Saints en F

Fabien (PR : Fabienne) (Fabiano) : né à Rome, pape de 236 à 250, d’origine romaine. Il fut nommé alors qu’il était encore laïc, divisa Rome en sept diaconies, et fit établir les Actes des Martyrs. Il fut lui-même martyrisé sous Dèce (ou Decius), empereur romain de 249 à 251. Enseveli dans la crypte des papes, à la catacombe de Calliste, où son épitaphe fut retrouvée en 1854. Nom issu du latin « fabia » (de « faba », fève), nom d’une famille romaine célèbre. Fête le 20 janvier.

Fabiola : aristocrate romaine de la famille Fabia, divorça, se remaria, devint veuve, ouvrit un hôpital pour les pauvres, fit un pèlerinage en Terre sainte pour rejoindre saint Jérôme, revint à Rome en 395 et fonda un établissement à Ostie pour accueillir les étrangers pauvres. Morte en 399. Fête le 27 décembre.

Fabrice (22 août) : martyr à Tolède. Fête le 22 août.

Fantin (PR : Fantine) : abbé grec du Xème siècle. Fête le 30 août.

Fare : sut convaincre son père de ne pas la marier, créa le monastère de Faremoutiers-en-Brie, près de Coulommiers (Seine-et-Marne), dont elle fut la première abbesse, et qui fut détruite à la Révolution. Morte vers 655. Fête le 3 avril et le 7 décembre.

Fargeau : voir Ferréol.

Faron : frère de sainte Fare, né vers 592, évêque de Meaux en 626, mort en 672. Fête le 28 octobre.

Faust (ou Fauste) (19 décembre) :

. Fauste de Riez, breton, moine au monastère de Lérins, abbé en 433, évêque de Riez vers 452, exilé par les Ariens. Fête le 28 septembre.

. Fauste, honorée en Armagnac et en Berry. Nom latin « Fausta ».

Faustin (ou Foutin) (PR : Faustine) :

. Faustin, martyr, décapité à Brescia avec saint Jovite, vers 121. Patron de Brescia. Invoqué contre l’impuissance. Fête le 15 février, avec saint Jovite.

. Faustine Kowalska, religieuse polonaise de la Congrégation Notre Dame de la Miséricorde ( 1905-1938). Dans le  » Petit Journal » qu’elle a laissé on pourra lire les extraordinaires promesses que Jésus lui a faites, tout particulièrement pour ceux qui célèbreraient le Dimanche de la Miséricorde. En canonisant Faustine la première du nouveau millénaire, et en instituant le Dimanche de la Miséricorde dans l’Eglise Universelle, Jean Paul II a donné un éclairage tout particulier à la vie de cette sainte. Fête le 5 octobre.

 

Félicien (PR : Félicienne) (Feliciano) : martyr, décapité près de Rome, vers 286, avec son frère saint Prime. Leurs reliques sont conservées à Rome. Il fut le geôlier de saint Victor. Nom issu du latin « felix » (heureux). Fête le 21 juillet (ou 9 juin).

Félicité (PR : Félicie) (Felicita) :

. Félicité (7 mars), esclave africaine de sainte Perpétue, morte avec elle, martyrisée après avoir accouché en prison, en 203, sous Septime-Sévère. Elle rédigea un journal avant d’être livrée aux bêtes. Nom issu du latin « felicitas » (bonheur). Fête le 7 mars.

. Félicité (10 juillet), dame romaine, devenue veuve, éleva ses sept fils chrétiennement, vit leur martyre sous Antonin, et fut décapitée peu après, entre 150 et 164. Fête le 10 juillet.

Félix (Géo : Elix, Feliu) (Felice) 19 communes) (23 juin) :

. Félix de Nole, soldat, devint prêtre à Nole, assista son évêque Maxime, fut emprisonné, persécuté et supplicié, sans en mourir. Il mourut de mort naturelle en 260. Sur son tombeau, saint Paulin de Nole fit construire une basilique qui devint un lieu de pèlerinage. Fête le 14 janvier.

