Issé

COMPOSITEUR André Cardinal DESTOUCHES
LIBRETTISTE Antoine Houdar de La Motte

 
Pastorale héroïque sur un livret d’Antoine Houdar de La Motte, écrivain et dramaturge (1672-1731), sur un argument tiré d’un vers d’Ovide : Comme Apollon déguisé en Berger trompa Issé.

La première exécution, en trois actes et sans prologue, eut lieu devant la Cour, au château de Fontainebleau, le 7 octobre 1697.

Il y eut d’autres exécutions, ainsi qu’en témoigne le Journal de Dangeau:

Lundi 7, à Fontainebleau – Le roi alla à l’appartement avec LL. MM. BB. ; on y chanta un petit opéra dont un mousquetaire a fait la musique ; le roi et les courtisans conviennent qu’elle est aussi bonne que celle de Lully et qu’elle n’est point volée. Jeudi 10, à Fontainebleau – Monseigneur était à la chasse, et au retour il alla à l’appartement, où il entendit la musique de ce mousquetaire, à qui on donna de grands applaudissements. Samedi 19, à Fontainebleau – Monseigneur entendit la musique nouvelle de ce mousquetaire, qu’on répéta sur le théâtre. Dimanche 20 – Sur les sept heures, Monseigneur entendit chez la princesse de Conty la musique du nouveau musicien, dont il fut encore plus content que les autres fois.

A la demande du roi, un prologue fut ajouté pour la première représentation officielle à Versailles, à Trianon, le 17 décembre 1697, à l’occasion des noces du duc de Bourgogne et de la princesse de Savoie Marie Adélaïde. Le roi apprécia beaucoup l’oeuvre et donna 200 louis à Destouches, disant que « depuis M. de Lully, aucune musique ne lui avait fait autant de plaisir ».

Issé - partition manuscrite - 1697

Elle fut reprise à l’Académie royale de musique, à Paris, le 30 décembre 1697. La distribution était la suivante : Mlle Desmatins (La première Hespéride), Hardouin (Hercule), Thévenard (Jupiter) dans le prologue, Du Mesny (Apollon sous le nom de Philémon), Dun (Pan), Thévenard (Hylas), Mlle Rochois ou Mlle Desmatins (Issé), Mlle Moreau (Doris), Boutelou (Un Berger), Hardouin (Le Ministre de Dodone).

Les reprises ultérieures furent nombreuses :

le 18 février 1706, au Palais Royal, cette même année, au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, le 14 octobre 1708, au Palais Royal, l’oeuvre étant augmentée de deux actes, de divertissements et de danses, avec Mlle Dun (La première Hespéride, une Femme), Thévenard (Hercule), Hardouin (Jupiter) dans le prologue, Cochereau (Apollon), Dun (Pan), Thévenard (Hylas), Mlle Journet (Issé), Mlle Poussin (Doris), Boutelou (Un Berger), Hardouin (Le Ministre de Dodone), Mlle Heuzé (Une Dryade), Mlle Aubert (une Européenne), Creté (un Américain), Mlle Dun (une Égyptienne), Buseau (le Sommeil) ; en 1709, à Lyon, dans la salle de l’Hôtel du Gouvernement ; en décembre 1712 et en décembre 1715, au Grand Théâtre de la Monnaie à Bruxelles ; le 7 septembre 1719, au Palais Royal, dans la version en cinq actes, avec Mlle La Garde (La première Hespéride), Le Mire (Hercule), Dubourg (Jupiter) dans le prologue, Cochereau (Apollon), Le Mire (Pan), Thévenard (Hylas), Mlle Journet (Issé), Mlle Antier (Doris), Murayre (Un Berger), Dubourg (Le Ministre de Dodone), Murayre (Le Sommeil) ; en février 1721, au Palais Royal, avec Le Mire (Hercule), Dubourg (Jupiter) dans le prologue, Murayre (Apollon), Le Mire (Pan), Thévenard (Hylas), Mlle Antier, puis Mlle La Garde à partir du 21 octobre (Issé), Mlle Tulou (Doris), Dubourg (Le Ministre de Dodone) ; le 19 novembre 1733, au Palais Royal, avec Chassé (Hercule), Cuigniere (Jupiter), Mlle Erémans (La Première Hespéride) dans le prologue, Tribou (Apollon), Dun (Pan), Chassé (Hylas), Mlle Le Maure (Issé), Mlle Petitpas (Doris), Chassé (Le Grand-prêtre de Dodone), Jélyotte (Le Sommeil). On remarqua l’introduction par le décorateur de l’Opéra Jean-Nicolas Servandoni, de la « perspective oblique » dans le décor du palais enchanté ; le 5 avril 1734, pour une représentation donnée pour la capitation des chanteurs, au cours de laquelle Jélyotte chanta un air italien, et Mlle Petitpas une cantate de Colin de Blamont ; en 1739, à Lyon, dans la salle du Jeu de Paume de la Raquette Royale ; le 14 novembre 1741, au Palais Royal, avec Le Page (Hercule), Alberet (Jupiter), Mlle Erémans (La Première Hespéride) dans le prologue, Jélyotte (Apollon), Albert (Pan), Le Page (Hylas), Mlle Le Maure (Issé), Mlle Fel (Doris), Le Page (Le Ministre de Dodone), Cuvillier (L’Oracle), Bérard (Le Sommeil), Mlle Chevalier (Une Européenne) ;

