Les Amours de Jupiter et Sémélé

COMPOSITEUR Louis de MOLLIER
LIBRETTISTE Abbé Claude Boyer

 

Musique pour la tragédie à machines de l’Abbé Claude Boyer (*), représentée au Théâtre du Marais le 1er janvier 1666, dans une scénographie de Denis Buffequin.

Beauchamps nota que le roi accompagné de Monsieur, de Madame & de plusieurs seigneurs de la cour, alla aux comédiens du Marais voir la représentation du 11 janvier 1666.

(*) Claude Boyer, né à Albi en 1618, mort à Paris en 1698, auteur de vingt-deux tragédies, notamment de tragédies à machine ; il fut en butte aux critiques des tenants du classicisme (Boileau, Racine). Il entra à l’Académie en 1666.

 

« Le prologue pompeux qui ouvre la tragédie a l’aspect d’un prologue d’opéra auquel manquerait le récitatif, et les airs y prennent naissance au sein de la déclamation. Devant un décor figurant le Mont Parnasse, et orné, à l’italienne, d’allées de cyprès et de statues royales, retentit un tintamarre guerrier de trompettes pendant lequel Melpomène et Thalie paraissent et se mettent à célébrer leurs mérites respectifs. Successivement, surgissent Euterpe et Apollon. La venue de ce dernier s’accompagne « d’un admirable concert de tous les instrumens des Muses, pour faire voir qu’il en est le maître « . Il entend les Muses chanter l’une après l’autre, et les exhorte à vivre sans jalousie « pour la plus grande gloire de Louis  » ; cela fait, Apollon s’envole, tandis que Thalie et Euterpe partent de leur côté.

Les actes qui suivent vont apporter de nombreux témoignages de recherche d’expression par la musique, avec l’association entre cette dernière et les machines, avec l’entrée en jeu de la musique dans un but décoratif ou pathétique. C’est au Ier acte, l’Aurore précédée de deux Heures qui « chantent en forme de dialogue un air admirable qu’elles adressent à Sémélé » ; c’est, au IIe acte, l’hymne des bergers dont « l’harmonie précipitée marque admirablement bien le besoin et l’empressement d’une troupe alarmée » ; ce sont l’air de Vénus, la danse des Plaisirs, l’air de Jupiter, au Ve acte. A la fin de la pièce, le palais du roi de Thèbes s’embrase et disparaît dans un océan de nuages. Des chœurs entourent de leur magnificence la majesté olympienne de Jupiter. »

(Les créateurs de l’opéra français – Lionel de La Laurencie)

 

Le prologue décrit la rivalité qui oppose Melpomène, muse de la tragédie, Thalie, muse de la comédie, et Euterpe, muse pastorale. Melpomène arrive à grands bruits de clairons et trompettes, Thalie joue du tambour de Basque, auquel se mêle un concert de violons, Euterpe descend du Parnasse au son de musettes et hautbois qui jouent un air fait exprès pour la pastourelle.

Boyer, dans son Dessein de la tragédie des Amours de Jupiter et de Sémélé, écrit : Voilà des faibles idées de nosstre Pièce, que nous pouvons appeler un assemblage de tout ce que l’art des machines a de plus surprenant, de tout ce que la musique a de plus savant et de plus agréable, et enfin de tout ce que la poésie a de plus fort de plus galant.

 

Livret disponible sur livretsbaroques.fr

Dossier et édition critique de la pièce de Claude Boyer, par Évelyne Collinet : http://www.crht.org/matrice/wp-content/uploads/2007/10/jupiter-et-semele.pdf
Synopsis

Prologue

Scène 1 : Melpomène, la Muse de la Tragédie, s’interroge sur le sujet le plus propre à faire l’éloge du roi Louis XIV. Elle ne doit plus désormais représenter les exploits des Héros et des demi-dieux mais le spectacle de la gloire du règne du roi. Elle est interrompue dans ses réflexions par sa sœur Thalie, Muse de la Comédie.

Scène 2 : La Muse de la Tragédie voit sa place sur le théâtre contestée par sa soeur. Thalie reproche à Melpomène les objets de ses discours et veut la persuader qu’ils ne sont plus « à la mode ». Elles décident de faire appel à leur soeur Euterpe, Muse de la Pastorale, pour les départager.

Scène 3 : Euterpe leur fait savoir qu’elle aussi concourt et fait l’apologie des sujets et fonctions des discours que tiennent ses soeurs avant de vanter son propre art. Toutes trois font appel à Apollon, le souverain juge.

Scène 4 : Les trois Muses chantent une chanson au dieu pour faire l’éloge de leur arts respectifs. Mais Apollon décide de réunir les trois arts sur la scène pour créer un genre nouveau. Melpomène reste sur le théâtre alors que ses deux sœurs s’envolent dans le ciel.