. Félix Ier, pape, d’origine romaine, de 269 à 274, mort martyrisé, sous Aurélien, empereur romain de 270 à 276. La même année que lui mourut Manès, hérésiarque, propagateur du manichéisme, qui attribuait la création à deux principes du bien, l’esprit, Dieu, et du mal, le Diable, la matière. Fête le 30 mai.

. Félix : voir saint Nabor.

. Félix, prêtre, évangélisa la région de Valence, en compagnie des diacres saint Achille et saint Fortunat, tous trois envoyés à Lyon par saint Irénée, martyrisés en 212.

. Félix, prêtre romain, martyr sous Dioclétien. Fête le 30 août (avec Adaucte).

. Félix, (12 février), membre d’un groupe de chrétiens d’Abitène (Chaoud) en Tunisie, torturés à Carthage en 304. Fête le 12 février.

. Félix II, pape de 363 à 365, considéré comme un antipape. Fête le 29 juillet.

. Félix de Nantes, né à Bourges vers 514, fils de l’évêque de Nantes Eumérius, lui succéda en 549, participa au concile de Paris en 556, puis à celui de Tours en 567, puis à celui de Paris en 573. Il sut gagner la confiance du roi Clotaire III qui s’était rendu maître de Nantes en 560. Grandd organisateur, il acheva la cathédrale commencée par son père, fit faire des travaux sur la Loire, gagnant des terres pour les cultures, intervint pour tenter de rétablir la paix entre les Bretons du Vannetais et les rois francs , mort en 584, inhumé dans la cathédrale de Nantes. Fête le 7 juillet (8 janvier).

. Félix III, pape de 483 à 492, d’origine romaine, bisaïeul de saint Grégoire le Grand. Il vit le début du schisme d’Acace de Constantinople. Fête le 30 janvier (1er mars).

. Félix IV, pape de 526 à 530, originaire de Samnium. Il fit construire à Rome, l’église St-Côme-St-Damien. Il vit la construction du monastère du Mont-Cassin. Fête le 25 février (23 septembre).

. Félix, né vers 970, moine à Ouessant en 990, se rendit à Fleury-sur-Loire vénérer les reliques de saint Pol Aurélien, puis s’établit en 1008 à l’abbaye de Rhuys, où il releva les ruines de l’abbaye détruite par les Normands et y restaura la vie monastique. Mort en 1038. Fête le 9 mars.

. Félix de Valois : né en 1127, de famille royale, vécut caché dans une forêt près de Meaux, où saint Jean de Matha vint le trouver. Ils fondèrent l’ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs, ordre féminin dont la maison-mère est à Valence (Drôme). Mort en 1212. Fête le 20 novembre (retirée).

. Félix de Cantalice, né en 1515, frère quêteur capucin, ami de saint Charles Borromée, mort en 1587. Fête le 18 mai.

Ferdinand :

. Ferdinand III (30 mai), dit le Saint, né en 1199, roi de Castille en 1217, de Léon en 1220, fils d’Alphonse IX, roi de Léon, et de Bérengère de Castille. Cousin germain de saint Louis. Il se rendit célèbre par ses conquêtes sur les Maures qu’il refoula sans le Sud, prenant Cordoue, Murcie et Séville. Il imposa le castillan comme langue officielle, vécut pieusement et mourut en 1252. Canonisé par Clément X en 1671. Patron de l’Espagne. Nom issu du germain « fried » (paix) et « nanth » (courageux). Fête le 30 mai.

. Ferdinand, évêque de Cujasso. Fête le 16 juin.

Ferjeux (ou Fargeau ou Fergeon) : voir saint Ferréol.

Fernand (PR : Fernande) (27 juin) (27 juin) : évêque de Cazas (Caiazzo), en Italie, mort en 1024. Confondu avec saint Ferdinand, dont les reliques furent amenées à Caiazzo. Fête le 22 juin (précédemment).

