Léon, Pol Aurélien, né dans le Clamorgan, en Pays de Galles, vers 480 (492), initié à la vie monastique au monastère de Lanwit Major, sur l’île Caldey, avec les futurs saint Samson et saint Gildas, . En 512, il traversa la Manche avec 12 compagnons, débarqua à Ouessant, où il fonda Lampaul, puis à Melon, et évangélisa la région de Brignogan. Lors d’un second séjour, il délivra l’île de Batz d’un dragon, et y fonda un monastère. Appelé à Paris en 530, il fut contraint par le roi Childebert d’accepter l’évêché de Léon qu’il installa dans une ancienne forteresse devenue Saint-Pol-de-Léon. En 554, il se retira à l’île de Batz, reprit l’évêché après la mort de ses deux successeurs, puis se retira à nouveau et mourut à Batz en 572. Un des sept saints fondateurs de la Bretagne. Fête le 12 mars.

Polycarpe (26 janvier) : né vers 69, disciple de saint Jean, évêque de Smyrne, maître de saint Irénée, alla à Rome traiter avec saint Anicet la question de la Pâque, arrêté à 86 ans, mort martyr sur le bûcher vers 155, deuxième martyr après saint Etienne. Auteur d’une Epître aux chrétiens de Philippes, ville de Macédoine. Nom issu du grec « plous » (beaucoup) et « karpos » (fruit). Fête le 26 janvier (23 février).

Polyeucte (Poliuto) : officier romain à Mélitène, en Arménie, païen, converti par Néarque, ut aussitôt martyrisé, en 250. Inspira Corneille. Fête le 13 février.

Pompée (Géo : Pompain) : martyr en Afrique, au IIIème siècle.

Pompont : évêque de Naples, au VIème siècle. Nom latin « Pomponius ».

Ponce : diacre de Carthage, disciple de saint Cyprien, exilé avec lui à Curube, sous Valérien, mort après 260. Fête le 8 mars.

Pons (ou Point) (Géo : Poncy, Pont) :

. Pons, d’Asie Mineure, au IIIème siècle. Nom latin « Pontius ».

. Point, ermite dans le Jura, au IVème siècle. Nom latin « Pontius ».

Pontien : né à Rome, pape de 230 à 235. Il vit la fin du schisme d’Hippolyte. Fête le 19 novembre.

Porchaire (Géo : Porquier) :

. Porchaire, abbé de Sainte-Hilaire de Poitiers, mort vers 600. Fête le 1er juin.

. Porchaire, abbé de Lérins, martyrisé en 731 avec 500 moines par les Sarrasins. Fête le 12 août.

Potentien : voir saint Sabinien.

Pothin (2 juin) : évêque et martyr, apôtre des Gaules, né en 87, martyr à Lyon, en même temps que sainte Blandine, en 177 sous Marc Aurèle, empereur romain de 161 à 180. Nom issu du grec « pothos » (apssion). Fête le 2 juin.

Pouange : ermite à Troyes, au VIème siècle. Nom latin « Potamius ».

Pourçain : esclave affranchi, devint moine, gouverna un monastère en Auvergne, travailla à délivrer des prisonniers, mort vers 540. Donna son nom à une ville. Nom latin « Portianus ».

Praxède : romaine, fille de saint Pudens, baptisée par saint Pierre. Fête le 21 juillet.

Prétextat : évêque de Rouen en 549, assassiné le jour de Pâques, dans son église, sur ordre de Frédégonde, en 586. Fête le 24 février.

Preuve : martyre près de Guise, au Vème siècle. Nom latin « Proba ».

Priest (Géo : Préjet, Preuil, Prix, Projet) (23 communes) : né en Auvergne, évêque de Clermont, assassiné à Volvic en 674. Nom issu du latin « Praejectus ». Fête 25 janvier.

Primaël (PR : Primel) : originaire du Pays de Galles, disciple de saint Corentin, vécut en ermite en Cornouaille, au VIème siècle. Nom issu du breton « prit » (prestance) et « mael » (prince). Fête le 15 mai.

Prime : voir saint Félicien. Fête le 9 juin, avec Félicien.

Prisca (ou Prisque) (18 janvier) : vierge et martyre à Rome vers 270. Une basilique sur l’Aventin porte son nom. Fête le 18 janvier.

Priscilla : convertie par saint Pierre qu’elle reçut dans sa maison, mère de saint Pudens. Donna son nom à une catacombe sur la via Salaria Nuova à Rome. Nom issu du latin « priscus » (ancien). Fête le 16 janvier.

Privat : évêque du Gévaudan, mort à Mende des mauvais traitements infligés par le roi alaman Chrocus, en 266 (257). Fait prisonnier par les envahisseurs, il refusa de dire aux chrétiens d’ouvrir les portes et d’indiquer le point faible de la place, castrum de Grèzes où il s’étaient réfugiés. Nom latin « Privatus » (privé). Fête le 21 août.

Prix : voir Priest.

Probe (11 octobre).

Processus : voir saint Martinien. Fête le 25 janvier, avec Martinien.

Proclus : disciple et secrétaire de saint Jean Chrysostome, archevêque de Cyzique. Repoussé par les habitants, il fut nommé à Constantinople, ne siégea qu’en 434 en raison d’oppositions, mort en 446. Fête le 24 octobre.

Procope (Procopio) :

. Procope (8 juillet), martyrisé et décapité en 303 à Césarée, sous Dioclétien, empereur romain de 284 à 305. Fête le 8 juillet.

. Procope, patron de la Bohême, né Chotum vers 980, mort au monastère de Sazava vers 1053. Canonisé en 1804. Fête le 4 juillet.

Prosper (Prospero) (25 juin) (25 juin) :

. Prosper Tiro ou d’Aquitaine, né près de Bordeaux (à Limoges) vers 390, laïc marié, se fit moine à Marseille, théologien et chroniqueur, correspondant et partisan de saint Augustin et saint Hilaire dans leur lutte contre les pélagiens. Il devint secrétaire du pape saint Léon en 440. Mort vers 463. Nom issu du latin « prosperus » (florissant). Fête le 25 juin.

. Prosper, évêque de Reggio au VIème siècle. Fête le 25 juin.

Protais (19 juin) : frère de saint Gervais, martyr avec lui, à Milan, sous Néron, empereur romain de 54 à 68. Nom issu du grec « protos » (premier). Fête le 19 juin, avec Gervais.

Prote : voir Hyacinthe. Fête le 11 septembre, avec Hyacinthe.

Prothade : 8ème évêque de Besançon, combattit les simoniaques de 612 à 624.

Prudence (PR : Prudent) (Géo : Prouant) :

. Prudence (Prudenzio) : évêque de Troyes, né en Espagne, mort à Troyes en 861. Il travailla à réformer les monastères de France, et lutta contre les hérésies. Fête le 6 avril.

. Prudence (Prudenza) (6 mai) : née à Milan, religieuse à Milan, puis supérieure à Côme de 1454 à 1492, morte en 1492. Béatifiée. Fête le 6 mai.

Pudens : sénateur, baptisé par les apôtres avec sa fille sainte Pudentienne, transforma sa maison en église. Fête le 19 mai, avec Pudentienne.

Pudentienne (ou Prudentienne) : voir Pudens. Fête le 19 mai, avec saint Pudens.

Pulchérie (10 septembre) : née à Constantinople en 399, fille d’Arcadius, épouse de l’empereur Marcien, impératrice d’Orient en 450, gouverna avec Marcien, soldat chrétien, morte en 453. Nom issu du latin « pulcher » (beau). Fête le 10 septembre.