Ballet royal de la Naissance de Vénus

COMPOSITEUR Jean-Baptiste LULLY (et autres)
LIBRETTISTE Isaac de Bensérade

 

Ballet à douze entrées, en deux parties (LWV 27), sur une idée du duc de Saint-Aignan, un texte d’Isaac de Benserade. Musique en collaboration avec Lambert et Mollier. Décorations de Carlo Vigarani.

Il fut dansé par les nobles de la Cour, dont le Roi, les 26 et 29 janvier 1665, au Palais Royal, chez Madame, Henriette de France. Monsieur dansait le rôle de Phosphore, l’étoile du matin, Madame celui de Vénus.

La troisième entrée de la seconde partie réunit Lully (en Bacchus) et Mlle Hilaire chantant la « Plainte d’Ariane ». Mlle Hilaire chanta aussi avec Anne de La Barre et Mlle Saint-Christophe le récit des Trois Grâces.

Le Roi joua le rôle d’Alexandre dans la dernière entrée, en duo avec Henriette de France en Roxane. Mademoiselle de Sévigné, future comtesse de Grignan, âgée de dix-huit ans, dansa dans cette entrée sous le costume d’Omphale. Benserade écrivit pour elle et pour sa mère, la marquise de Sévigné, les vers suivants :

 

Pour mademoiselle de Sévigny, Omphale.

Blondins accoutumés à faire des conquêtes,

Devant ce jeune objet si charmant et si doux,

Tous grands héros que vous êtes,

Il ne faut pas laisser pourtant de filer doux.

L’ingrate foule aux pieds Hercule et sa massue ;

Quelle que soit l’offrande, elle n’est point reçue :

Elle verrait mourir le plus fidèle amant,

Faute de l’assister d’un regard seulement.

Injuste procédé, sotte façon de faire,

Que la pucelle tient de madame sa mère,

Et que la bonne dame au courage inhumain,

Se lassant aussi peu d’être belle que sage,

Encore tous les jours applique à son usage,

Au détriment du genre humain.

 

Le ballet fut surnommé Ballet de Madame, car conçu par elle, joué chez elle, et en raison de son intimité avec le roi.

La Bibliothèque nationale de France conserve un manuscrit de Philidor l’Aîné de 1689.

En 1702, Danchet et Campra utilisèrent des extraits dans les Fragments de Lully, pour la troisième entrée La Bergerie.

 

Synopsis

Première partie

La naissance de Vénus

Récit de Neptune (joué par Estival) et de Thétis (joué par Anne de La Barre), accompagnés de Tritons, à la gloire de la naissance dans leur royaume d’une déesse d’une grande beauté, destinée à régner dans tout l’univers

 Entrée 1 – des Tritons annoncent la naissance de Vénus (jouée par Madame) qui apparaît sur un trône de nacre, admirée par douze Néréïdes (dont Mlle d’Elbeuf, la duchesse de Bouillon, la duchesse de Créquy) qui dansent. Vénus se repose sur le trône de l’Astre du Point du jour (joué par Monsieur). Quatre des Heures brillantes (dont Mme de Montespan) descendent dans une machine brillante et convient Vénus à monter au Ciel, où elle est attendue par la troupe des Dieux

Entrée 2 – Glaucus, Palémon, Leucothoé, Cimodocé, et Lycoris, dieux et déesses de la Mer, viennent témoigner leur joie et , la voyant en l’air, lui rendent hommage

 Entrée 3 – les Vents accourent au bruit des Tritons et sèment le désordre. Eole (joué par le comte d’Armagnac), touché par la beauté de la déesse les enferme dans leur caverne

Entrée 4 – Castor (joué par le comte de Saint-Aignan) et Pollux (joué par Beauchamp) viennent témoigner que la Paix va régner sur les Eaux. Il paraît des Alcions, deux Capitaines de Vaisseaux, deux Marchands et deux Pilotes

Entrée 5 – au mois de Mai, avec les fleurs et la verdure. Les Zéphyrs portent la nouvelle de la naissance de Vénus au Printemps (joué par M. le Duc), aux Ris et aux Jeux, qui décident de se consacrer à la Déesse

 Entrée 6 – un des Zéphyrs, Galant secret de Flore, lui porte la nouvelle. Elle en fait part à palès qui assemble les Bergers et Bergères qui témoignent leur sentiment par une danse

Seconde partie

Les Grâces se vantent de l’honneur qu’elles ont d’être appelées au service de Vénus. Récit des trois Grâces (chanté par Mlles Hilaire, de La Barre et Saint-Christophe)

Entrée 1 – Jupiter descend sur terre sous la forme d’un Taureau au milieu de six Nymphes. Celles-ci jouent avec lui, puis Europe monte sur son dos. Le Taureau l’emporte dans une partie du monde qui porte son nom.

Entrée 2 – Apollon rencontre Cupidon. Il s’irrite que celui-ci porte un arc et des flèches et se met en devoir de les lui ôter. Cupidon l’atteint avec une flèche qui touche aussi Daphné (jouée par Mlle de Vertpré). Apollon devient amoureux de celle-ci qui cherche à fuir. Daphné est changée en laurier

Entrée 3 – Bacchus (joué par Lully), revenant de la conquête des Indes, avec deux Indiens et deux Indiennes, et quatre Faunes, passe par Naxos. Il y trouve Ariadné abandonnée par Thésée, et l’épouse. Plainte d’Ariadné (chantée par Mlle Hilaire).

Entrée 4 – le temple de Paphos, dédié à Vénus. Quatre Prêtres sacrifient de l’encens et des fleurs. Quatre Philosophes estiment que tout ce qui naît dans les Eaux, sur la Terre et dans les Airs ne respire que les douces influences de la déesse de l’Amour

Entrée 5 – six Poètes – Théocrite, Ovide, Anacréon, Tibulle, Dante et Pétrarque – viennent adorer la divinité.

Entrée 6 – les vaillants Héros de la Terre – Alexandre (joué par le Roi), Achille, Hercule et Jason – reconnaissent être soumis à la puissance de la reine de l’Univers, et avoir aimé Roxane (jouée par la Reine), Briséis, Omphale et Médée. On entend Orphée (joué par le duc de Saint-Aignan) qui va demander à Pluton (joué par Beauchamp) et Proserpine de lui rendre sa chère Eurydic. Récit d’Orphée (chanté par La Grille). Les Enfers s’ouvrent. Orphée obtient de Pluton et Proserpine de faire revenir Eurydice chez les vivants. Il sdansent sans se regarder, puis, trop impatient, Orphée se tourne vers Eurydice. Huit Ombres emmènent celle-ci à jamais.

 

 Représentations

Bâle – Zinzendorfhaus – 12 avril 2008 – dir. François Joubert-Caillet – avec Barbara Leitherer (danse)

vidéo : http://archive.org/details/Naissance_de_Venus