Ferréol (PR : Ferjus, Ferjeux) (Géo : Fargeau, Fargeol, Fergeux, Ferriol, Forgeot, Forget, Forgeux, Fréjoux) (18 septembre) :

. Ferréol, venu de Grèce avec son frère (ou son diacre) saint Ferjeux, en Gaule, ordonné prêtre et envoyé par saint Irénée dans la région de Besançon, martyr vers 212. Patron, avec saint Ferjeux, du diocèse de Besançon. Basilique dédiée près de Besançon, élevée de 1890 à 1900. Nom issu du latin « ferreolus » (homme de fer). Dicton : « Si le jour de Saint Fargeau, La lune se fait dans l’eau, Le reste du mois est beau ». Fête le 16 juin.

. Ferréol, tribun des armées à Vienne, arrêté et torturé pour avoir accueilli saint Julien de Brioude, et son refus de persécuter les chrétiens, échappé, repris et décapité vers 304. Fête le 18 septembre.

. Ferréol, né à Limoges vers 520, évêque de Limoges, protecteur de le ville contre les Mérovingiens, mort en 597. Fête le 18 septembre.

Fiacre (PR : Fiacrette, Fiacrine) (30 août) (30 août) : ermite d’origine irlandaise (de son nom Fiachrach), obtint de saint Faron de se fixer dans la forêt de Breuil, vécut en contemplatif, à l’emplacement de Saint-Fiacre-en-Brie, près de Meaux vers 600 à 670. Patron des chauffeurs de taxi, des jardiniers, des maraîchers. Représenté avec une bêche. Invoqué contre les hémorroïdes, appelées le « mal Saint-Fiacre ». Nom latin « Fiacrius ». Fête le 30 août.

Fidèle :

. Fidèle, martyr à Côme.

. Fidèle de Sigmaringen (24 avril) (24 avril), de son nom Marc Rey, né en 1578 à Sigmaringen. Docteur en philosophie et en droit, avocat à Einsiheim (Colmar), prêtre en 1612, capucin sous le nom de Fidèle en 1622, il distribua sa fortune aux pauvres. Il alla essayer de convertir les protestants à Sevis, dans les Grisons, et fut assassiné en 1622. Nom issu du latin « fidelis » (croyant). Fête le 24 avril.

Fiel (Géo : Phal) : auvergnat. Nom latin « Fidolus ».

Firmilien : Firmilien de Césarée, évêque de 230 à 272, disciple d’Origène, mort à Tarse. Fête le 28 octobre.

Firmin (Firmino) (11 mars) :

. Firmin (25 septembre), né à Pampelune, apôtre de la région d’Agen après saint Martial, sacré par saint Saturnin de Toulouse, parcourut la Gaule et devint évêque d’Amiens, martyrisé en 287. Nom issu du latin « firmus » (ferme) ou « firminus ». Dicton : « A la Saint-Firmin, L’hiver est en chemin ». Fête le 25 septembre.

. Firmin, successeur du précédent comme évêque d’Amiens.

. Firmin (11 octobre), né à Narbonne, troisième évêque connu d’Uzès, vers 540, ami de saint Césaire d’Arles, dont il écrivit la vie, mort vers 554. Fête le 11 octobre.

Flavia (Géo : Flaive) : Flavia Domitilla, de la famille impériale des Flavii, épouse de saint Flavius Domitien, martyrisée sur ordre de son cousin l’empereur Domitien, exilée à Ponza avec sa nièce Flavia, ainsi que saint Nérée et saint Achillée, puis retirée à Terracine, et brûlée vive sous Trajan. Fête le 12 mai (7 mai).

Flavien (Flaviano) (22 décembre) :

. Flavien, préfet de Rome, arrêté comme chrétien sous Julien l’Apostat, mort en exil de mauvais traitements, en 362. Nom issu du latin « flavius » (blond).