Acte I

Scène 1 : Les Heures et L’Aurore entrent dans la chambre de la princesse Sémélé pour presser son réveil car Jupiter l’attend dans le parc sous l’apparence d’un berger. Une Heure va prévenir le dieu que la princesse, par souci de bienséance, doit attendre le lever du jour pour le rejoindre.

Scène 2 : Dircé, la confidente de Sémélé, tente de persuader la princesse qu’il vaut mieux renoncer à cet amant divin. En effet, le roi de Thèbes, son père, l’a promise au prince d’Argos Alcméon. Mais Sémélé, par orgueil, désire révéler le nom de son amant au grand jour pour que tout le monde apprenne l’honneur qui lui est fait, ce que Jupiter ne veut pas. Elle raconte ensuite à Dircé la naissance de cet amour et la façon dont Jupiter l’a séduite.

Scène 3 : Alcméon, doutant de la fidélité de la princesse, lui rend visite, lui reproche sa soudaine froideur et attend de sa part le renouvellement de ses vœux. Cependant, elle lui apprend qu’elle en aime un autre, sans vouloir lui en révéler le nom et le prévient de ne pas s’opposer à ce rival si éminent, de le craindre, et de ne pas s’exposer dangereusement à sa colère. Le roi entrant, elle s’en va rejoindre son amant et mande à Dircé de rester.

Scène 4 : Alcméon confie au roi l’infidélité de la princesse qui de prime abord ne le croit pas, étant persuadé qu’il s’agit d’un artifice féminin pour éprouver l’ardeur et la fidélité de son futur époux. Le roi reproche à la reine Hermione, fille de Vénus, d’avoir fait naître dans le coeur de sa fille l’envie de se choisir un amant qui soit au-dessus du pouvoir royal. La reine s’en défend, et le roi lui demande de découvrir le nom de cet amant.

Scène 5 : La reine somme Dircé de lui révéler le nom de cet amant. Mais celle-ci craint la colère de Sémélé et la reine lui demande d’aller chercher la princesse pour qu’elle révèle elle-même l’identité du rival. C’est alors que le Dieu Amour porté par un aigle paraît dans le ciel et prévient la reine de ne pas forcer sa fille à révéler son secret.

Acte II

Scène 1 : Jupiter attend Sémélé dans le parc sous l’habit d’un berger pour tromper la vigilance de Junon. Momus lui reproche son inconstance et aussi de ne s’intéresser qu’à des beautés mortelles. Jupiter regrette sa condition d’immortel.

Scène 2 : Sémélé apercevant Jupiter déguisé en berger critique ce déguisement car il sert moins à se cacher de Junon qu’à dissimuler les sentiments qu’un dieu a pour une mortelle. Jupiter s’en défend et Sémélé lui dit qu’il est temps de révéler cet amour au grand jour pour éviter la colère du roi de Thèbes ainsi que son mariage avec Alcméon. Jupiter finit par céder et consent à ce que tout le monde apprenne son nom et la victoire de Sémélé. L’arrivée d’Alcméon interrompt cet entretien.

Scène 3 : Croyant avoir en face de lui un véritable berger, Alcméon lui demande de s’éloigner afin qu’il dise à la princesse que le mariage aura lieu avant la fin de la journée. Mais Sémélé refuse que le berger s’en aille. Jaloux, Alcméon comprend qu’il s’agit de son rival et s’apprête à le combattre en dégainant son épée. Cependant, un charme retient le bras d’Alcméon et il découvre l’identité de son rival. Mais il prend ce charme pour un acte de magie et non un acte divin. C’est alors que l’orage vient à gronder, et Alcméon prend Jupiter pour un imposteur et un enchanteur. Jupiter sachant qu’il s’agit de Junon qui descend sur la terre s’envole dans les airs avec la princesse pour la cacher.

Scène 4 : Junon fait savoir à Alcméon qu’il s’agit du véritable Jupiter. Jalouse de l’infidélité du Dieu, elle veut perdre sa rivale et propose son aide au prince pour qu’il se venge d’une infidèle. Celui-ci, &ecute;prouvant encore de la tendresse pour la princesse, charge Junon d’achever sa vengeance.

Acte III

Scène 1 : Jupiter et Sémélé se trouvent dans un jardin enchanté qui protège la princesse de la colère de son père et de Junon. Après lui avoir vanté les charmes et la douceur de ce lieu, Sémélé ne doute plus de l’identité de son amant. Celui-ci doit retourner pour quelque temps dans le ciel et il demande à Vénus, aux Plaisirs et à l’Amour de la divertir en son absence et de veiller sur elle.

Scène 2 : Vénus entoure Sémélé de deux amours pour lui assurer la beauté et la constance de Jupiter. Elle la prévient de l’arrivée de la Jeunesse.

Scène 3 : la Jeunesse danse en compagnie des Plaisirs et de deux amours qui rendent la princesse encore plus belle pour Jupiter.