C’est lors de cette reprise que Michel Blavet, le flûtiste gaucher, fit ses débuts à l’Opéra comme Première flûte, aux appointements de 700 livres. Il partagea les applaudissements avec Mlle Le Maure qui faisait sa rentrée.

le 4 mai 1746, au Concert de la Reine, le Prologue (avec Mme Canavas, Jélyotte, Benoit, et Dangerville) et le premier acte, avec Mlle Chevalier, Mlle Deschamp, Jélyotte, Benoit, Godenneshe ; les autres actes furent exécutés les 7 et 9 mai suivants ; en 1747, au château de Sceaux ; en 1748, à la cour de Lorraine, à Lunéville ; les 26 novembre, 16 et 21 décembre 1749, à Versailles, dans le Théâtre des Petits-Appartements, monté dans le Grand escalier des Ambassadeurs ; la distribution était la suivante le 26 novembre 1749 : Mme de Pompadour (Issé, nymphe, fille de Macarée), Mme de Marchais (Doris, soeur d’Issé), le duc d’Ayen (le Grand-Prêtre), M. de la Salle (Hylas), le chevalier de Clermont (Pan), le vicomte de Rohan (Apollon sous le nom de Philémon) ; sans le Prologue ; deux danseurs firent leurs débuts : MM. de Beuvron et de Melfort ; on admira particulièrement les décors et notamment un soleil formé de treize-cents bougies ; le 26 novembre, jour de l’ouverture de la saison du théâtre de la marquise de Pompadour, la pastorale fut suivie du Philosophe marié, comédie de Philippe Néricault-Destouches ; en 1749/50, à Lyon, dans la salle du Jeu de Paume de la Raquette Royale, à l’initiative de Mangot, beau-frère de Jean-Philippe Rameau ; lors des deux reprises de décembre, un plus grand nombre de spectateurs furent admis, car on avait aménagé un nouveau balcon au dessus des places du Roi ; le 21 décembre 1756, au Palais Royal ;

Costume de Boquet pour Mlle Guimard en Issé - 1755

le 18 décembre 1773 au château de Versailles, dans une version revue par Berton, maître de musique du roi, directeur de l’Opéra, avec Le Gros (Apollon), Durand (Pan), Larrivée (Hilas), Sophie Arnould (Issé), Mlle Larrivée (Doris, une Dryade), Plateel (le Grand-Prêtre), Muguet (l’Oracle, le Sommeil) ; le 17 décembre 1797, à Versailles, au Petit-Trianon.

L’œuvre suscita des parodies jouées au Théâtre Italien : Les Amours de Vincennes, de Dominique Biancolelli, le 12 octobre 1719, (personnages : Macé, laitière de Vincennes, Perrette, soeur de Macé, Trivelin, cocher, amant de Macé, Scaramouche, ami de Trivelin, Arlequin, amant de Macé),

et Les Oracles, pièce en un acte et en prose, avec des vaudevilles et des intermèdes, de Romagnesi, le 21 décembre 1741.
La BNF détient une édition de 1708 du livret par Christophe Ballard, avec la dédicace au duc de Bourgogne, fils du Grand Dauphin, (1682 – 1712), et une autre de 1773 par P.-Robert-Christophe Ballard.

Edition 1708Edition 1773

 

44me Opéra. Cette Pasto. héroï. est tirée de ce vers d’Ovide, « Ut Pastor macareida luseris Issen ». Comme Apollon déguisé en Berger trompa Issé. Elle fut d’abord représentée le 17 Décem. 1697, en 3 Actes, ensuite en 1708, le 14 d’Octobre : elle reparut divisée en 5 Actes, & c’est dans ce dernier état qu’on l’a donnée depuis, dans les six reprises qu’on en a faites (en 1719, 1721, 1733, 1741, 1756 & 1757). L’Auteur des paroles est La Motte, & celui d la musiq. Destouches : cet Opéra est imprimé partition in-4°. en 3 Ac. & partition générale in-folio en 5. Le Prol. est le jardin des Hespérides, rendu accessible par Hercule ; allégorie de Louis XIV. rendant l’abondance à ses peuples. (De Léris – Dictionnaire des Théâtres)

 Edition Ballard 1708

 Personnages : Apollon, sous les traits du berger Philémon, Pan, confident d’Apollon, également déguisé en berger, Hilas, un berger, et sa suite, représentant les Plaisirs, la nymphe Issé, fille de Macarée, et sa soeur Doris, le Grand-Prêtre de la forêt de Dodone, l’Oracle, le Sommeil, une troupe de faunes, Dryades, Sylvains, Satyres, Zéphyrs, Nymphes, Européens, Américains, Chinois.