. Flavien, né en 390, trésorier de l’église de Constantinople, puis patriarche de Constantinople, succédant à Proclus, en 447, soutenu par le pape saint Léon, banni après le concile d’Ephèse, appelé le « Brigandage d’Ephèse », maltraité par les eutychiens, mourut peu après des suites de ses blessures en 449. Réhabilité à Chalcédoine. Fête le 18 février.

Flavius : Flavius Clemens, cousin de Domitien, consul en 95, martyr en 96. Mari de sainte Flavia Domitilla. Fête le 22 juin.

Flavy : ermite en Champagne, au VIIème siècle. Nom latin « Flavitus ».

Fleur (PR : Ambre, Bluette, Capucine, Dahlia, Garance, Hortense, Jasmina, Jasmine, Lilas, Myrtille, Pâquerette, Pervenche, Violaine, Violette, Xénia) (5 octobre) : née à Maurs en 1300, d’une famille de dix-neuf enfants, religieuse hospitalière dans l’hôpital d’Issendolus, fondé en 1246 par les Hospitaliers de Jérusalem. Elle subit les tentations mais y résista par le travail et la prière. Morte en 1347. Fête le 5 octobre.

Flocel : enfant martyrisé à Autun entre 161 et 180. Fête le 17 septembre.

Flore (ou Flora, ou Floria) (Flora) (24 décembre) (24 décembre) : née à Cordoue en 851, d’un père musulman et d’une mère chrétienne, martyrisée en 851 sous les persécutions d’Abder-Rahman. Elle fut emprisonnée avec sainte Euloge et sa compagne Marie. Nom issu du latin « floris » (fleur). Fête le 24 novembre.

Florence (PR : Florentine) (Firenze) :

. Florence (ou Florentine), soeur de saint Isidore de Séville, de saint Léandre et de saint Fulgence, martyre sous Dioclétien, à la fin du IIIème siècle. Nom issu du latin « florens » (en fleur). Fête le 20 juin (10 novembre ).

. Florence (1er décembre), florentine convertie par saint Hilaire (saint Fortunat, évêque de Poitiers), le suivit de Phrygie à Poitiers, morte dans un couvent à Combes (Celle-Levescaut, dans la Vienne), en 360 (366). Béatifiée puis canonisée. Fête le 1er décembre.

Florent (Fiorenzo) (27 octobre) :

. Florent, né en Irlande (ou Rome ?) en 620, septième évêque de Strasbourg, fonda un monastère à Niederhaslach (Bas-Rhin) devenu collégiale au XIème siècle, mort en 693 (ou 600 ?). Fête le 7 novembre (précédemment).

. Florent de Saumur, bavarois, disciple de saint Martin de Tours, se retira en Anjou, au Mont Glonne et fonda le monastère de Saint-Florent-le Viel (Maine-et-Loir).Fête le 22 septembre.

. Florent (4 juillet), premier évêque de Cahors, à la fin du IVème siècle et au début du Vème siècle. Fête le 4 juillet.

. Florent, martyr à Reims. Fête le 14 décembre.

Florentin (Fiorentino) :

. Florentin (24 octobre), né vers 483, premier abbé de Saint-Pierre-d’Arles, disciple de saint Césaire, mort en Arles en 553. Son tombeau porte un épitaphe en vers. Fête le 12 avril (24 octobre ?).

. Florentin, ermite à Bonnet, dans la Meuse, où il mourut avant 995. Une chapelle lui fut dédiée à Charmes-la-Côte (Meurthe-et-Moselle)par saint Gérard, évêque de Toul de 963 à 995. Fête le 24 octobre.

Florentine : voir Florence.

Florian (PR : Floriane, Florianne) :

. Florian, officier de l’armée romaine, fonctionnaire en Autriche, chrétien en secret, alla réconforter des chrétiens emprisonnés à Lorch, en Allemagne. Arrêté à son arrivée, il fut jeté dans la rivière d’Enns, une pierre au cou, en 304. Invoqué dans les inondations et les incendies. Nom issu du latin « florus » (fleuri). Patron de l’Autriche. Fête le 4 mai (14 décembre).