Scène 4 : Junon, déguisée en Mercure, rend visite à Sémélé restée seule avec les deux amours. Elle la persuade qu’elle vient de la part de Jupiter pour l’informer qu’elle est victime d’un imposteur et pour lui prouver la véracité de son propos, elle fait disparaître le jardin enchanté. Les deux amours, avant de partir, préviennent Sémélé qu’elle est abusée par un faux Mercure.

Scène 5 : Dans le doute où se trouve Sémélé, Junon-Mercure lui conseille de demander à Jupiter de se présenter à elle dans toute sa gloire et sa puissance c’est-à- dire tel qu’il apparaît dans le Ciel à Junon. De cette sorte, elle saura si c’est un imposteur ou non.

Scène 6 : Junon, seule, vante la réussite de son entreprise. Elle s’interrompt en apercevant Momus.

Scène 7 : En révélant à Junon l’endroit où Jupiter cache sa maîtresse, Momus attise lajalousie de la déesse qui lui reproche son manque de discrétion. Il parvient à persuader Junon qu’il s’agit d’aventures passagères et qu’elle devrait renoncer à se venger. Cependant, la déesse fait semblant de remonter au ciel et Momus court avertir Jupiter de la nouvelle résolution de celle-ci.

Acte IV

Scène 1 : Demeurée seule, Sémélé expose ses hésitations et le trouble dans lequel elle se trouve : doit-elle écouter son coeur, et s’excuser de son attitude auprès d’Alcméon, ou bien son orgueil qui la pousse à mépriser l’amour d’un mortel après avoir cru être aimée d’un dieu ?

Scène 2 : Sémélé confie à Dircé le trouble de son âme. Malgré les arguments de sa confidente, la gloire l’emporte sur l’amour.

Scène 3 : Alcméon avoue de nouveau sa flamme à Sémélé, qui malgré sa tendresse pour le prince, lui dit froidement qu’elle préfère être aimée d’un dieu quelques instants plutôt que de s’unir à un mortel. Mais le prince décide d’achever le mariage selon l’ordre du roi.

Scène 4 : La reine entre et annonce à sa fille qu’elle n’a pas pu persuader le roi d’annuler le mariage.

Scène 5 : Malgré les supplications de Sémélé, le roi ordonne qu’elle s’avance dans le temple avec le prince.

Scène 6 : Le temple d’Hyménée se transforme en un antre de la Jalousie qui effraie le roi et Alcméon.

Scène 7 : La Jalousie dit au roi qu’elle sera la seule déesse présente lors du mariage et qu’elle y sèmera la querelle.

Scène 8 : Croyant qu’il s’agit encore d’un artifice de l’imposteur, il fait appel à Minerve pour célébrer la cérémonie.

Scène 9 : Jupiter déguisé en Minerve prévient le roi de la colère de Jupiter s’il achève le mariage. Il ordonne ensuite à tout le monde de se retirer sauf à Sémélé.

Scène 10 : Sémélé reconnaît son amant divin sous ce déguisement et l’accuse d’imposture. Elle lui demande alors de se montrer à elle dans toute sa puissance et avec tout son apparat. Ayant fait serment à la princesse de satisfaire ses moindres désirs, il est contraint d’accepter.

Acte V

Scène 1 : Sémélé fait savoir à Dircé que Jupiter va venir lui rendre visite dans tout son éclat.

Scène 2 : Momus informe Sémélé de la venue de Jupiter ; il blâme son orgueil et sa curiosité.

Scène 3 : Jupiter descend du ciel avec tout son équipage. Momus lui rappelle le péril que court la princesse mais Jupiter doit tenir sa parole.

Scène 4 : Momus, resté seul, aperçoit des flammes qui sortent du palais et monte sur l’aigle pour rejoindre Jupiter au ciel.

Scène 5 : Alcméon apprend de Dimas, son confident, la mort de la princesse et reproche à Jupiter de ne pas avoir préservé sa vie.

Scène 6 : Alcméon accuse la reine d’avoir fait preuve de trop d’ambition vis-à-vis de sa fille et d’être à l’origine de ce désastre. Le prince décide de se donner la mort en se précipitant dans les flammes. Mais il voit Junon qui arrive sur le théâtre.

Scène 7 : Tandis que le prince et la reine se lamentent sur le sort de la princesse, Junon se félicite d’avoir réussit à perdre sa rivale. Le roi entre.

Scène 8 : Le roi laisse éclater sa colère et rend la reine responsable de ce désastre. Il plaint le pauvre Alcméon et craint qu’il ne se suicide. Atys, le capitaine des gardes entre.

Scène 9 : Atys fait le récit de la mort du prince et la reine, se lamentant, invoque Jupiter pour savoir les raisons de ce malheur. Un théâtre de nuages remplaçant le palais laisse voir Jupiter dans sa demeure.

Scène 10 : Jupiter console le roi de Thèbes et fait apparaître dans le ciel Sémélé, devenue immortelle. Le dieu ordonne à la Renommée et à Mercure d’aller conter partout la gloire et l’honneur qui sont faits au roi et à sa fille.