 

Synopsis (version en cinq actes)

Prologue

Le Jardin des Hespérides (supposé représenter l’Abondance) où les arbres sont chargés de fruits d’or. L’entrée en est défendue par un dragon qui vomit des flammes (supposé représenter la Guerre, qui fait cesser le commerce et conduit à la pauvreté). Dans un bruit de guerre, Hercule (qui personnifie le Roi) approche du monstre et le tue. Jupiter descend du ciel et félicite Hercule. Les peuples témoignent leur allégresse en chantant des chœurs.

Acte I

Un hameau

Apollon, dédaigné par Daphné, s’interroge sur l’amour. Il avoue à Pan qu’il aime Issé, et qu’il va chercher à lui plaire sans révéler son identité. Issé aime en secret. Doris croit qu’Issé a été séduite par Hilas, mais Issé la détrompe. On entend une symphonie : Hilas a préparé une fête en l’honneur d’Issé. Hilas arrive et engage Issé à céder à l’amour. Divertissement. Issé résiste et Hilas la quitte, déçu.

Acte II

Le palais d’Issé et ses jardins

Doris annonce à Issé la venue du berger Philémon. Apollon, sous le nom de Philémon, avoue son amour à Issé. Il est jaloux d’Hilas, mais Issé le détrompe : elle n’aime pas Hilas. Elle finit pas avouer à Philémon qu’il est l’objet de son amour. Pan vante à Doris les charmes de l’amour volage.

Acte III

La forêt de Dodone

Apollon avoue à Pan son insatisfaction. Issé doit consulter l’oracle. Hilas arrive, qui se lamente de l’ingratitude d’Issé. Issé ne peut que lui confirmer qu’elle en aime un autre. Pan fait la cour à Doris qui finit pas céder. Le Grand Prêtre de la forêt de Dodone invoque l’Oracle qui parle : Issé est aimée d’Apollon. Issé est troublée, Silvains et Driades manifestent leur joie.

Acte IV

Une grotte

Issé se lamente. Elle veut rester fidèle à Philémon. Le Sommeil, accompagné des Songes, des Zéphirs et des Nymphes, endort Issé pour lui faire apprécier les charmes d’Apollon. Hilas surprend Issé endormie. Celle-ci se réveille : en songe, elle a été sensible à l’amour d’Apollon. Hilas part désespéré. Pan confie à Issé que Philémon s’inquiète. Issé veut courir le rassurer.

Acte V

Une solitude

Doris rencontre Pan et lui avoue sa jalousie. Pan continue à vanter l’inconstance. Apollon, sous les traits de Philémon, feint de ne pas croire Issé qui tente de le rassurer. Pour tenter de le convaincre, Issé invoque Apollon. Le théâtre change.

Apollon et Issé en paniers de baleine

Un palais magnifique

Les Heures descendent du ciel sur des nuages, annonçant Apollon. Issé s’effraye. Mais Philémon lui dit vouloir affronter le dieu. Apollon finit par avouer à Issé qui il est. Tous deux se réjouissent, rejoints par une troupe d’Européens, de Chinois, d’Américains et d’Égyptiens.

Livret (1697, en trois actes) disponible sur livretsbaroques.fr Livret (1708, en cinq actes) disponible sur livretsbaroques.fr  Partition : New York : Pendragon Pr., 1984 – fac simile de la partition publiée en 1724.

&

Représentations :

Théâtre de Lunéville – 2, 3 et 4 juin 2017 –

Bruxelles – 24 avril 2013 – Chœur de chambre de Namur – Les Agrémens – dir. Leonardo García Alarcón – avec Julie Fuchs, Caroline Weynants, Paul Agnew, Marc Mauillon extrait audio

http://www.youtube.com/watch?v=8D6zoQ2poHM

 

Vaterstettener Rathaus – juillet 2010 – Ensemble baroque Sans souci – avec Alice Oskera-Burghardt (Issé), Roswitha Schmelzl (Doris), Sebastian Schober (Philémon), Thomas Hamberger, Christian Maria Schmid (Pan), Bernhard Spingler

 

Théâtre de Bourg en Bresse – 2008 – Compagnie de marionnettistes Arnica (dir. Emilie Flacher) – Elèves du Conservatoire de Bourg-en-Bresse – dir. Léonardo Garcia Alarcon

Schola Cantorum – 1908 – version de concert