Florine (PR : Floraine) : poursuivie par les Alamans qui avaient envahi l’Auvergne au IVe siècle, elle courut se réfugier dans une vallée du Puy-de-Dôme qui porte son nom. Parvenue au sommet d’un roc élevé qui domine la Couze, et se voyant sur le point d’être atteinte, elle s’élança et franchit d’un bond l’espace immense qui la séparait de l’autre bord, qu’elle atteignit après avoir laissé l’empreinte de ses pieds sur les deux rochers qui marquaient l’espace qu’elle venait de franchir, en un lieu appelé la sainte Pezade. Les barbares pourtant la rejoignirent et la tuèrent. Les gens du pays lui creusèrent alors un tombeau dans le roc et, comme des miracles s’y accomplirent, on éleva une chapelle. La chapelle du siècle dernier, située entre la Couze et la Vèze, à trois kilomètres au nord de Mazoires a été bâtie pour remplacer cet ancien sanctuaire. Les reliques de Sainte Florine se trouvent aujourd’hui à l’église de Mazoires, dans une châsse en bois doré. Nom latin « Florina ». Fête le 1er mai.

Floris : nom latin « Floritius ».

Floscule (ou Flou) : évêque d’Orléans, mort vers 480. Fête le 2 février.

Flour (Géo : Floret) : premier évêque de Lodève, apôtre de l’Auvergne, né vers 340. Il donna son nom à la ville d’Indiac, où il mourut en 389. Sonn tombeau fut à l’origine d’une abbaye fondée par saint Odilon, abbé de Cluny. Nom latin « Florus ». Fête le 3 novembre.

Flovier : nom germain « Flodoveus ».

Foi (ou Foy) : vierge, martyre à Agen, au IIIème siècle. Représentée avec un glaive. Nom latin « Fida ». Fête le 6 octobre.

Folquin : neveu du roi Pépin, évêque de Thérouanne en 817, mort en 855. Fête le 14 décembre.

Fort : premier évêque de Bordeaux, établi par saint Martial de Limoges, mort martyr. Son tombeau repose ddans la crypte de l’église Saint-Seurin, à Borddeaux. Nom latin « Fortis ». Fête le 15 mai.

Fortunat (PR : Fortuné) (Fortunato) :

. Fortunat, diacre, compagnon du prêtre saint Félix et du diacre saint Achille, envoyés par saint Irénée, évêque de Lyon pour évangéliser la ville de Valence. Ils furent arrêtés pendant les persécutions de Caracalla, jugés et décapité en 212. Fête le 23 avril.

. Fortunat, né à Verceil, dit le Philosophe, solitaire à Chelles, mort vers 569. Ecrivit la vie de saint Marcel de Paris.

. Fortunat, évêque de Poitiers, vint marier à Metz Brunehaut et Sigebert Ier, mort en 600.

. Fortunat, poète latin, né à Cenoda, en Vénétie, en 530, évêque de Poitiers, chapelain de sainte Radegonde, reine de France, épouse de Clotaire Ier, qui avait quitté la cour royale pour fonder le monastère de Ste-Croix à Poitiers. Il aurait été guéri des yeux par saint Martin. Mort à Poitiers, en 609. Fête le 14 décembre.

Foulques : Foulques de Neuilly, curé de Neuilly-sur-Marne, près de Nogent-sur-Marne, construisit une église romano-gothique. Un des promoteurs de la croisade de 1190, mort en 1201, honoré comme bienheureux. Nom issu du germain « folk » (peuple). Fête le 10 juin.

Fourier : Pierre Fourier, né à Mirecourt en 1565, prêtre à Trèves en 1589, curé de Mattaincourt, dans les Vosges en 1595. Il fonda, avec la bienheureuse Alix le Clerc la congrégation des Filles-de-Notre-Dame pour l’éducation des filles et des enfants des campagnes. Conseiller à la cour de Lorraine, il dut fuir en exil à Gray où il mourut en 1640. Fête le 9 décembre.

Fournet : voir André-Hubert.

Foy (PR : Fé) (14 communes) : martyre à Agen, au IIIème siècle. Ses reliques furent volées par un moine nommé Ariviscus et emmenées à l’abbaye de Conques, sur le chemin de Compostelle. Les moines fondèrent vers 812 un oratoire qui lui fut dédiée et devint une église du XIVème siècle. Fête le 6 octobre.

Fracan : d’origine galloise, se fixa à Ploufragran (Côtes-d’-Armor), vers la fin du Vème siècle. Il combattit les barbares qui ravageaient la côte du Léon. Epoux de sainte Gwenn, père de sainte Clervie, saint Guénolé, saint Jagu et saint Guéthenoc. Fête le 3 octobre.

Fraigne : martyr près d’Angoulême, au VIème siècle. Nom latin « Fermerius ».

Fraimbault :

. Fraimbault, évêque de Senlis, au VIème siècle. Nom germain « Frambald ».

. Fraimbault : ermite, vécut près du Mans au VIème siècle.

Frajou (ou Fraulf) : martyr du pays de Comminges. Nom issu du germain « fragulf ».

Frambaud : Frambaud d’Auvergne, reclus à Ivry, moine à Micy, puis à nouveau solitaire dans le Maine, mort en 452.

Franc : moine bénédictin, abbé en Belgique. Nom germain « Francus ».

Franchy : ermite au VIIème siècle. Nom germain « Francoveus ».

François (PR : Francelin, Francis, Francisque, Franck, Frankie, Franz, Paco, Paquito, Soizic) (Francesco) :

. François d’Assise (4 octobre) (4 octobre), né Jean Bernardone en 1182. D’abord prénommé Jean par sa mère, il fut renommé Françesco par son père, drapier, voyageur de commerce qui avait gardé un bon souvenir de France, et apprit très tôt le français. Il passa une année en prison en 1201, à la suite d’une guerre entre Pérouse et Assise. Il s’engagea en 1205 dans l’armée pontificale, puis se convertit à 24 ans, et fonda, en 1209, l’ordre monastique des franciscains, approuvé par le pape Honorius III sous le nom de Frères mineurs (appelés aussi en France les Cordeliers jusqu’à la Révolution). Il prêcha la foi en Syrie, puis en Espagne. A son retour, il remania la règle franciscaine qui fut approuvée par Innocent III en 1223. Il rencontra saint Dominique à Le Soler, près de Perpignan. Il créa son premier couvent français de frères mineurs à Vézelay. Célèbre pour son goût pour la pauvreté, sa bonté avec les animaux. Il fut stigmatisé (les 5 plaies du Christ) du 14 septembre 1224 jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1226, dans une cabane du Portioncule. Il est représenté en haillons, décharné. Patron des commerçants, des écrivains, des journalistes, des sourds-muets. Nom issu du latin « franci » (francs) ou « francus » (homme libre). Dicton : « Sème le jour de Saint-François, Ton blé aura plus de poids ». Fête le 4 octobre. Fête des stigmates le 17 septembre.

. François de Paule (2 avril), né à Paola, en Calabre, en 1416, nommé François en l’honneur de saint François d’Assise, mort à Plessis les Tours en 1508. Quoique préférant la vie erémitique, il fonda un monastère à Paule, dans le royaume de Naples, où il était né. Il imposa une règle stricte, de l’ordre des Minimes, constitué à Cozenza en 1435, approuvé par Alexandre VI en 1502 et Jules II en 1506. Louis XI l’appela en 1481 sur son lit de mort, et il resta 25 ans en France, propageant son ordre. Mort à Plessis-lès-Tours en 1507, un vendredi saint. Le premier monastère en France fut bâti à Plessis les Tours grâce aux libéralités de Charles VIII. Fête le 2 avril.

. François d’Estaing : évêque de Rodez, mort en 1529. Béatifié.

. François-Xavier Cabrini (3 décembre) (3 décembre), né François de Jassu, au château de Xavier, en Navarre, en 1506. Etudiant au collège Sainte-Barbe, rue Valette (Vème) à Paris, il rencontra saint Ignace de Loyola et fit partie du premier groupe de jésuite, en 1534. Il s’embarqua en 1541 pour évangéliser les Indes portugaises, gagna Goa, Malacca en 1545, les Moluques puis le Japon en 1549, et enfin la Chine. Mort dans l’île de San-Choan, près de Canton en 1552. Surnommé l’Apôtre des Indes. Patron des émigrés, et des immigrés, des missionnaires, des voyagistes. Patron de l’Inde, de la Mongolie, du Pakistan. Nom Xavier issu du basque « etchaberri » (maison neuve), devenu « jaberri », « javeri », « xavieri » Fête le 3 décembre.

. François Borgia, né à Gandia, en Espagne, vers 1510, fils du duc de Gandie, vice-roi de Catalogne. A la mort de son épouse, en 1551, abandonna sa vie frivole pour entrer chez les jésuites, refusa le cardinalat, devint le 3ème général de son ordre, dont il propagea l’ordre dans le monde. Mort en 1572 en ambassade à Ferrare. Fête le 3 octobre (ou 10 octobre).

. François Carraciolo, né à Santa Maria, dans les Abruzzes, en 1563, de son nom de baptême Ascagne, prêtre au service des condamnés, fondateur de l’ordre des clercs réguliers mineurs, mort à Agone en 1608. Fête le 4 juin.

. François de Sales (24 janvier) (29 janvier), né en 1567 au château de Sales (Haute-Savoie), aujourd’hui disparu, remplacé par une chapelle. Sa famille habitait au château proche de Thorens. IL vécut au château de Monthoux, du XIII7me siècle, à Pringy, fut baptisé dans l’église de Thorens-Glières, et tonsuré en 1579, à 12 ans. Etudiant à la Sorbonne, puis à Padoue, revint à Annecy où il échoua à convertir les protestants, puis à Paris. Prêtre en 1593, prévôt à Genève, missionnaire au Chablais, coadjuteur puis évêque de Genève-Annecy en 1602, il combattit à nouveau la foi protestante. Il rencontra Jeanne-Françoise de Chantal à Saint-Claude, et fonda avec elle la communauté féminine de la Visitation, en 1610. Le 110 de la rue de Vaugirard accueille le monastère de la communauté et est le siège des oblats de Saint-François-de-Sales (chapelle de 1821). En 1618, il participa à une ambassade conduite par le Cardinal de Savoie, venue négocier le mariage de Christine de France et du prince de Piémont. Mort en 1622 à Lyon. Basilique du Doctorat-de-St-François-de-Sales, édifiée à Thonon de 1890 à 1935, en souvenir de la mission prêchée dans le Chablais de 1594 à 1598. Patron du diocèse de Chambéry. Docteur de l’Eglise en 1877, le seul français. Patron des écrivains et journalistes. Fête le 24 janvier.

. François-Joseph de La Rochefoucauld, martyrisé en 1792 aux carmes de Bordeaux. Béatifié.

. François-Régis, élève des Jésuites de Tournon (Ardèche).

Françoise (PR : Fanchita, Fanchon, France, Francette, Franciane, Francine, Franceline, Paquita) (Francesca) :

. Françoise (9 mars) (9 mars), dame romaine, née en 1384, épousa, à douze ans, Lorenzo di Ponziani, et mena une vie pieuse et charitable, notamment pendant l’épidémie de peste de 1414. Elle fonda en 1425 la congrégation des Oblates de Marie, femmes laïques menant la vie de religieuse, obéissant à la règle bénédictine. Veuve en 1436, elle devint supérieure du couvent qu’elle avait fondé, et mourut en 1440. Patronne des automobilistes et des veuves. Fête le 9 mars.

. Françoise d’Amboise, née en 1427, épousa en 1442 Pierre, comte de Guingamp, qui devint le duc Pierre II en 1450. Après sa mort en 1457, elle fonda un couvent de clarisses à Nantes, et y prit le voile en 1469. Prieure en 1475, elle transféra le couvent à Notre-Dame-des-Couëts, et y mourut en 1485. Honorée à Talmont où elle habita dans un château aujourd’hui en ruines. Béatifiée en 1863. Fête le 4 novembre.

. Françoise-Xavière Cabrini (22 décembre), née en Lombardie en 1850, institutrice en 1872, fonda en 1880 la congrégation des Soeurs missionnaires du Sacré-Coeur, et, à la demande de l’évêque de New York, vint en Amérique en 1888 assister les immigrants italiens. Morte à Chicago en 1917. Son corps repose à New York dans la 196ème rue. Patronne des émigrés. Fête le 22 décembre.

Frédéric (PR : Freddy, Frédérique, Frida) (Federigo) :

. Frédéric (18 juillet), d’origine anglaise, apôtre des Frisons, évêque d’Utrecht, intervint au concile en 829, assassiné en 838 sur l’ordre de Judith, épouse de l’empereur Louis le Pieux, pour avoir blâmé son inconduite. Nom issu du germain « fried » (protection) et « rik » (roi). Fête le 18 juillet.

. Frédéric, moine de Saint-Vaast, mort en 1020. Fête le 6 janvier.

Frégant : irlandais, au VIIème siècle.

Frézal : vécut en Lozère. Nom germain « Frodoaldus ».

Fridolin : apôtre de l’Allemagne, mal connu. Fête le 6 mars.

Frion : confesseur au VIIème siècle. Nom latin « Frigio ».

Fromond : évêque de Coutances, au VIIème siècle. Nom germain « Frodmund ».

Front : premier évêque de Périgueux, envoyé en Gaule par saint Pierre, dont le nom fut donné à la cathédrale du XIIIème siècle. Patron de Périgueux. Fête le 25 octobre.

Froult : évêque de Saintes, au IXème siècle. Nom germain « Fridwulf ».

Fructueux (Géo : Frichoux) (16 avril) : évangélisateur de l’Espagne, au IIIème siècle. Nom latin « Fructuosus ».

Frumence (27 octobre) : esclave grec acheté par un roi d’Ethiopie du IVème siècle, convertit le pays au christianisme. Patron des négociants. Nom issu du latin « frumentum » (froment). Fête le 24 octobre.

Fulbert (Fulberto) (19 avril) (19 avril) : né en 960 près de Poitiers, élève de Gerbert, futur pape Slvestre II, à Reims, directeur d’école puis évêque de Chartres en 1006, mort en 1028. Il reconstruisit la cathédrale de Chartres incendiée à partir de 1020. Nom issu du germain « folk » (peuple) et « berth » (brillant). Fête le 10 avril.

Fulcran : évêque de Lodève, au Xème siècle. Son corps fut dpecé lors de guerres de Religion. Cathédrale dédiée, reconstruite au XIIIème siècle.

Fulgence (Fulgenzio) : né en 468 à Télepte, en Byzacène, moine, puis évêque de Ruspe, en Afrique, exilé en Sardaigne, puis de retour à Ruspe, mort en 533. Disciple de saint Augustin. Nom issu du latin « fulgur » (foudre). Fête le 1er janvier.

Fulgent : évêque africain, au V/VIème siècle. Nom lati « Fulgentius ».

Fulrad :

Furcy : moine écossais, fonda une abbaye bénédictine dédiée à saint Pierre vers 643, à Lagny (Seine-et-Marne).

Fuscien : évangélisa les Morins, au IIIème siècle, martyrr avec saint Quentin et saint Victorien. Nom latin « Fuscianus ».